Le stationnement deviendra payant partout dans Outremont cet automne

Le coût de la vignette annuelle pour les résidents variera de 100 $ à 140 $. Le stationnement demeurera gratuit pour les deux premières heures.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Le coût de la vignette annuelle pour les résidents variera de 100 $ à 140 $. Le stationnement demeurera gratuit pour les deux premières heures.

À compter de l’automne, il faudra détenir une vignette pour pouvoir se stationner dans les rues d’Outremont. En rendant tous les stationnements payants, l’arrondissement prévoit de récolter annuellement des revenus supplémentaires de 400 000 $ qui financeront le verdissement et les aménagements piétonniers et cyclistes du territoire.

À l’heure actuelle, il existe 11 types de stationnements différents dans l’arrondissement d’Outremont. Le plan présenté jeudi par le maire Philipe Tomlinson vise à simplifier ce système et à créer une seule zone pour tout l’arrondissement. Ainsi, les détenteurs d’une vignette annuelle pourront se garer dans n’importe quel secteur d’Outremont.

Outremont élimine aussi le système d’alternance qui obligeait les automobilistes à déplacer leur voiture deux fois par semaine. Le maire Tomlinson soutient que ce changement se traduira par un ajout de 399 cases de stationnement dans l’arrondissement.

À l’heure actuelle, 40 % du territoire comporte des vignettes. En étendant les vignettes à l’ensemble de l’arrondissement, Outremont prévoit de toucher des revenus supplémentaires de 400 000 $ annuellement. « C’est non négligeable », a admis M. Tomlinson.

Le coût de la vignette annuelle pour les résidents variera de 100 $ à 140 $ en fonction de la grosseur du moteur. Le stationnement demeurera gratuit pour les deux premières heures. Des vignettes mensuelles et journalières seront aussi disponibles. L’arrondissement précise que le nombre de parcomètres présents sur le territoire ne changera pas.

Le parc automobile en hausse

Entre 2008 et 2013, le nombre de voitures a grimpé de 10 % dans Outremont, passant de 8574 à 9500 véhicules. Pendant la même période, le pourcentage de ménages sans voiture a diminué de 34,1 % à 26,2 % en 2013. L’arrondissement estime aussi que près de 2 % des résidents possèdent quatre voitures.

« Le nombre de voitures ne cesse d’augmenter. On a beaucoup de demandes pour davantage de zones de vignettes », a indiqué le maire Tomlinson pour expliquer le virage entrepris par l’arrondissement.

Photo: Jeanne Corriveau Le Devoir Le maire de l’arrondissement d’Outremont, Philipe Tomlinson, lors de la conférence de presse

L’élu souligne que la gratuité du stationnement incitait des automobilistes provenant de l’extérieur de l’arrondissement à venir se garer dans Outremont pour prendre ensuite le transport en commun.

La totalité des revenus des vignettes sera consacrée à la transition écologique, pour la plantation d’arbres, l’aménagement de saillies de trottoir et le dégazonnement pour la création de jardins par exemple, a expliqué M. Tomlinson.

« C’est sûr que lorsqu’on fait ce genre de changement-là, il y a des inquiétudes. Il y a des gens qui vont vire des périodes d’adaptation », a reconnu l’élu. « Mais je suis persuadé que l’ensemble de nos résidents vont voir ça d’un bon oeil et vont finit par être contents des mesures qu’on met en place. Mais il faut absolument bien leur expliquer pour qu’ils ne se sentent pas brimés. »

Résident de l’avenue Davaar, Claude Jacques estime que les mesures annoncées permettront de mieux contrôler la gestion du stationnement dans le contexte de l’ouverture prochaine du nouveau campus de l’Université de Montréal qui amènera 10 000 personnes de plus dans l’arrondissement. « Et avec le REM [Réseau express métropolitain], il va y avoir encore plus de demande pour du stationnement », avance-t-il. Il ne croit pas que les citoyens rechigneront à payer entre 100 et 140 $ pour une vignette.

L’opposition à l’hôtel de ville considère le plan d’Outremont comme un nouveau chapitre dans la « guerre » que livre Projet Montréal aux automobilistes. « Luc Ferrandez peut dormir tranquille : à ce qu’on peut voir, l’aile radicale de Projet Montréal se porte bien et les disciples de l’ex-maire du Plateau vont poursuivre son travail et mettre en oeuvre les mesures incluses dans son testament politique », a commenté le chef d’Ensemble Montréal, Lionel Perez.

Plan exportable ?

Philipe Tomlinson ne pense pas que le plan qui sera mis en place dans Outremont puisse être reproduit tel quel dans d’autres arrondissements : « C’est un plan pour Outremont. Je ne pense pas que ce soit un plan qui s’applique ailleurs comme dans le Plateau ».

Dans le Plateau-Mont-Royal, environ la moitié des zones hors parcomètres comportent des vignettes. À court terme, l’arrondissement n’envisage pas de rendre les vignettes obligatoires partout.

Pour sa part, Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce compte 3500 zones à vignettes. Le prix de celles-ci vient toutefois d’être augmenté et dans certains cas, leur coût a doublé.

La question du stationnement est cependant dans la mire de l’administration Plante. De concert avec l’Agence de mobilité durable, créée lorsque la Ville a rapatrié la gestion du stationnement, la ville-centre a entrepris une réflexion pour simplifier l’affichage en matière de stationnement et revoir la politique tarifaire pour notamment évaluer une tarification dynamique.