L’état d’urgence est prolongé à Montréal

L'arrondissement Ahuntsic-Cartierville avait été durement touché par les inondations en 2017. 
Photo: Annik MH de Carufel Archives Le Devoir L'arrondissement Ahuntsic-Cartierville avait été durement touché par les inondations en 2017. 

L’état d’urgence est prolongé de cinq autres jours à Montréal, devant le niveau encore élevé de l’eau dans certains arrondissements.

À la demande de la mairesse, Valérie Plante, tous les élus de l’île de Montréal se sont réunis vendredi après-midi pour se prononcer sur le renouvellement de l’état d’urgence déclaré le 26 avril dernier à titre préventif. Celui-ci avait déjà été renouvelé une première fois deux jours plus tard.

Cette décision permet au directeur du Service de sécurité incendie de Montréal (SIM), Bruno Lachance, d’engager des dépenses, de conclure des contrats, de réquisitionner des terrains pour y installer des équipements ou encore d’ordonner des évacuations forcées si la situation l’exige.

Les arrondissements montréalais de Pierrefonds-Roxboro, Ahuntsic-Cartierville et L’île-Bizard-Sainte-Geneviève sont les plus vulnérables à la crue des eaux.

Plusieurs régions du Québec ont été durement frappées par les inondations printanières dans les dernières semaines. En plus de Montréal, l’Outaouais, la Beauce, la Maurice et les Laurentides sont aussi aux prises avec des niveaux élevés des eaux.

Selon les dernières données de la sécurité civile le nombre de personnes évacuées s’élève à 10 067, le nombre de maisons inondées est à 7172 et le nombre de résidences isolées se situe à 3928.