Le Plateau-Mont-Royal veut protéger ses enseignes iconiques

Une dizaine d’enseignes seront protégées dans la version finale du projet de règlement, selon Marie Plourde.
Photo: Valérian Mazataud Le Devoir Une dizaine d’enseignes seront protégées dans la version finale du projet de règlement, selon Marie Plourde.

Pour éviter un scénario comme celui du retrait intempestif de l’enseigne d’Archambault, sur la rue Sainte-Catherine, les élus du Plateau-Mont-Royal ont déposé, lundi soir, un avis de motion afin de protéger les enseignes commerciales de l’arrondissement. Cette procédure a pour effet immédiat d’interdire le retrait de près de 70 enseignes d’intérêt du territoire, en attendant qu’un règlement soit adopté pour encadrer la préservation de plusieurs d’entre elles.

« Il n’y a pas de petit patrimoine à mes yeux. Celui qui témoigne de l’histoire d’un quartier est important », insiste la conseillère du Mile-End Marie Plourde.

Après la polémique de l’enseigne du magasin Archambault, l’élue a senti l’urgence d’agir pour empêcher la disparition progressive d’enseignes emblématiques dans le Plateau. Avec son carnet, elle a sillonné les rues de l’arrondissement pour répertorier une centaine d’affiches parmi les plus importantes. « Les enseignes ont une valeur de point de repère, une valeur paysagère. Elles racontent l’histoire », dit Mme Plourde.

La division de l’urbanisme a effectué un premier tri et en a retenu 69, qui sont momentanément protégées par l’avis de motion. Celle de la bijouterie J. Omer Roy, avenue du Mont-Royal, en fait partie. C’est d’ailleurs l’inquiétude entourant cette enseigne emblématique qui a incité les élus à agir rapidement : le bâtiment a récemment changé de mains et la boutique centenaire cessera ses activités d’ici Noël.

Période kitsch

La sélection comporte des enseignes témoignant d’époques et de styles divers, dont celles de Schwartz’s, Fairmount Bagel, Chez Ménick, Mont-Royal Hot-Dog, Aux Verres stérilisés et même du Cinéma L’Amour et d’Ameublement Elvis. « Certaines témoignent d’une période kitsch qu’il faut assumer », croit Marie Plourde.

Au cours des prochains mois, des critères seront établis pour déterminer les éléments à considérer et la valeur patrimoniale de chacune. La participation des citoyens à l’exercice, de même que celle des sociétés d’histoire, sera aussi sollicitée.

Une dizaine d’enseignes seront protégées dans la version finale du projet de règlement, avance Marie Plourde. Ce règlement interdira non seulement le retrait des enseignes, mais introduira des obligations d’entretien pour les propriétaires, et ce, même si le commerce d’origine n’existe plus.

« C’est comme acheter une maison patrimoniale. L’enseigne vient avec le bâtiment », explique Marie Plourde. « Les propriétaires ne sont pas tous des gens insensibles au patrimoine. »

Témoins du passé

Normand Roy, propriétaire de la bijouterie J. Omer Roy, accueille avec satisfaction la décision des élus. Installée en façade au début des années 1950 par son grand-père, l’enseigne de la boutique a subi plusieurs restaurations au fil des ans. « Dans les années 1990, on l’a retirée pour lui refaire une beauté. Ça m’a coûté à l’époque 20 000 $», relate M. Roy.

« Mais il faudra voir comment ça va fonctionner », dit-il, en signalant que le nouvel acheteur n’aura peut-être pas envie de la conserver quand la bijouterie aura quitté les lieux.

« C’est un geste qui doit être salué », croit pour sa part Gabriel Deschambault, de la Société d’histoire du Plateau-Mont-Royal. Mais à l’instar de M. Roy, il se questionne sur la responsabilité qui incombera aux propriétaires en matière d’entretien : « Je trouve ça un peu fort d’imposer ça à ceux qui achètent des bâtiments. Mais on verra. »

Pour le propriétaire du bar Aux Verres stérilisés, rue Rachel, c’est le monde à l’envers.

Joint par Le Devoir, Jacques Boudrias rappelle qu’à l’époque où il était propriétaire du bar L’inspecteur Épingle, dans les années 1990, un inspecteur de la Ville l’avait sommé de retirer soit l’affiche portant le nom de son établissement, soit l’enseigne lumineuse en forme de flèche qui ornait la façade.

« Aujourd’hui, c’est le contraire », souligne-t-il. Aux Verres stérilisées arbore une flèche semblable à celle de L’inspecteur Épingle et la Ville veut désormais la préserver.

Jacques Boudrias rappelle que cette enseigne est en place depuis 1945, époque à laquelle son père a acheté le bâtiment.

« Pour moi, cette flèche est emblématique. C’est un trade-mark », dit-il. Quant au nom Aux Verres stérilisés, il réfère à la laveuse à verres que son père avait achetée. « Le bar s’appelait la Taverne Boudrias, mais les jeunes se sont mis à l’appeler “Verres stérilisés”. Quand j’ai vu ça, j’ai changé la raison sociale », raconte-t-il.

Si vous ne pouvez pas visualiser notre carte intégrée, nous vous invitons à la consulter sur notre site.