Projet Montréal reste maître du Plateau

Le candidat de Projet Montréal, Luc Rabouin, a récolté plus de 67% des votes, ce qui fait de lui le nouveau maire de l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal.
Photo: Marie-France Coallier Le Devoir Le candidat de Projet Montréal, Luc Rabouin, a récolté plus de 67% des votes, ce qui fait de lui le nouveau maire de l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal.

Succédant à Luc Ferrandez, Luc Rabouin, de Projet Montréal, est devenu dimanche le maire de l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal, en remportant l’élection partielle avec une majorité de plus de 7800 voix.

Les résultats du vote ont placé l’entrepreneur social loin devant ses deux rivaux, Jean-Pierre Szaraz et Marc-Antoine Desjardins, respectivement d’Ensemble Montréal et de Vrai changement pour Montréal. Le candidat de Projet Montréal a récolté plus de 67 % des votes, tandis que M. Szaraz obtenait 17,33 % des voix, et M. Desjardins, arrivé en troisième position, convainquait 15,65 % des électeurs de voter pour lui.

À 21 h 14, on a annoncé une « victoire éclatante » pour le candidat de Projet Montréal dans l’arrondissement.

Sous les applaudissements enthousiastes, M. Rabouin a remercié ses partisans et tous ceux qui l’ont aidé dans sa campagne. « Je suis très conscient que cette éclatante victoire, je la dois à vous », a-t-il déclaré, saluant également le « courage » de ses adversaires de s’être lancés dans cette campagne.

Dans son discours, le nouvel élu s’est entre autres engagé à augmenter l’offre de logements sociaux et à lutter contre les plateformes de logement commercial.

M. Rabouin succède à Luc Ferrandez, qui a démissionné de son poste de maire d’arrondissement et quitté la vie politique en mai dernier. Il avait invoqué comme raison de son départ son incapacité à influencer les décisions prises à l’hôtel de ville en matière d’environnement.

M. Rabouin est donc élu avec une victoire aussi large que son prédécesseur, qui avait récolté plus de 65 % des voix lors des élections municipales de 2017.

Le nouveau maire de l’arrondissement a d’ailleurs dit à propos de son prédécesseur qu’il avait « mis la barre haut », mais que « les portes qu’il a ouvertes » allaient faciliter son travail. « Malgré nos différences, on partage les mêmes valeurs, la même vision de la ville et le même sentiment d’urgence par rapport à des défis auxquels on doit faire face maintenant », a-t-il dit.

« Je me suis lancé en politique pour garder le cap et accélérer la transition écologique », a-t-il résumé.

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, a souligné les « résultats écrasants » de cette élection partielle. « Avoir envie de chausser les chaussures de Luc Ferrandez… wouah ! » s’est-elle exclamée à propos de M. Rabouin.

« Je suis extrêmement fière comme cheffe de pouvoir dire qu’on ne tient pas les choses pour acquises et qu’on a des idées audacieuses », a-t-elle poursuivi, concédant que l’arrondissement était « un château fort de Projet Montréal ».

Dans un communiqué, M. Szaraz a félicité ses adversaires, appelant le nouveau maire à être « véritablement rassembleur et moins dogmatique », pour le bien des citoyens de l’arrondissement.

« Je tiens à remercier M. Jean-Pierre Szaraz pour une campagne menée avec coeur et ses efforts soutenus », a quant à lui écrit sur Twitter le chef d’Ensemble Montréal, Lionel Perez.

Un total de 65 404 électeurs étaient inscrits sur la liste électorale. De ce nombre, 24,53 % ont voté, un résultat qualifié de très élevé pour une partielle par les organisateurs de la campagne.