Montréal sert de «punching bag» aux Québécois exaspérés par l’hiver, selon la mairesse Plante

Depuis le début du mois de janvier, Montréal a reçu 191 cm de neige, ainsi que 163 mm de pluie.
Photo: Marie-France Coallier Archives Le Devoir Depuis le début du mois de janvier, Montréal a reçu 191 cm de neige, ainsi que 163 mm de pluie.

Visée par des critiques sur les réseaux sociaux concernant les problèmes de déneigement, la mairesse Valérie Plante considère que Montréal sert de « punching bag » pour l’ensemble de la région métropolitaine.

De nombreux trottoirs demeurent glacés à Montréal, mais en banlieue aussi, les villes peinent à déneiger et déglacer leurs rues. « J’étais avec les maires de la couronne sud et nord la semaine dernière et, un peu à la blague, ils disaient : “Heureusement qu’il y a Montréal qui est le paratonnerre de toutes les critiques” », a-t-elle expliqué jeudi. « C’est sûr qu’ici, il y a une grande couverture médiatique. On est la métropole. Je pense que les projecteurs sont beaucoup sur nous, mais je ne cacherai pas : je pense qu’on sert un peu de punching bag pour l’entièreté des pratiques de déneigement. »

Selon la mairesse, les élus des banlieues reçoivent aussi leur lot de critiques provenant de citoyens frustrés par l’hiver : « Il y a une certaine grogne ou insatisfaction qui est généralisée dans la grande région métropolitaine. »

Valérie Plante a rappelé que les caprices de l’hiver avec ses épisodes de pluie et de neige abondante compliquaient la tâche des équipes de déneigement. Mais, assure-t-elle, la Ville ne ménage pas ses efforts. « Cette année, le budget pour la neige et l’entretien des routes continue d’augmenter. Ce n’est pas comme si on avait fait des coupures », a-t-elle dit.

La Ville de Montréal doit d’ailleurs lancer jeudi soir une cinquième opération de chargement de la neige. Depuis le début du mois de janvier, la métropole a reçu 191 centimètres de neige ainsi que 163 millimètres de pluie. Les équipes ont ramassé 12 millions de mètres cubes de neige.