Les sociétés de transport du Grand Montréal réduisent leurs services

À compter le lundi, les services seront réduits de 20 % en période de pointe.
Photo: Marie-France Coallier Le Devoir À compter le lundi, les services seront réduits de 20 % en période de pointe.

La baisse d’achalandage importante observée dans le métro et à bord des autobus dans la grande région de Montréal en raison de la COVID-19 a incité les sociétés de transport à revoir leurs services à la baisse.

À compter le lundi, les services de la Société de transport de Montréal (STM) seront réduits de 20 % en période de pointe. « Il s’agit d’une mesure temporaire qui permettra d’assurer la continuité des services, ainsi que la sécurité des clients et des employés », a indiqué la STM par voie de communiqué. La société de transport a toutefois précisé que ces mesures seront « évolutives » en fonction des besoins.

L’achalandage dans les autobus a baissé de 75 % depuis le début de la crise du coronavirus. La STM soutient qu’elle a pris en considération les besoins des travailleurs « essentiels » qui œuvrent notamment dans les grands établissements de santé. Elle assure toutefois que la diminution du nombre d’autobus n’augmentera pas indûment le nombre de passagers dans les véhicules « le plus souvent possible ».

Les navettes vers le casino et le parc Jean-Drapeau seront pour leur part suspendues et la fréquence du service de la ligne 747 sera diminuée.

Le métro, où l’achalandage a chuté de 80 %, verra aussi son service réduit de 20 % à l’heure de pointe. La fréquence des rames sera de 3 minutes 20 secondes à 4 minutes 5 secondes pour les lignes orange et verte, mais le service sur les lignes bleue et jaune restera le même, a dit la STM.

Le Réseau de transport de Longueuil (RTL) entend lui aussi réduire ses services à compter de lundi et révisera l’horaire de ses autobus et de ses taxis collectifs au cours des prochains jours.

De son côté, la Société de transport de Laval (STL) diminuera son offre de service de 45 % dès samedi.