Le retour en zone orange est hors de portée pour Montréal

Montréal se maintient sur un plateau « plus qu’inconfortable » avec une légère hausse du nombre de cas de COVID-19, ce qui fait dire à la directrice régionale de santé publique de Montréal, la Dre Mylène Drouin, que la métropole ne pourra envisager un retour en zone orange à brève échéance.

Le nombre de cas de COVID-19 a augmenté au cours des dernières semaines, passant de 250 à 280 nouveaux cas quotidiens. « Y a-t-il eu des fêtes d’Halloween qu’on ne sait pas ? J’en suis aux hypothèses. Je ne suis pas capable, avec les données, d’identifier des événements précis », a admis la Dre Drouin, qui a fait le point sur la pandémie dans la métropole mercredi. « Il y a peut-être une fatigue de la population. Tranquillement, après quatre à six semaines, les gens commencent peut-être à se permettre certains contacts », a-t-elle suggéré.

Parc-Extension demeure un quartier chaud, mais trois secteurs, soit LaSalle, Lachine et Rivière-des-Prairies, ont vu leur taux de positivité doubler au cours de la dernière semaine, a dit la Dre Drouin, qui n’a pas été en mesure de détecter d’éclosions importantes pouvant expliquer le taux de transmission observé.

La DSP dénombre 369 éclosions sur son territoire, dont 60 % comptent moins de cinq cas. On recense 112 éclosions en milieu scolaire, 36 dans les services de garde, 53 en milieux de travail et 34 dans les milieux de soins. « C’est là qu’on redouble nos efforts, surtout en CHSLD et dans certaines résidences privées pour personnes âgées pour lesquelles on a des éclosions plus importantes », a souligné la Dre Drouin.

Le 26 octobre dernier, Mylène Drouin avait formulé des recommandations d’assouplissement pour la région de Montréal même si la métropole se trouve toujours en zone rouge. La situation ne s’est pas suffisamment améliorée pour envisager des changements importants, a-t-elle reconnu mercredi. Malgré tout, certaines suggestions font toujours l’objet de discussions, comme la possibilité de tenir des rassemblements intérieurs avec deux ménages, l’ouverture de bibliothèques et la pratique de sport. Redéfinir les règles dans les zones rouges est une opération compliquée dans le contexte où plusieurs régions du Québec sont aux prises avec des hausses importantes de cas de COVID-19, a-t-elle ajouté.

Alcool et pandémie

La pandémie, qui affecte la santé mentale des Québécois, a aussi des répercussions sur leur consommation de drogue et d’alcool. Dans le cadre de sondages Web réalisés par l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) du 21 mars au 31 mai dernier, le tiers des Montréalais sondés qui boivent de l’alcool ont confié avoir augmenté leur consommation pendant la pandémie. Cette situation affecte particulièrement les jeunes adultes de 18 à 34 ans.

Les buveurs quotidiens représentaient 11 % des consommateurs d’alcool. Cette part est passée à 27 % pendant la pandémie.

Par ailleurs, 37 % des amateurs de cannabis ont indiqué avoir augmenté leur consommation pendant la pandémie, alors que 15 % ont plutôt affirmé que celle-ci avait diminué.

« Il faut être préoccupés. Quand on a des enjeux de consommation, l’important est d’en prendre conscience, d’être à l’affût dans son entourage et de ne pas hésiter à consulter », a souligné la Dre Drouin. Le nombre de demandes pour des services psychosociaux n’a pourtant pas augmenté. « C’est très préoccupant », a commenté Sonia Bélanger, p.-d.g. du CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal.

Refuge avec alcool

Mme Bélanger a aussi confirmé l’ouverture d’un refuge avec consommation d’alcool pour les itinérants dans l’ancien hôpital Royal-Victoria le 1er janvier prochain. Il s’agit d’un projet-pilote mis en place en collaboration avec la Ville de Montréal et la Mission Old Brewery pour les personnes ayant une dépendance sévère à l’alcool. « C’est un programme clinique sous supervision », a-t-elle dit.

Ventiler les écoles

Christian Dubé a admis mercredi au micro de Paul Arcand que le gouvernement aurait dû s’occuper de la ventilation dans les écoles durant l’été. Il a donné raison à l’animateur, qui a suggéré qu’on aurait dû se pencher sur la question de la qualité de l’air dans les écoles bien avant le début de la deuxième vague.

La Presse canadienne

En données

Le Québec comptait 1378 nouveaux cas mercredi en plus de déplorer 22 décès, dont 6 survenus dans les 24 heures précédentes. Le nombre d’hospitalisations a augmenté de 39 par rapport à la veille, avec un cumul de 573, dont 84 étaient aux soins intensifs.

La Presse canadienne

À voir en vidéo