Montréal a longtemps fait fi des solutions contre le plomb

L’équipe d’enquête a testé l’eau de 26 logements où la Ville était déjà passée.
Photo: iStock L’équipe d’enquête a testé l’eau de 26 logements où la Ville était déjà passée.

La Ville de Montréal a manqué à son devoir de protection et de transparence envers ses citoyens dont l’eau potable contient du plomb en écartant plusieurs solutions utilisées dans d’autres villes québécoises et américaines.

L’équipe d’enquête constituée du Devoir, de l’Institut du journalisme d’enquête de l’Université Concordia et de Global News a rencontré des Montréalais laissés pour compte par ce que la Ville a longtemps appelé « le plan le plus ambitieux du Canada » pour éliminer le plomb de l’eau potable. Propriétaires laissés à eux-mêmes, locataires démunis, résidents mal informés ; jusqu’à 300 000 Montréalais pourraient encore aujourd’hui être exposés à un niveau élevé de plomb, d’après la Direction régionale de la Santé publique (DRSP) de Montréal, près de quinze ans après que la Ville a pris connaissance du problème.

Car, même si des kilomètres de conduits en plomb ont été changés, les dépassements de normes mesurés par la Ville sont inquiétants. Les documents municipaux obtenus par l’équipe révèlent que près de 17 % des 15 562 logements avec des canalisations de plomb testés par la Ville de Montréal entre 2004 et 2018 affichaient des niveaux supérieurs à la norme québécoise, soit 10 parties par milliard (ppb) après cinq minutes d’écoulement. Plus de la moitié (58 %) affichaient des niveaux supérieurs à la norme recommandée par Santé Canada, à 5 ppb.

 

 

« Avoir une stratégie axée sur le retrait des canalisations de plomb n’est pas équitable et ce n’est pas juste. Vous aidez la personne chez qui vous enlevez le tuyau, mais vous n’aidez pas les autres », déplore Michel Savard, médecin-conseil à la Direction de la santé publique du CISSS des Laurentides, qui a géré la crise de contamination au plomb à Sainte-Agathe-des-Monts en 1992. « Ce n’est pas prudent de bâtir une stratégie uniquement sur le retrait des lignes en plomb, c’est trop long. »

À une période où les projecteurs sont braqués sur le problème du plomb dans l’eau, Montréal annoncera mercredi un plan d’action visant à remplacer systématiquement les entrées de service en plomb du côté privé et à fournir un pichet filtrant aux citoyens qui attendent les travaux, a appris l’équipe d’enquête. Un plan ambitieux qui tentera de corriger l’injustice que vivent les Montréalais.

Iniquité

Laetitia Bourgeois loue un appartement dans le quartier Rosemont depuis trois ans et demi avec son conjoint et ses deux enfants dans une rue dont les canalisations n’ont toujours pas été remplacées. Il y a quelques mois, la Ville a testé l’eau potable de son domicile. « [L’employé] m’a dit : vous savez, il y en a qui [en] ont plus, vous, ça va. Et il va y avoir des travaux dans tous les cas. »

L’équipe d’enquête a toutefois trouvé 19 ppb de plomb (près de deux fois la norme de 10 ppb) dans l’eau de son robinet, qu’elle utilise pour cuisiner. « C’est beaucoup ! C’est énorme par rapport à ce que je pensais », a-t-elle réagi, visiblement préoccupée. « C’est de l’empoisonnement, pas volontaire mais clairement su par certaines personnes et caché à toute la population. »

À un pâté de maisons de chez elle, dans la même rue, les résidents n’ont, eux, aucune crainte à avoir en buvant l’eau de leur robinet. Les tuyaux en plomb appartenant à la Ville ont été remplacés il y a un an et plusieurs résidents en ont profité pour changer leur partie privée. L’équipe n’a d’ailleurs trouvé aucune trace de plomb dans leur eau.

C’est qu’à Montréal, la seule solution mise en avant a été le remplacement des conduits du côté public. Au hasard des travaux, certains Montréalais ont vu leur problème réglé, d’autres non.

La communauté scientifique met en garde contre cette option depuis des années, puisqu’une réfection partielle peut augmenter le niveau de plomb dans l’eau. « C’était clair à l’époque [du premier plan d’action] que les remplacements partiels étaient une très mauvaise idée », lance Marc Edwards, le professeur de génie civil et d’environnement à l’Université Virginia Tech qui a joué un rôle majeur dans les révélations sur la contamination au plomb de l’eau potable à Flint.

Montréal va de l’avant avec sa nouvelle stratégie, reconnaissant son retard. « Avec le temps, on se dit que ça ne change pas assez vite. Alors, on a trouvé une solution [pour] s’assurer que la job soit faite », a indiqué la mairesse, Valérie Plante, à l’équipe d’enquête.

