Des pistes cyclables plus sécuritaires dans Rosemont–La Petite-Patrie

D’ici trois ans, Rosemont–La Petite-Patrie réaménagera les 90 kilomètres de voies cyclables existantes et ajoutera 65 kilomètres de pistes protégées, a annoncé le maire François Croteau jeudi.
Photo: Michaël Monnier Le Devoir D’ici trois ans, Rosemont–La Petite-Patrie réaménagera les 90 kilomètres de voies cyclables existantes et ajoutera 65 kilomètres de pistes protégées, a annoncé le maire François Croteau jeudi.

Rosemont–La Petite-Patrie prend les grands moyens pour accroître la sécurité des cyclistes. D’ici trois ans, l’arrondissement réaménagera les 90 kilomètres de voies cyclables existantes et ajoutera 65 kilomètres de pistes protégées, a annoncé le maire François Croteau jeudi. Dans l’opération, la rue de Bellechasse sera transformée en sens unique.

« Depuis 2011, il y a eu cinq décès de cyclistes sur les routes de Rosemont–La Petite-Patrie malgré le réseau cyclable en place. Nous avons un devoir comme politiciens et élus de tout mettre en oeuvre pour ne plus que ça se reproduise », a expliqué le maire Croteau. « Nous avons décidé de repartir sur une feuille blanche et de créer un tout nouveau réseau cyclable entièrement sécurisé sur l’ensemble du territoire de Rosemont–La Petite-Patrie. »

Dès cette année, l’avenue de Chateaubriand fera l’objet de travaux et une piste cyclable bidirectionnelle protégée et « de grande largeur » — 2 mètres par voie cyclable — sera aménagée. Une des deux voies de circulation automobile disparaîtra.

Des études seront réalisées pour le réaménagement des rues de Bellechasse — qui deviendra un sens unique — et Saint-Zotique. D’ici trois ans, d’autres rues feront l’objet de travaux. Ainsi, les bandes cyclables des rues Saint-Dominique, Chabot et de Bordeaux ainsi que des 1re, 30e, 31e, 36e et 39e Avenues seront transformées en pistes protégées ou en vélorues.

« Tout le réseau sera inspiré d’un aménagement de REV [Réseau express vélo], en site protégé avec des bollards qui resteront toute l’année. Ce qui permettra à l’arrondissement de déneiger, en toutes circonstances, 100 % du réseau », a indiqué François Croteau. « Le but n’est pas de décourager les gens d’utiliser leur voiture. Il s’agit plutôt de leur offrir une option conviviale, sécuritaire et agréable, un aménagement qui va leur donner le goût de pédaler soir et matin », a ajouté le maire.

Sorties de ruelles

Des zones de dégagement de cinq mètres seront implantées à la sortie des ruelles. « Il y a un problème majeur de sécurité aux intersections et aux sorties de ruelles. On devait absolument prendre une décision pour nous assurer d’une meilleure cohabitation », a précisé François Croteau en signalant que les demandes pour une plus grande sécurité émanaient surtout des automobilistes.

Dès cette année, 150 places de stationnement seront retirées aux intersections et aux sorties de ruelles. L’arrondissement ignore combien disparaîtront à terme, mais le maire affirme que les efforts seront faits pour limiter les impacts négatifs pour les automobilistes. Une signalétique distincte sera aussi adoptée pour ce réseau cyclable. Le coût de toutes ces mesures atteindra 6 millions de dollars et sera assumé par l’arrondissement.

Vice-président de Vélo Québec, Jean-François Pronovost a salué l’annonce du maire Croteau. « Le message qui est donné, c’est de créer plus d’options pour les gens qui sont un peu hésitants à prendre leur vélo. »

Pierre Rogué, de l’Association pour la mobilité active de Rosemont-La Petite-Patrie, estime qu’un grand pas sera franchi avec ce plan. « Dans Rosemont, à l’heure actuelle, on n’a pas d’aménagements. Il y a seulement deux pistes, Rachel et Boyer », fait-il remarquer. « Et Rachel est dans un état pitoyable. Il serait d’ailleurs grand temps que la ville-centre s’en occupe. » M. Rogué signale aussi qu’avec les pistes protégées, les piétons et cyclistes seront mieux protégés des camions qui ont causé plusieurs collisions au cours des dernières années dans l’arrondissement.

Le cas de Verdun

Le plan dévoilé par Rosemont-La Petite-Patrie survient une semaine après la présentation, par la mairesse Valérie Plante du Réseau express vélo (REV). Ces « autoroutes pour vélos » seront progressivement aménagées sur 17 axes au cours des prochaines années, notamment sur les rues Saint-Denis et de Bellechasse.

Dans Verdun, un projet-pilote pour une piste cyclable sur la rue de Verdun suscite le mécontentement de plusieurs commerçants qui dénoncent notamment le retrait de 275 cases de stationnement alors que d’autres voies cyclables sont accessibles dans le secteur.

Mardi dernier, plusieurs d’entre eux ont d’ailleurs assisté à l’assemblée du conseil d’arrondissement de Verdun pour exprimer leurs inquiétudes au sujet des inconvénients qu’aura ce projet pour les clients provenant de l’extérieur de l’arrondissement ou ceux à mobilité réduite. Le maire jean-François Parenteau a promis d’assurer un suivi serré de ce projet. « Il pourrait y avoir des pertes, peut-être des gains et peut-être que ça ne changera rien», a-t-il dit en insistant sur la nécessité de rendre cette artère plus conviviale.

Le bilan des piétons décédés ou blessés s’alourdit

L’an dernier, trois cyclistes sont décédés sur le territoire de l’île de Montréal, soit un de moins que l’année précédente, indique le rapport annuel 2018 publié par le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM). Le nombre de cyclistes blessés gravement ou légèrement a aussi diminué l’an dernier par rapport à 2017.

Le bilan du côté des piétons est plus sombre. En 2018, 18 piétons sont morts, contre 15 en 2017, et le nombre de blessés graves a grimpé à 87, contre 78 en 2017.

Quant au nombre de constats d’infractions distribués aux automobilistes, il est passé de 1,7 million à 1,6 million en 2018, alors que le nombre de ceux remis aux cyclistes est demeuré stable à 12 285 en 2018. Près de 23 000 constats ont été donnés aux piétons, un chiffre se maintient depuis 2014.