Cathy Wong accusée de faire de l’âgisme

Cathy Wong
Photo: Marie-France Coallier Le Devoir Cathy Wong

La conseillère de Projet Montréal, Cathy Wong, a créé un malaise mardi en laissant entendre que les élus comme Marvin Rotrand, qui « s’accrochent » à leur poste d’élu, nuisent à l’élection de candidats de la diversité au conseil municipal.

Cathy Wong a pris la parole lors de l’assemblée virtuelle du conseil municipal mardi pour appuyer la motion du conseiller Marvin Rotrand demandant que les partis politiques s’engagent à redoubler d’efforts pour promouvoir les candidatures issues des minorités visibles lors des prochaines élections en 2021.

Mais ses collègues ne s’attendaient aux propos qu’elle allait tenir. Si elle adhère à la motion de M. Rotrand, Cathy Wong juge paradoxal que les élus comme M. Rotrand, qui est en poste depuis 38 ans, plaident en faveur de la diversité, mais refusent de laisser leur place.

« On entend souvent dire que la politique, ce n’est pas un métier. Ça ne devrait pas être un gagne-pain, une carrière, a-t-elle dit. Aujourd’hui, notre doyen au conseil municipal nous a exprimé son grand discours sur la diversité et nous a invités à faire une introspection. Le conseiller Rotrand qui vient de souligner ses 38 ans en politique, élu à l’époque du maire Jean Drapeau — c’était, si je me souviens bien dans mes cours d’histoire, avant la chute du mur du Berlin — nous invite à travailler ensemble pour une réelle représentativité de la diversité. »

Cathy Wong a souligné que la situation avait peu évolué depuis l’élection de première femme noire, Kettly Beauregard, au conseil municipal en 1994. Encore aujourd’hui, les personnes issues des minorités visibles, les Autochtones et les personnes en situation de handicap étaient encore sous-représentées parmi les élus, a-t-elle rappelé.

« Alors M. Rotrand, comment faire place à la relève et à la diversité si certains élus s’accrochent à leur siège, mandat après mandat, décennie après décennie, et sollicitent de nouveaux mandats à chaque fois ? Il devient alors très difficile, voire impossible, pour la diversité et la relève de prendre sa place », a-t-elle souligné.

De l’âgisme

Plusieurs élus de l’opposition se sont insurgés contre les propos de Cathy Wong et se sont portés à la défense de M. Rotrand. Outré, le conseiller d’Ensemble Montréal Francesco Miele a vanté la contribution de M. Rotrand à la démocratie municipale et aux droits des minorités au fil des ans. « Votre appui est de l’hypocrisie totale ! » a lancé M. Miele à l’endroit de Cathy Wong. « C’est de l’âgisme que vous venez de faire. […] Ses neuf mandats, il les a servis avec la plus grande dignité et il nous a toujours poussés à aller plus loin. »

La mairesse de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce, Sue Montgomery, a pour sa part appuyé les propos de Cathy Wong et a invité les élus masculins à faire de l’introspection : « Nous pouvons présenter autant de candidats des minorités ou ayant un handicap que l’on veut, mais aussi longtemps que des élus de longue date, des hommes et des femmes aussi, s’accrochent à leur siège, rien ne va changer. »

Prenant la parole pour clore le débat, Marvin Rotrand a tout de même tenu à signaler à Cathy Wong qu’il n’en était pas à son neuvième mandat, mais bien à son dixième mandat. « Ce n’était pas exactement le ton que j’aurais voulu entendre aujourd’hui, a-t-il admis. Si la solution est que Marvin quitte et rien ne change, les gens des minorités visibles auront perdu un ami au conseil municipal de Montréal. Une personne ne peut pas être la solution. »

La motion a finalement été adoptée à l’unanimité.

À voir en vidéo