Un traitement écarté

Pour lutter contre la présence de plomb, « le plus efficace et le plus rapide, c’est de diminuer la corrosion de l’eau », assène Michel Savard. Aux États-Unis, les villes de taille moyenne sont même obligées depuis 1991 de traiter l’eau potable pour alléger le risque de corrosion, et donc de contamination au plomb, entre autres. En formant un film protecteur à l’intérieur des tuyaux, l’orthophosphate, par exemple, réduit la quantité de plomb qui se dissout dans l’eau potable.

Une mesure qui n’avait pas été mise en oeuvre à Flint, au Michigan, lors de la célèbre crise de l’eau survenue en 2015. En 2014, dans une volonté de réduire ses coûts, Flint a cessé d’acheter son eau de Détroit pour puiser à même sa rivière. Mais l’eau n’a pas été traitée adéquatement : les métaux toxiques dans les canalisations ont été libérés dans l’eau potable et les bactéries y ont proliféré.

Le professeur Marc Edwards, à Virginia Tech, a entrepris de trouver une solution. Sur les 277 maisons échantillonnées par son équipe en août 2015 — quand l’eau n’était pas traitée contre la corrosion — 17 % des échantillons dépassaient 15 ppb, avec des maximums bien au-delà de 100 ppb et une médiane de 3,5 ppb. Sous la pression croissante de l’opinion publique, Flint a recommencé à acheter son eau à Detroit en octobre 2015 — de l’eau déjà traitée avec de l’orthophosphate, à laquelle la ville a ajouté une dose supplémentaire pour rétablir rapidement le film protecteur dans les tuyaux. Un an plus tard, la teneur médiane en plomb était inférieure à 1 ppb et seulement 6 % des échantillons dépassaient 15 ppb.

Au Québec, rien n’oblige les municipalités à traiter leur eau potable pour contrer la corrosion des canalisations. Certaines ont tout de même adopté une telle mesure, dont Québec. Depuis une vingtaine d’années, la Vieille Capitale ajoute des traitements de phosphate dans l’eau potable, diminuant ainsi sa teneur en plomb. De 2014 à 2018, seulement 1 % des 358 tests effectués par la Ville de Québec pour satisfaire à l’exigence du ministère de l’Environnement dépassaient la norme en vigueur.

« Il faut un certain temps pour l’implanter pour que ça soit fonctionnel. Et dans 20 ans, si on ne remplace pas les entrées de service en plomb, on va être pris à encore contrôler la corrosion », soutient le Dr David Kaiser, de la Direction régionale de la Santé publique de Montréal.

Pourtant, dès 2006, une étude commandée à SNC-Lavalin et Dessau-Soprin recommandait l’utilisation d’orthophosphate pour protéger les citoyens le temps que Montréal remplace ce qu’elle estimait être les 69 000 canalisations en plomb sur son territoire. Une solution qui n’a jamais vu le jour.

Interrogée à ce sujet, Chantal Morissette, directrice du Service de l’eau de la Ville de Montréal, soutient que des études menées dans les années suivantes avec Polytechnique ont « démontré que [l’utilisation d’orthophosphates], avec la qualité de l’eau à Montréal, ne fonctionnait pas avec les remplacements partiels », c’est-à-dire lorsqu’une partie de l’entrée de service est en plomb et l’autre ne l’est pas.

Des travaux menés par Polytechnique confirment que le niveau de plomb peut s’accentuer à court terme lorsqu’une seule partie des tuyaux est en plomb. Mais dans d’autres cas, le traitement a fait ses preuves. L’ajout d’un tel traitement maintenant réduirait la contamination dans les milliers de bâtiments où les conduites de la Ville sont encore en plomb, mais pourrait augmenter les niveaux dans les maisons où la Ville a déjà effectué des remplacements du côté public sans que la partie privée soit changée, par exemple.

« S’ils avaient mis de l’orthophosphate dans l’eau [dès le départ], l’exposition au plomb aurait été largement réduite dans l’ensemble du système », assure M. Edwards. Il est d’ailleurs cité dans le rapport de SNC-Lavalin et Dessau-Soprin et appuie la « garantie de succès » de l’ajout de ce traitement dans l’eau montréalaise.

Locataires sans recours

Ce contexte a rendu les locataires, qui représentent plus de la moitié des ménages à Montréal (soit 63 % selon le recensement de 2016), particulièrement vulnérables.

Ces derniers n’ont aucun recours à leur portée si leur propriétaire refuse de se débarrasser de ses vieux tuyaux en plomb. Et rien ne l’oblige à divulguer les résultats d’analyse de la présence du métal dans l’eau de son logement.

