La mairesse de Longueuil visée par des menaces

La mairesse de Longueuil, Sylvie Parent
Photo: Karl Rettino-Parazelli Archives Le Devoir La mairesse de Longueuil, Sylvie Parent

La police a ouvert une enquête après que la mairesse de Longueuil, Sylvie Parent, ait reçu au moins une menace à propos de la décision de la Ville d’abattre une quinzaine des cerfs de Virginie qui vivent dans le parc Michel-Chartrand.

L’agente Mélanie Mercille, du Service de police de l’agglomération de Longueuil (SPAL), précise qu’un dossier de menace a été jugé suffisamment sérieux pour qu’une enquête policière soit entreprise.

Jeudi matin, l’agente Mercille n’était pas en mesure de préciser la nature des menaces. Elle a toutefois affirmé qu’une protection policière devrait être fournie à la mairesse Parent, si nécessaire.

La Ville de Longueuil a décidé d’euthanasier les cerfs de Virginie en raison de la surpopulation de cervidés dans le parc Michel-Chartrand. Elle a aussi promis que la viande de ces animaux serait distribuée à des banques alimentaires.

Les autorités municipales précisent que cette surpopulation menace l’avenir du parc en raison de la très faible régénérescence de la forêt et de la biodiversité animale et végétale fragile.

De plus, il y a augmentation du risque d’accidents routiers près du parc et de transmissions de la maladie de Lyme. Des dommages aux propriétés riveraines ont aussi été constatés.

La Ville de Longueuil dit avoir tenté de trouver des solutions avec le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs. Le déplacement des cerfs présenterait des inconvénients importants, comme le transfert du problème dans une autre région et le risque accru de maladies par l’ajout de bêtes provenant d’un autre milieu.

À cela s’ajouterait le stress des cervidés lors de la capture et du transport, ce qui peut mener à leur mort.