Montréal reporte le paiement des taxes à septembre

Cette décision prive la Ville d’un montant de 2 milliards de dollars en liquidités.
Photo: Denis Tangney Jr Archives Getty images Cette décision prive la Ville d’un montant de 2 milliards de dollars en liquidités.

Montréal accorde un répit supplémentaire aux contribuables en reportant le paiement du deuxième versement des taxes foncières au 1er septembre.

L’administration de Valérie Plante en a fait l’annonce mercredi matin à l’occasion de la réunion hebdomadaire du comité exécutif. « On a vraiment retourné chacune des pierres pour nous assurer qu’on puisse faire cet effort additionnel », a indiqué le président du comité exécutif, Benoit Dorais.

Cette décision prive la Ville d’un montant de 2 milliards de dollars en liquidités. Benoit Dorais a toutefois précisé que les taux d’emprunt bas permettaient à la Ville de bénéficier d’une certaine marge de manœuvre.

« C’est une bonne nouvelle pour les propriétaires, mais c’est une bonne nouvelle également pour les petits commerçants. On le sait, les gens en ce moment ont plus de coûts pour accueillir les gens dans leurs commerces », a ajouté l’élu.

En mars dernier, la Ville avait annoncé un premier report des taxes au 2 juillet. Dans un rapport sur la relance de Montréal dévoilé mardi, un comité d’experts présidé par Luc Godbout, titulaire de la Chaire en fiscalité et en finances publiques de l’Université de Sherbrooke, recommandait d’offrir un répit additionnel aux contribuables.

L’opposition s’étonne un peu de la décision de l’administration. Lors de la dernière assemblée du conseil municipal il y a moins de dix jours, Ensemble Montréal avait présenté une motion demandant justement le report du paiement des taxes au 1er septembre. « On aimerait ça donner ce répit additionnel, mais on n’a pas la capacité de le faire et on n’a pas les moyens de le faire », avait alors rétorqué Benoit Dorais en précisant qu’une telle mesure aurait entraîné des frais d’intérêts de 12 millions de dollars.

« En une semaine, l’administration a fait une volte-face incroyable, le plus rapide de ma carrière politique », souligne le maire de Saint-Laurent, Alan DeSousa. « C’est très difficile à comprendre. Dans le contexte où il y a une absence complète de plan détaillé pour gérer les finances de la Ville. Ces changements du jour au lendemain illustrent l’improvisation et le manque de rigueur dans la gestion des finances de la Ville. »


À voir en vidéo