Une ligne d’autobus express sur l’avenue Papineau pour désengorger la ligne orange

Entre les stations Beaubien et Berri-UQAM, la fréquentation de la ligne orange a connu une croissance de 19 % au cours des 10 dernières années.
Photo: Guillaume Levasseur Archives Le Devoir Entre les stations Beaubien et Berri-UQAM, la fréquentation de la ligne orange a connu une croissance de 19 % au cours des 10 dernières années.

Dans le but de désengorger la ligne orange du métro, la Société de transport de Montréal (STM) mettra en place diverses mesures à compter de l’automne, parmi lesquelles l’implantation d’une ligne express d’autobus sur l’avenue Papineau. Elle a baptisé cette opération le « Mouvement orange ».

La voie réservée de la ligne 445 Express Papineau s’étendra entre la rue Beaubien jusqu’au boulevard René-Lévesque pour se rendre à la rue Peel au centre-ville. Cette ligne sera en service aux heures de pointe, vers le sud le matin et vers le nord en après-midi.

La STM estime à 2 millions de dollars par année le coût de ce projet de ligne express. L’implantation sera progressive à une fréquence de 10 minutes pour commencer, mais le nombre de passages pourrait être augmenté, a indiqué lundi le président du conseil d’administration de la STM, Philippe Schnobb.

L’un des avantages de la ligne express sur l’avenue Papineau pour les usagers sera de pouvoir se rendre au centre-ville sans avoir à effectuer de transfert dans le métro. « C’est un “deux en un” cette mesure », a fait valoir la mairesse Valérie Plante. « Les gens vont se rendre rapidement au centre-ville tout en évitant la station Berri-UQAM. »

Ajouts de trains

La STM améliorera aussi le service sur la ligne 427 et elle scindera la ligne 435 Express du Parc/Côte-des-Neiges afin de créer les lignes 480 Express du Parc et 465 Express Côte-des-Neiges.

Dans le métro, deux trains seront ajoutés à l’heure de pointe du matin et de l’après-midi, pour faire passer le nombre de trains à 9 en partance de la station Henri-Bourassa le matin.

La STM disposera aussi de trois trains qui seront garés à proximité des stations Crémazie, Berri-UQAM et Lionel-Groulx et qui pourront être appelés en renfort en cas d’arrêt de service.

Le « Mouvement orange » vise à soulager cette ligne de métro où la fréquentation, entre les stations Beaubien et Berri-UQAM, a connu une croissance de 19 % au cours des 10 dernières années.

La mairesse a cependant reconnu que ces mesures ne régleraient pas de façon permanente les problèmes de congestion dans le réseau de transport et que des investissements importants seront nécessaires.