Une situation dans laquelle s’est retrouvée Anne Hébert, 47 ans, qui loue depuis janvier une maison unifamiliale des années 1950, dans Ahuntsic, où elle vit avec ses jumeaux de 18 ans. « J’ai communiqué avec le propriétaire, puis sa réponse, c’était que l’eau est parfaite et [que je devais m’adresser] à la Ville s’il y a un problème », explique-t-elle. Ne voulant s’embarquer dans une bataille contre son propriétaire, elle a fini par acheter un distributeur d’eau.

Les données obtenues par l’équipe d’enquête indiquent que la Ville a testé l’eau du robinet du logement de Mme Hébert avant son emménagement, en 2018. Des concentrations de 20 ppb de plomb — deux fois la norme québécoise — y ont été trouvées. Les tuyaux en plomb dans sa rue ont été remplacés cet été, mais son propriétaire ne lui a jamais confirmé si la partie privée de son entrée de service était aussi en plomb.

Même la mairesse Valérie Plante dit avoir découvert tout récemment la situation dans son propre logement. « Je suis [propriétaire] depuis de nombreuses années et je n’ai jamais communiqué [la présence de plomb] à mes locataires […] Je n’étais pas au courant. Même maintenant, je regarde mes papiers et je ne sais toujours pas pour ma partie privée ».

« La plupart des citoyens n’iront pas de l’avant pour remplacer leur partie de la tuyauterie, c’est trop coûteux. Sauf si [la Ville] l’exige et [qu’elle aide ses] propriétaires à le faire », faisait valoir Michèle Prévost, titulaire de la chaire industrielle en eau potable et professeure d’ingénierie à Polytechnique Montréal, en septembre.

La Commission sur l’eau de Montréal a recommandé dès 2013 la création d’un programme de subventions de 200 $ par mètre de tuyau, jusqu’à un maximum de 2000 $ par immeuble. Mais jamais cette recommandation n’a vu le jour. « En 2013 on [pensait encore que] les propriétaires allaient se responsabiliser et faire les remplacements, mais ce n’est pas le cas », explique Mme Morissette pour justifier la mesure tardive annoncée mercredi.

Mais compter sur la simple volonté des citoyens de changer leurs tuyaux n’est pas gage de succès, selon le Dr Kaiser de la DRSP. « On sait que les mesures volontaires vont être adoptées de façons variables [surtout] par les personnes aisées, plus éduquées, que les personnes vulnérables plus à risque. »

Citoyens mal informés

Le succès mitigé du remplacement des conduits en plomb s’ajoute à une communication incomplète de la part de la Ville.

L’équipe d’enquête a testé l’eau de 26 logements où la Ville était déjà passée. Moins de la moitié des résidents disent avoir été informés du résultat exact par la Ville. Une résidente d’Outremont se souvient d’avoir été informée que son eau se situait dans la norme québécoise, alors que la concentration de plomb y était presque trois fois supérieure. À Ahuntsic, plutôt que de révéler un résultat de 72 ppb (sept fois la norme), la Ville a indiqué au propriétaire de ne pas s’inquiéter puisque des travaux de remplacement se dérouleraient l’année suivante. Seulement 2 des 26 propriétaires disent avoir reçu des conseils pour se protéger.

Stéphanie St-Onge vit avec ses trois jeunes enfants dans un duplex du quartier Notre-Dame-de-Grâce qu’elle partage avec sa mère. En juillet, la Ville a effectué un test à leur domicile et a trouvé 6 ppb de plomb dans l’eau du robinet, après cinq minutes d’écoulement. Elles n’ont pas eu le résultat sur le coup, mais ont dû le demander dans les semaines suivantes par courriel. « Je n’ai pas compris comment [les] lire, je ne suis pas une scientifique », insiste Mme St-Onge.

Le test de notre équipe montre plutôt un niveau de 16,1 ppb au premier jet, lors de la première utilisation de l’eau le matin.

« J’ai donné du lait maternisé [à mes enfants]. J’achetais la poudre et j’utilisais l’eau du robinet pour les préparer », confie-t-elle, préoccupée. Les recherches du professeur Bruce Lanphear de l’Université Simon Fraser, en Colombie-Britannique, confirment ses inquiétudes ; le plomb est absorbé plus rapidement par les nourrissons qui boivent du lait maternisé puisque « le plomb imite le fer et le calcium » dont les nouveau-nés ont besoin.

