Pétition pour le maintien du nom de la station de métro Lionel-Groulx

Cette pétition est une réponse à une autre qui demande que la station Lionel-Groulx porte plutôt le nom du musicien Oscar Peterson.
Photo: Valérian Mazataud Le Devoir Cette pétition est une réponse à une autre qui demande que la station Lionel-Groulx porte plutôt le nom du musicien Oscar Peterson.

Une pétition réclamant que la station Lionel-Groulx, du métro de Montréal, garde le nom qu’elle porte depuis la fin des années 1970 vient d’être lancée sur le Web.

Sur le site www.change.org, l’initiateur, Vincent Filteau, affirme que son geste est une réponse à la pétition mise en ligne par Naveed Hussain qui réclame que la station de métro porte plutôt le nom du musicien d’origine montréalaise Oscar Peterson.

Vincent Filteau explique que l’effacement du nom de Lionel Groulx de la carte du métro représenterait un consentement à l’amnésie et à une refonte du passé qui n’a aucune raison d’être. À son avis, la contribution intellectuelle et la mémoire de Lionel Groulx ne méritent pas de disparaître de cette manière.

M. Filteau croit qu’en remplaçant le nom de Lionel Groulx par celui d’Oscar Peterson, les autorités manqueraient à leur devoir de protéger la population de l’oubli collectif et de maintenir vivant le lien entre le passé, le présent et l’avenir de Montréal et du Québec.

Vincent Filteau ne s’oppose toutefois pas à la candidature du nom d’Oscar Peterson pour une nouvelle station de métro à Montréal.

Lundi matin, sa pétition avait recueilli en quatre jours un peu plus de 4500 signatures. Celle de Naveed Hussain, lancée il y a deux semaines, affichait plus de 18 600 signataires.

La semaine dernière, Kelly Peterson, veuve du légendaire musicien, a déclaré à La Presse canadienne qu’elle se réjouissait de voir qu’une pétition demandait qu’une station du métro soit rebaptisée au nom de son époux. Mme Peterson, qui vit dans le sud de l’Ontario, a toutefois ajouté qu’il ne lui appartenait pas de s’impliquer dans la politique de la Ville de Montréal.

À voir en vidéo