Montréal acquiert la Plaza Hutchison pour des logements sociaux

Situé au 7290-7300, rue Hutchison, l’immeuble s’était retrouvé au centre d’une polémique en 2018 après que le propriétaire eut procédé à l’expulsion des organismes communautaires et commerces qui y logeaient pour aménager des condominiums.
Photo: Google Street View Situé au 7290-7300, rue Hutchison, l’immeuble s’était retrouvé au centre d’une polémique en 2018 après que le propriétaire eut procédé à l’expulsion des organismes communautaires et commerces qui y logeaient pour aménager des condominiums.

La Ville de Montréal utilisera pour la première fois son droit de préemption afin de faire l’acquisition d’un immeuble de Parc-Extension et le transformer en logements sociaux. Bien que le coût de la transaction soit supérieur de 25 % à la valeur marchande du bâtiment, la Ville estime qu’elle ne pouvait passer à côté de cette occasion.

Situé au 7290-7300, rue Hutchison, l’immeuble connu sous le nom de « Plaza Hutchison » s’était retrouvé au centre d’une polémique en 2018 après que le propriétaire eut procédé à l’expulsion des organismes communautaires et commerces qui y logeaient. À l’époque, celui-ci envisageait d’y aménager des condominiums. Des groupes citoyens de Parc-Extension avaient réclamé des élus qu’ils bloquent le projet, en vain. Lorsque les élus de Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension avaient autorisé le projet, les policiers avaient dû intervenir pour ramener l’ordre à l’assemblée du conseil d’arrondissement. Une trentaine de citoyens avaient été expulsées.

Deux ans plus tard, la Ville pourra finalement mettre la main sur l’immeuble grâce à son droit de préemption. Cette procédure lui permet d’acquérir un immeuble ou un terrain lorsque celui-ci est mis en vente par le propriétaire. Quand une offre d’achat est acceptée, la Ville dispose de 60 jours pour signifier son intérêt et se substituer à l’acheteur aux mêmes conditions.

En février dernier, la Ville avait identifié quelque 300 terrains dans des secteurs en transformation afin de les assujettir à ce droit de préemption comme le lui permet la loi depuis 2017. La Plaza Hutchison en faisait partie. L’immeuble vacant de cinq étages est situé dans le quartier Parc-Extension, un secteur qualifié de prioritaire où les besoins en logements sociaux sont importants. « On l’a vu avec la COVID, le besoin de se loger pour les gens les plus démunis est vraiment plus fondamental que jamais », a indiqué le conseiller Robert Beaudry, responsable de l’habitation au comité exécutif.

Un prix élevé

Établi à 6,5 millions de dollars (excluant les taxes), le coût d’achat est cependant bien supérieur à la valeur marchande de l’immeuble. En décembre 2019, le Service de la gestion et de la planification immobilière de la Ville avait estimé cette valeur marchande à entre 4,9 et 5,2 millions. La Ville est toutefois d’avis qu’elle ne pouvait laisser passer cette occasion compte tenu des besoins élevés en matière de logements sociaux dans ce secteur. Précisons que le droit de préemption ne lui permet pas de négocier le prix puisqu’il s’agit du montant déjà convenu entre le vendeur et l’acheteur potentiel.

« La Plaza Hutchison, c’est vraiment un symbole pour le quartier Parc-Extension. Il y a eu de grands débats », a commenté mercredi la conseillère Rosannie Filato. « [On va] redonner ce bâtiment à la communauté qui le demande depuis vraiment longtemps. Ça va nous permettre de conserver une mixité sociale, une mixité économique au cœur même de Parc-Extension et de l’arrondissement. »

La Ville pourra ensuite céder l’immeuble à un organisme qui aura la charge de réaliser le projet de logements sociaux. Le prix pourrait atteindre un maximum 12 000 $ par logement, tel que le prévoit la politique de la Ville en matière de ventes d’immeubles municipaux destinés à la réalisation de logements sociaux et communautaires. La Plaza Hutchison devrait accueillir une quarantaine de logements sociaux pour des familles et des personnes seules.

Pour la mairesse de Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension, Giuliana Fumagalli, l’achat de l’immeuble par la Ville est une « nouvelle extraordinaire » : « C’est un dénouement inespéré qui est très positif ».

La réalisation du projet est toutefois conditionnelle à l’octroi de fonds par les gouvernements supérieurs. « Les prochaines étapes vont dépendre de ce qui se passe entre Québec et Ottawa. Il y a 1,4 milliard de dollars qui sont en train de dormir pour le logement social, a rappelé Robert Beaudry. C’est sûr qu’on presse les gouvernements fédéral et provincial de s’entendre très rapidement pour que cet argent-là puisse être utilisé à Montréal. »

À voir en vidéo