Et c’est sans parler des informations incomplètes, voire erronées, quant aux effets du plomb sur la santé, transmises aux résidents. Il y a trois ans, les maisons montréalaises construites avant 1970 ont reçu un dépliant de la Ville indiquant que les risques de l’exposition au plomb restent « faibles et limités aux femmes enceintes (pour l’enfant à naître) et aux enfants de moins de six ans », alors que les adultes peuvent aussi être affectés.

La DSP de Montréal a récemment recommandé à la Ville de mettre à jour les informations qu’elle divulgue à ce sujet. « Il y a 15 ans, ce qu’on connaissait, c’était les répercussions sur les enfants. La science est maintenant très solide et on sait qu’il y a des conséquences aussi sur les adultes. Alors, on change le message et ça va se refléter dans ce que la Ville envoie aux citoyens », affirme M. Kaiser.

Crédits

Rédaction:

Annabelle Caillou, Brigitte Tousignant — Le Devoir
Ian Down, Michael Wrobel — Institut du journaliste d’enquête de l’Université Concordia

Équipe d’enquête, Université Concordia:

Mia Anhoury, James Betz-Gray, Matthew Coyte, Miriam Lafontaine, Franca Mignacca, Lea Sabbah, Ayrton Wakfer

Reporters, Université Concordia:

Michael Bramadat-Willcock, Thomas Delbano, Elaine Genest, Adrian Knowler, Mackenzie Lad, Benjamin Languay, Jon Milton, Katelyn Thomas

Équipes de production:

Le Devoir: Véronique Chagnon (chef de projet), Lea Sabbah (stagiaire)

Institut du journaliste d’enquête de l’Université Concordia: Patti Sonntag (productrice et superviseure), Colleen Kimmett (coordonnatrice du projet), Fabio Luis Leon-Rosa (assistant éditorial)

Avec la collaboration de Global News

Produit par l’Institut du journalisme d’enquête de l’Université Concordia

7 commentaires
  • Robert Bissonnette - Abonné 23 octobre 2019 07 h 09

    Montréal a fait fi des solutions contre le plomb

    Je constate que les dirigeants se traînent les pieds lorsqu'il s'agit de protéger la santé publique. Merci aux équipes de chercheurs qui doivent continuer à surveiller notre eau potable et à pousser les dirigeants à mettre les solutions en place le plus vite possible.

    Nicole Gagné

  • Chantale Desjardins - Abonnée 23 octobre 2019 08 h 20

    Manque de renseignements sur l'eau potable

    L'eau du robinet n'est pas potable, c'est de l'eau de piscine.
    Une eau qui contient du chlore, des minéraux inorganiques n'est pas une eau potable.
    Définition de l'eau: incolore, inodore et sans saveur H2O.
    La seule eau potable est celle qui répond à cette définition donc L'EAU DISTILLÉE.
    Quand va-t-on dire la vérité à la population?
    La première importance dans l'environnement est l'eau que nous devons boire.

  • Marc Davignon - Abonné 23 octobre 2019 09 h 12

    Pourquoi?

    Évaluation des risques? Au démarrage d'un projet! Les grands spécialistes de la gestion ne l'ont pas vue venir ... encore une fois!

    Alors, d'où viens cette nouvelle <crise>?

    Ils ignoraient tout cela? Comment cela est-il possible?

    Or, si cela est une question de <santé publique>, pourquoi pas pas remplacé les <deux bouts> et que la ville paie pour ce remplacement? Le bout ... du dit <propriétaire> n'est sûrement pas d'une valeur de milliers de dollars (le creusage ... si). Car, la protection du public, est-ce une affaire d'embout du propriétaire? Pour une embout de tuyau de quelque centaire ne dollard cela va en couter des milliers! Quelle affaire .. en or.

    Encore une fois nous devons nous poser la question : sommes nous devant de l'incompétence crasse de la gestion ou un moyen de faire de l'argent facile (des creusages inutiles ou encore comme celle des compteurs d'eau) ?

    Vive la gestion, vive la gestion de projet, vive les PMP libres.

    P.S. Des gens sont venus faire l'évaluation de notre eau, ils nous ont dit qu'elle était en deçà de la norme (bonne nouvelle n'est-ce pas). Nous avons demandé une copie des résultats et ils ont refusé. Bravo!

  • Paul Gagnon - Inscrit 23 octobre 2019 09 h 36

    Les fonctionnaires montréalais

    n'étant pas eux-mêmes obligés d'habiter à Montréal...

  • Claude Lemire - Abonné 23 octobre 2019 09 h 55

    Taux de plomb dans le sang

    Ne serait-il pas opportun que, lors des prises de sang régulières, on recherche également le taux de plomb dans le sang; cela nous permettrait d'être conscient de niveau de risque nous concernant. Devrait-on le demander à son médecin ?