Les relations s’enveniment entre Valérie Plante et Sue Montgomery

La mairesse de l'arrondissement Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce, Sue Montgomery, a été expulsée du caucus de Projet Montréal vendredi dernier.
Photo: Facebook La mairesse de l'arrondissement Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce, Sue Montgomery, a été expulsée du caucus de Projet Montréal vendredi dernier.

La mairesse de l’arrondissement de Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce, Sue Montgomery, aurait fait de l’« aveuglement volontaire » concernant le harcèlement psychologique dont serait responsable une employée politique, selon une enquête menée par la Ville. Valérie Plante a déploré lundi l’impasse dans laquelle l’arrondissement se trouve plongé.

Vendredi dernier, Valérie Plante a expulsé Sue Montgomery du caucus de Projet Montréal à la suite d’un rapport de la Division du respect de la personne faisant état de harcèlement psychologique de la part de la directrice de cabinet de Mme Montgomery, Annalisa Harris, à l’encontre de deux employés de l’arrondissement. Dans le cadre de cette enquête, 12 personnes ont été rencontrées, dont la mairesse Montgomery et la personne mise en cause.

Depuis plusieurs jours, Sue Montgomery soutient qu’elle n’a pas vu le rapport qui la blâme et qu’on lui a demandé de congédier sa directrice de cabinet, ce qu’elle a refusé de faire. « On m’a demandé de renvoyer quelqu’un sans avoir vu les preuves », a-t-elle déclaré vendredi. « Je serais la dernière personne à tolérer le harcèlement. […] Nous vivons dans une démocratie où les gens ont le droit de voir des preuves contre eux et de se défendre. Cela ne s’est pas produit et je ne peux pas l’accepter. »

Lundi, Valérie Plante a nié avoir demandé le congédiement de Mme Harris. Comme le Contrôleur général a demandé que la personne mise en cause n’ait plus de contacts avec les fonctionnaires, le cabinet de Valérie Plante a proposé une solution qui a été refusée, a-t-elle dit. « Mon équipe a proposé à Mme Montgomery de relocaliser cette personne pour quelques mois à la permanence du parti [Projet Montréal] », a expliqué Mme Plante. « La personne souhaitait venir au cabinet de la mairesse, ce que j’ai catégoriquement refusé. »

Un communiqué publié lundi par la Ville précise que le Contrôleur général a rencontré Mme Montgomery à deux reprises pour discuter des conclusions de l’enquête et l’aviser de l’obligation qu’elle avait de prendre des mesures pour faire cesser le harcèlement.

Le Contrôleur général a aussi précisé que les éléments de preuve, comme des courriels, ne pouvaient être partagés avec Mme Montgomery afin de protéger l’identité des témoins.

« C’est l’impasse et c’est dommage parce qu’au final, ce sont les citoyens qui vont probablement ramasser la facture s’il y a des procédures légales », a déclaré Valérie Plante.

Conseiller dans l’arrondissement de CDN-NDG et chef de l’opposition, Lionel Perez reproche à Mme Montgomery d’avoir agi de façon irresponsable. « Au lieu de calmer le jeu, de trouver une solution et d’avoir comme priorité le climat de travail à l’arrondissement et les 170 000 résidents de l’arrondissement, elle est en train de faire une sortie avec des demi-vérités. Elle prend ce qui l’arrange du rapport et rejette ce qui ne l’arrange pas. […] On doit calmer le jeu au lieu de rendre ça plus toxique. »

Sue Montgomery demeure mairesse de l’arrondissement CDN-NDG, mais siège désormais comme indépendante.