Montréal donnera plus de temps et plus de feux de circulation aux piétons

La Ville de Montréal envisage de sécuriser un minimum de 250 intersections par année.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir La Ville de Montréal envisage de sécuriser un minimum de 250 intersections par année.

La protection des piétons importe davantage que la fluidité de la circulation automobile, estime l’administration de Valérie Plante, qui installera des feux piétons à décompte numérique aux 1300 intersections qui n’en ont pas. De plus, on ajoutera de 4 à 6 secondes au temps alloué aux piétons pour traverser.

La Ville envisage de sécuriser un minimum de 250 intersections par année et se donne de 5 à 8 ans pour revoir l’ensemble des intersections.

Le budget accordé aux mesures destinées aux piétons sera haussé de 43 % pour les trois prochaines années, ce qui se traduira par des investissements de 58,5 millions dans les feux de circulation entre 2020 et 2022.

La mairesse Plante a reconnu que l’allongement du temps alloué aux piétons pour traverser aurait une incidence sur la fluidité de la circulation et que les automobilistes devront être plus patients, mais selon elle, il en va de la sécurité des plus vulnérables. « Les routes n’appartiennent pas à un seul groupe d’utilisateurs », a-t-elle dit.

Une année meurtrière

Vendredi, un homme de 89 ans a perdu la vie après avoir été happé par une voiture à l’angle des boulevards Décarie et De Maisonneuve Ouest, dans le quartier Notre-Dame-de-Grâce. Ce décès porte à 19 le nombre de piétons morts depuis le début de 2019 alors qu’il y a eu 23 collisions fatales à Montréal. De ce nombre, 15 piétons étaient âgés de 65 ans et plus.

« C’est très préoccupant », a soutenu l’inspecteur André Durocher, du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), qui a salué les mesures proposées par l’administration. « Il y a beaucoup d’éducation à faire concernant les passages pour piétons. Les gens ne les respectent pas. »

Le responsable de la mobilité au comité exécutif, Éric Alan Caldwell, a précisé que les normes de calcul du temps alloué pour traverser seront revues. À l’heure actuelle, la Ville de Montréal applique la règle selon laquelle un piéton franchit 1,1 mètre par seconde, mais elle entend abaisser cette norme à 0,9 mètre par seconde dans les secteurs où se trouve une population plus vulnérable, comme près des écoles, des CHSLD, des hôpitaux et des centres communautaires.

Aînés vulnérables

Médecin-conseil à la direction de la Santé publique de Montréal, le Dr Patrick Morency voit d’un bon oeil les mesures proposées par la Ville de Montréal. De nombreuses villes nord-américaines ont des feux piétons à toutes les intersections, a-t-il rappelé. « Il était temps que Montréal fasse ce rattrapage-là, a-t-il souligné. Les normes de vitesse excluaient entre 30 et 50 % des personnes âgées, qui n’avaient pas le temps de dégager l’intersection avant que le feu devienne rouge. »

L’opposition à l’Hôtel de Ville comprend mal que l’administration puisse mettre huit ans à reprogrammer les feux piétons du territoire. « La programmation des feux actuels ne nécessite pas huit ans. Ça peut se faire à l’intérieur d’un an ou deux, estime le chef d’Ensemble Montréal, Lionel Perez. C’est une question de volonté de la part de la mairesse. »