La Plaza Saint-Hubert de Montréal deviendra une rue partagée

Un premier tronçon de l’artère commerciale en chantier depuis des mois devrait ouvrir aux alentours du 19 juillet.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Un premier tronçon de l’artère commerciale en chantier depuis des mois devrait ouvrir aux alentours du 19 juillet.

Au terme de sa métamorphose, la Plaza Saint-Hubert deviendra une rue partagée où les voitures cohabiteront avec les cyclistes et les piétons et la vitesse y sera limitée à 20 km/h, a appris Le Devoir.

En chantier depuis des mois, l’artère commerciale se refait une beauté pour permettre le réaménagement des lieux et l’élargissement des trottoirs. Lors de l’assemblée du conseil d’arrondissement de Rosemont–La Petite-Patrie mardi soir, les élus entérineront une ordonnance pour désigner l’artère commerciale comme une rue partagée.

Ce concept permet aux piétons et aux cyclistes d’investir la chaussée et les automobilistes sont tenus de rouler à vitesse réduite. Plusieurs projets de rues partagées ont été réalisés à Montréal ou sont en voie de l’être comme rue Émery, dans le Quartier latin, rue Saint-Paul dans le Vieux-Montréal ou dans le secteur de la place Simon-Valois.

Le maire de Rosemont–La Petite-Patrie, François Croteau, affirme que la décision de transformer le secteur de la Plaza Saint-Hubert en rue partagée a été prise dès l’étape de planification du projet de réaménagement de l’artère. « Le peu de différence de hauteur entre la rue et le trottoir va s’apparenter à l’aménagement de la rue Saint-Paul ou à celui de la rue Sainte-Catherine, dans le Quartier des spectacles », explique-t-il.

Ce sont les commerçants qui souhaitaient une rue plus conviviale pour les piétons afin que ceux-ci puissent traverser l’artère où ils le veulent en se rendant d’un commerce à l’autre. « Les tronçons sont longs, et déjà, les piétons faisaient du jaywalking partout », signale M. Croteau. « Ça va permettre de régulariser des pratiques qui ont déjà lieu et ça va changer l’ambiance. Il y aura moins de bruit et moins de circulation. »

La première phase des travaux de la Plaza, entre les rues Jean-Talon et Saint-Zotique, se terminera au cours des prochaines semaines. Dès l’ouverture de ce tronçon, aux alentours du 19 juillet, l’artère sera en rue partagée et une nouvelle signalisation sera implantée.

La seconde phase des travaux doit débuter au mois d’août, entre les rues Saint-Zotique et Bellechasse, pour se terminer au printemps 2020. Quant à la nouvelle marquise, elle sera installée progressivement à compter du mois de septembre.

Rappelons que le Code de la sécurité routière permet aux piétons de traverser la chaussée où bon leur semble dans les rues partagées. Les cyclistes doivent rouler dans le même sens que les automobiles et céder le passage à tout piéton croisé. Quant aux automobilistes, ils doivent circuler à une vitesse maximale de 20 km/h, mais ils ne sont pas tenus de respecter la distance d’un mètre près d’un piéton ou d’un cycliste dans la mesure où cela ne pose pas de danger.

Le directeur général de la Société de développement commercial (SDC) de la Plaza Saint-Hubert, Mike Parente, confirme que son organisation est à l’origine du projet de rue partagée, car les commerçants souhaitaient une réduction de la vitesse. « La rue partagée vise à redonner à tous les Montréalais et aux visiteurs le plaisir de profiter de la rue », avance-t-il.

M. Parente pense que les nouveaux aménagements et le concept de rue partagée vont attirer davantage de clients. « Et les gens vont rester plus longtemps parce que ça va être un endroit agréable pour passer la journée. »

La SDC avait sondé ses membres et la vitesse : le stationnement en double file ainsi que le sentiment d’insécurité de la clientèle figuraient au sommet des préoccupations des commerçants. Il reconnaît que certains commerçants sont opposés à la transformation de l’artère en rue partagée. « Mais on ne peut pas satisfaire tout le monde. »

La première phase du chantier n’a pas été facile pour les commerçants, mais M. Parente croit que la nouvelle rue réaménagée sera une source de fierté. « C’est un chantier. Il y a eu des désagréments et l’accès aux commerces n’a pas toujours été facile. Mais ils commencent à voir les résultats ».

3 commentaires
  • François Beaulé - Abonné 29 juin 2019 07 h 09

    Une marquise problématique

    La nouvelle marquise pose deux problèmes.

    Le premier est son horizontalité qui fera s'accumuler la neige et la glace. Cela assombrira les trottoirs pendant les mois d'hiver. Le poids de la neige et de la glace pourrait briser le verre. Il faudra donc déneiger et déglacer souvent. À quel prix ?

    L'autre problème est causé par les piliers qui supporteront cette marquise horizontale. Pour supporter la neige, la glace et le poids des déneigeurs, ces piliers devront être beaucoup plus gros que ceux de l'ancienne marquise pentue. Et donc, ils obstueront le passage des piétons en plein milieu des trottoirs. Le rétrécissement de la rue ne se soldera pas par une meilleure fluidité du passage des piétons puisque ceux-ci devront contourner les piliers de la marquise.

    Pour ces raisons, il est préférable de ne pas construire de marquise.

    • François Beaulé - Abonné 30 juin 2019 06 h 09

      Pour appuyer mon opinion, voici l'image publiée dans Le Devoir du 22 mars 2018 :
      https://media1.ledevoir.com/images_galerie/nwd_605966_456905/image.jpg

  • Daniel Ouellette - Inscrit 30 juin 2019 06 h 04

    Des observations sans doute trop logiques...!

    Les fonctionnaires et les politiciens qui dépensent des millions en développant des concepts plus théoriques et quelques peu esthétiques ne semblent être en mesure de suivre des réflexions comme les vôtres M. Beaulé. Les élus-es bien que très ''diplômés'' sont de plus en plus incompétent quant à la capacité de gérer le développement économique et financier des villes.

    Les systèmes de taxation sur l'Île de Montréal, le développement anarchique et les réfections de rues sans planification d'ensemble sont en voie de détruire les grandes artères commerciales qui étaient un des attraits touristiques de cette ville… évidemment tout cela se fait avec un large sourire !