Sue Montgomery suspend de nouveau son directeur d’arrondissement

C’est la troisième fois que Mme Montgomery impose une suspension au directeur d’arrondissement.
Photo: Jacques Nadeau Archives Le Devoir C’est la troisième fois que Mme Montgomery impose une suspension au directeur d’arrondissement.

Pour la deuxième fois en moins de deux mois, les élus de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce (CDN-NDG) ont invalidé la décision de la mairesse Sue Montgomery de suspendre son directeur d’arrondissement, Stéphane Plante.

Lors d’une assemblée extraordinaire du conseil d’arrondissement vendredi soir, les élus de CDN-NDG ont adopté à la majorité une résolution pour réintégrer Stéphane Plante à son poste, 24 heures après sa suspension sans solde décrétée par Sue Montgomery jusqu’au 5 mai.

Celle-ci reprochait au haut fonctionnaire son manque de collaboration. Jeudi, Stéphane Plante avait refusé de participer à une rencontre entre les élus et les fonctionnaires, car la directrice de cabinet de la mairesse, Annalisa Harris, y assistait aussi.

C’était la troisième fois que Mme Montgomery sévissait contre le directeur d’arrondissement. Les deux premières suspensions avaient été annulées par les autres élus de CDN-NDG en mars dernier.

« Le directeur de l’arrondissement refuse de collaborer avec moi, c’est malheureux », a commenté la mairesse Montgomery vendredi soir.

Rappelons qu’au terme d’une enquête, un rapport de la Division du respect de la personne et du contrôleur général de la Ville avait fait état de harcèlement psychologique de la part d’Annalisa Harris à l’encontre de deux employés de l’arrondissement, dont Stéphane Plante. Le contrôleur général avait ordonné qu’il n’y ait aucune communication entre Mme Harris et les fonctionnaires de l’arrondissement.

Sue Montgomery a refusé de mettre Annalisa Harris à la porte. L’affaire est maintenant devant les tribunaux, car la mairesse estime que le contrôleur général a outrepassé ses pouvoirs.

La Commission municipale du Québec a aussi été saisie du dossier et a conclu à plusieurs manquements au code d’éthique des élus municipaux de la part de Sue Montgomery. Des accusations ont été portées contre elle.

Crise de la COVID-19

Les autres élus de l’arrondissement ont convoqué une assemblée extraordinaire d’urgence vendredi soir afin d’invalider la suspension de M. Plante.

« Ça soulève des doutes sur le jugement de la mairesse », a indiqué au Devoir le conseiller de Snowdon, Marvin Rotrand. « Nous sommes en pleine crise de COVID-19. Le directeur d’arrondissement fait un travail important et essentiel pour assurer la direction de notre arrondissement. Nous sommes l’arrondissement qui compte le plus grand nombre de cas de COVID-19 », a-t-il rappelé.

La conseillère de Projet Montréal dans Côte-des-Neiges, Magda Popeanu, a aussi dénoncé l’attitude de Sue Montgomery, notamment parce que l’arrondissement doit composer avec la pandémie de COVID-19 et procéder à des compressions. « Nous devons planifier la relance économique et déposer, d’ici deux semaines, notre plan de redressement financier qui implique une coordination majeure des services de l’arrondissement, a-t-elle dit. Dans ce contexte de crise, les priorités personnelles de Mme Montgomery n’ont pas leur place. »

Dans l’espoir que la mairesse s’abstienne de suspendre une nouvelle fois le directeur d’arrondissement à l’avenir, les élus ont également adopté une résolution demandant aux employés de l’arrondissement que les directives du contrôleur général soient respectées.