Valérie Plante s’engage à revoir le calendrier des chantiers

La mairesse de Montréal, Valérie Plante
Photo: Jacques Nadeau Archives Le Devoir La mairesse de Montréal, Valérie Plante

Consciente de l’exaspération des automobilistes à l’égard des nombreux chantiers qui encombrent les rues de Montréal, la mairesse Valérie Plante a promis de revoir le calendrier des travaux afin de tenter d’améliorer la mobilité.

« S’il y a quelque chose que j’ai compris en vous parlant cet été, c’est que vous aimez ce que notre administration propose, vous aimez beaucoup nos projets, mais qu’en même temps, avec la COVID, vous avez besoin d’un peu de répit et d’un peu de stabilité », a expliqué la mairesse mercredi matin à l’occasion de la réunion hebdomadaire du comité exécutif.

« L’engagement que je prends aujourd’hui, c’est de revoir l’ensemble des chantiers, de voir comment on peut les peaufiner, comment on peut s’assurer que la mobilité tout autour soit facilitée », a-t-elle ajouté.

Bien que les chantiers soient planifiés longtemps à l’avance, la Ville tentera de voir comment elle peut réaménager certains d’entre eux et modifier le calendrier des travaux.

Au cours des dernières semaines, l’administration Plante a fait l’objet de multiples critiques quant à sa gestion des chantiers.

En 2016, l’ex-maire Denis Coderre avait annoncé que la Ville devrait accélérer la réalisation des travaux d’infrastructures en raison du vieillissement des réseaux d’égouts et d’aqueducs et de l’état de délabrement du réseau routier. À l’époque, il parlait d’investissement de 6,9 milliards sur un horizon de dix ans. Arrivée au pouvoir en 2017, l’administration Plante a décidé de maintenir cette cadence.

Le chantier du REV

Le lancement des travaux du Réseau express vélo (REV) sur la rue Saint-Denis alimente aussi la frustration de plusieurs commerçants de cette artère.

La mairesse a ainsi demandé à l’élu responsable du développement économique au comité exécutif, Luc Rabouin, et à son équipe de fonctionnaires d’adapter le programme de compensations financières pour les travaux majeurs aux commerçants de la rue Saint-Denis qui subissent les désagréments du chantier du REV. « On comprend que ce sont des temps difficiles. Ça devrait donner un petit répit, a-t-elle dit. Ça ne va pas tout régler. Mais on est vraiment dans un esprit d’ouverture et on souhaite trouver des solutions. »

À voir en vidéo