La rue Sainte-Catherine Ouest sera réservée aux piétons la fin de semaine cet été

La rue Sainte-Catherine Ouest, entre les rues Metcalfe et Atwater, sera interdite aux voitures pendant les fins de semaine de l’été à compter du 19 juin.
Photo: Jacques Grenier Archives Le Devoir La rue Sainte-Catherine Ouest, entre les rues Metcalfe et Atwater, sera interdite aux voitures pendant les fins de semaine de l’été à compter du 19 juin.

La liste des rues piétonnes continue de s’allonger à Montréal. La rue Sainte-Catherine Ouest, entre les rues Metcalfe et Atwater, sera interdite aux voitures pendant les fins de semaine de l’été à compter du 19 juin, a annoncé mercredi l’administration de Valérie Plante.

Le reste de la semaine, le trottoir nord sera élargi pour faciliter la distanciation des piétons, ce qui entraînera le retrait de l’une des deux voies de circulation automobile. Ces aménagements ont été décidés avec l’accord de Destination centre-ville, l’organisation qui représente les commerçants et les gens d’affaires du secteur, a soutenu la mairesse Plante lors de la réunion hebdomadaire du comité exécutif mercredi. « Ça s’inscrit dans notre démarche pour encourager le transport actif dans le centre-ville », a ajouté Mme Plante, qui dirige aussi l’arrondissement de Ville-Marie.

Rappelons qu’il était déjà prévu que le tronçon entre la rue De Bleury et le boulevard Saint-Laurent, dans le Quartier des spectacles, soit piétonnisé pour la saison estivale, de même que la rue Sainte-Catherine Est, dans le Village.

Le chantier de la rue Sainte-Catherine Ouest devrait toutefois être relancé sous peu.

À ces projets s’ajoute celui de la rue Saint-Denis, entre les rues Sherbrooke et Sainte-Catherine, qui sera réservée aux piétons à partir du 4 juin en tout temps. Les livraisons seront possibles en matinée.

« Les Montréalais et les Montréalaises vont rester à la maison pas mal cet été. C’est pourquoi on veut qu’ils aient de l’espace pour profiter de la saison estivale », a précisé le conseiller Robert Beaudry au Devoir. Les commerçants pourront eux aussi profiter de plus de superficie sur le domaine public, pour les terrasses notamment.

Des places de stationnement devront toutefois être retranchées sur ces artères pendant les périodes de piétonnisation.

Vendredi, la mairesse Plante avait déjà fait savoir que la rue de la Commune serait réservée aux piétons durant l’été à compter du 11 juin. Une bande cyclable sera aussi ajoutée dans cet axe pour régler les conflits entre cyclistes et piétons qui perdurent depuis des années dans ce secteur.

Les SDC satisfaites

La Société de développement commercial (SDC) Destination Centre-ville et celle du Quartier latin ont accueilli avec satisfaction les projets de piétonnisation annoncés par la Ville.

Directeur général de Destination centre-ville, Emile Roux, croit que le modèle de piétonnisation proposé pour la rue Sainte-Catherine Ouest représente un bon compromis pour permettre le respect des mesures de distanciation et la livraison des marchandises en semaine. « Je pense que la plus grande artère commerciale du Canada ne pouvait pas se passer d’avoir un aménagement spécifique post-COVID », dit-il.

Si la plupart des commerces pourront rouvrir leurs portes le 25 mai prochain, ce n’est pas le cas de ceux qui sont à l’intérieur des centres commerciaux. Aucune date d’ouverture n’a été donnée par le gouvernement du Québec pour cette catégorie de commerces qui n’ont pas d’entrée extérieure. « On espère une annonce du gouvernement dans les prochains jours. On pense qu’un centre commercial, au même titre qu’une rue, peut facilement être aménagé et que son flux peut être géré de façon très stricte, avance M. Roux. C’est pratiquement de 400 à 500 commerces du Montréal souterrain que l’on prive d’activités dans un endroit où les frais de fonctionnement sont parmi les plus élevés au Canada. »

La directrice générale de la SDC du Quartier latin, Angélique Lecesve, se réjouit aussi du projet de piétonnisation d’un tronçon de la rue Saint-Denis. « Notre artère est composée à 64 % de bars et restaurants. Pour l’instant, on n’a pas de date de réouverture pour ces établissements. L’artère est donc très lourdement touchée par la fermeture. Mais on pense à demain et on veut être prêts pour accueillir les gens quand on va pouvoir le faire », explique-t-elle.

Mme Lecesve évoque même l’idée de répéter l’expérience dans les prochaines années si celle-ci s’avère concluante : « On est en train de façonner un nouveau Montréal avec la situation [de la pandémie] ».

Les « autoroutes » à vélos

L’administration Plante a par ailleurs annoncé le lancement des travaux du premier axe du Réseau express vélo (REV) qui se déploiera sur les rues Berri, Lajeunesse et Saint-Denis pour relier Ahuntsic-Cartierville et Le Plateau-Mont-Royal sur une distance de 8,7 km. Les travaux débuteront en juillet pour se terminer en octobre.

D’ici la fin de 2021, la Ville réalisera les cinq premiers axes du REV, considéré comme une autoroute pour vélos. Des pistes seront aménagées sur plusieurs rues, dont Viger, Souligny, Peel et Bellechasse.

Les aménagements prévus changeront passablement la configuration des artères visées avec l’implantation de terre-pleins ou de bollards pour séparer les pistes des voies automobiles. À certains endroits, les places de stationnement seront retirées et de façon générale, la part accordée à la circulation automobile sur la chaussée sera réduite au profit des vélos.