Montréal poursuit Accurso et Zampino pour 26 millions

Tony Accurso et Frank Zampino photographiés lors d’un voyage à Las Vegas, en 2006.
Photo: Commission Charbonneau Tony Accurso et Frank Zampino photographiés lors d’un voyage à Las Vegas, en 2006.

La Ville de Montréal déposera dans les prochains jours une poursuite de 26 millions de dollars contre les entreprises de Tony Accurso et contre l’ancien président du comité exécutif, Frank Zampino, pour leur participation alléguée à un système de trucage de contrats.

Montréal estime qu’entre 1999 et 2009, les sociétés du groupe Accurso, soit Simard-Beaudry, Constructions Louisbourg, Usine d’asphalte Montréal-Nord et Ciments Lavallée, ont pris une part active dans un système frauduleux à l’occasion de travaux d’égouts, d’aqueducs, d’asphalte et de trottoirs.

Les entreprises du groupe Accurso ont obtenu 120 contrats de la Ville de Montréal et comme elles n’ont pas participé au Programme de remboursement volontaire, Montréal a décidé de s’adresser aux tribunaux.

Dans un projet de requête, qui a été approuvé mercredi par le comité exécutif, la Ville réclame 20 % du montant total payé pour chacun de ces contrats.

L’ancien bras droit du maire Gérald Tremblay, Frank Zampino, est également visé solidairement par ces procédures. La Ville souligne ses liens étroits avec Tony Accurso et ses trois séjours sur son bateau baptisé Le Touch. « Le rôle central qu’a joué Frank Zampino dans le système généralisé de collusion à la Ville de Montréal s’étendait dans tous les domaines d’octroi de contrats par la Ville », indique-t-on.

« C’est de l’argent qui appartient aux Montréalais. On n’aurait pas eu à dépenser autant s’ils n’avaient pas fait des manoeuvres dolosives », a commenté mercredi le président du comité exécutif de l’administration Plante, Benoit Dorais. La preuve détenue par la Ville est « béton », a-t-il dit.

MM. Accurso et Zampino sont aussi poursuivis par la Ville de Montréal dans le dossier des compteurs d’eau pour un montant de 14 millions. Rappelons que, l’an dernier, M. Accurso avait été reconnu coupable de fraude et de corruption en lien avec des contrats à Laval. Il a interjeté appel. Pour sa part, Frank Zampino doit subir son procès relativement à un système allégué de partage de contrats à Montréal. Il a par ailleurs été acquitté dans le dossier du Faubourg Contrecoeur.

Benoit Dorais se dit convaincu que la Ville pourra récupérer les sommes réclamées. En juin 2018, l’avocat de Tony Accurso avait toutefois évoqué les difficultés financières de son client. « C’est sûr qu’il ne va pas nous dire qu’il est en bonne situation financière, que tout va bien et qu’il se la coule douce sur le Touch. Mais nous, qu’importe la situation, il y a différents actionnaires, différentes compagnies. On va aller chercher tout l’argent qu’on est capables », a commenté M. Dorais.

Les représentants de Tony Accurso et Frank Zampino n’ont pas rappelé Le Devoir.

Montréal intente aussi un recours contre des laboratoires spécialisés dans le domaine du génie civil et de la géotechnique, dont le GHD Consultants, le Groupe ABS, et G & S Consultants. Selon la Ville, ces entreprises ont participé à un stratagème de collusion et elle leur réclame 833 000 $. Frank Zampino est aussi visé dans cette affaire.