Des Montréalais à la rescousse de trois YMCA

Les YMCA du Québec ont évoqué des coûts de rénovation trop élevés pour justifier la fermeture du YMCA Guy-Favreau.
Photo: Annik MH de Carufel Le Devoir Les YMCA du Québec ont évoqué des coûts de rénovation trop élevés pour justifier la fermeture du YMCA Guy-Favreau.

Catastrophés par la fermeture de trois YMCA à Montréal, des citoyens se mobilisent pour sauver les centres fréquentés par des milliers d’usagers. À deux semaines de l’échéance, le temps commence toutefois à manquer.

Le 13 novembre dernier, les YMCA du Québec ont annoncé que les YMCA Guy-Favreau, Hochelaga-Maisonneuve et Pointe-Saint-Charles cesseraient leurs activités en partie ou en totalité au 31 décembre 2019.

La nouvelle a été accueillie avec stupéfaction et désarroi par les usagers. « Ça va bien au-delà d’un cours en piscine ou d’un gymnase. Le Y, c’est toute une communauté. Il y a beaucoup de gens vulnérables qui sont accompagnés pour faire de l’activité physique, pour socialiser ou avoir des services », explique Marie Tellier, membre du YMCA Hochelaga-Maisonneuve.

Pour celui de Guy-Favreau, l’organisation a évoqué des coûts de rénovation trop élevés. Les coûts des travaux requis avaient été estimés à 500 000 $, mais la flambée des prix dans le domaine de la construction a fait grimper la facture à 1,2 million, a fait valoir le p.-d.g. des YMCA du Québec, Stéphane Vaillancourt, lors d’une rencontre organisée par l’arrondissement de Ville-Marie il y a dix jours.

M. Vaillancourt a aussi fait état d’une baisse des abonnements du tiers et d’un déficit annuel de 700 000 $. « Financièrement, le modèle était intenable », a-t-il expliqué.

« Vous m’enlevez ma famille sur une base financière à laquelle je crois plus ou moins », a commenté Pierre Brûlé, un abonné de longue date du YMCA Guy-Favreau. Il n’a pas été possible lundi d’obtenir les commentaires de Stéphane Vaillancourt.

Ça va bien au-delà d’un cours en piscine ou d’un gymnase. Le Y, c’est toute une communauté.

Au Devoir, Pierre Brûlé décrit l’esprit d’entraide et de collaboration qui fait du YMCA un endroit bien différent d’un centre d’entraînement ordinaire géré par des intérêts privés. « Ç’a été fait de façon très cavalière, dit-il. On ne nous donne même pas un mois et demi de préavis avant la fermeture en pensant que tout le monde irait au YMCA du centre-ville, qui est bien différent et qui, à mon avis, est un peu impersonnel. »

Il signale que le YMCA Guy-Favreau propose des programmes d’intervention auprès de clientèles vulnérables, dont les itinérants.

La situation des trois YMCA qui fermeront leurs portes est un peu différente, dans la mesure où celui de Pointe-Saint-Charles occupe des locaux appartenant aux YMCA du Québec, alors que celui de Guy-Favreau est locataire dans un édifice fédéral et que celui d’Hochelaga-Maisonneuve loge dans un bâtiment de la Ville de Montréal.

Montréal et Ottawa

La Ville suit de près le dossier. La mairesse, Valérie Plante, a d’ailleurs écrit à la ministre fédérale des Services publics et de l’Approvisionnement, Anita Anand, pour sauver le YMCA Guy-Favreau.

Interpellée lors de l’assemblée du conseil municipal lundi, la responsable de l’inclusion sociale au comité exécutif, Nathalie Goulet, a assuré que les trois arrondissements concernés étaient « extrêmement actifs » pour trouver des solutions.

De son côté, le député de Laurier–Sainte-Marie et ministre du Patrimoine canadien, Steven Guilbeault, voit difficilement comment une solution à court terme pourrait être trouvée pour le YMCA Guy-Favreau, qui se trouve dans sa circonscription.

« Le gouvernement n’est pas dans la business de faire fonctionner des centres d’activités comme un YMCA. » Il croit cependant que le gouvernement pourrait apporter son aide, notamment en ce qui a trait aux modalités du bail.

D’ici là, des citoyens n’entendent pas lâcher prise. Mardi soir, une assemblée publique est prévue dans Hochelaga-Maisonneuve en présence du p.-d.g. des YMCA du Québec. Un rassemblement doit aussi avoir lieu jeudi midi devant le YMCA Guy-Favreau.

Les établissements fermeront leurs portes le 31 décembre prochain.