De 20 à 30 minutes de plus sur l’autoroute 40 à l’heure de pointe

Selon les prévisions, le Royalmount, dont l’ouverture doit avoir lieu en 2022, devrait attirer entre 25 et 35 millions de visiteurs par année.
Photo: Carbonleo Selon les prévisions, le Royalmount, dont l’ouverture doit avoir lieu en 2022, devrait attirer entre 25 et 35 millions de visiteurs par année.

L’administration de Valérie Plante se dit préoccupée par les pronostics alarmants concernant le projet Royalmount, qui verra le jour à l’intersection des autoroutes 15 et 40 et créera d’importants problèmes de congestion dans le réseau routier montréalais.

« Les chiffres parlent d’eux-mêmes. On parle, dans un scénario optimiste, de rajouter 70 000 déplacements à une intersection autoroutière qui est l’une des plus congestionnées au Canada. […] On risque de doubler le temps d’attente dans la congestion », a expliqué Éric Alan Caldwell, responsable du transport au comité exécutif de la Ville de Montréal.

Montréal a rendu public, mardi matin, un document rassemblant des études réalisées pour le promoteur Carbonleo.

Selon les prévisions, le Royalmount, dont l’ouverture doit avoir lieu en 2022, devrait attirer entre 25 et 35 millions de visiteurs par année. Avec des commerces, des bureaux, des restaurants, un parc aquatique, un aquarium, de même que cinq hôtels et un théâtre, le complexe devrait générer 140 000 déplacements par jour, dont 70 000 en automobile.

Consultation à venir

Le document, qui met la table à une consultation qui se tiendra à compter du 27 novembre prochain, indique que, dans le contexte où 360 000 véhicules par jour circulent déjà dans l’échangeur Décarie à l’heure actuelle, l’ajout de nouveaux véhicules « détériorera considérablement les conditions de circulation ».

Malgré les mesures d’atténuation de la circulation, comme la construction d’une passerelle au-dessus de l’autoroute Décarie pour permettre l’accès à la station de métro De la Savane, les impacts sur le réseau routier seront importants.

Le temps de parcours s’allongera de 20 à 30 minutes sur l’autoroute Métropolitaine dans le secteur du boulevard Cavendish à l’heure de pointe du soir. L’automobiliste devra consacrer de 15 à 25 minutes de plus dans la congestion sur les autoroutes 520 et Décarie.

M. Caldwell estime qu’il faudra miser sur le transport en commun pour soulager la congestion. L’administration a aussi demandé au promoteur d’inclure un volet résidentiel à son projet, ce qui pourrait réduire les impacts du projet.

Carbonleo a qualifié d’« erronée » et de « tronquée » l’interprétation des données publiées par la Ville de Montréal. Les études de la firme WSP portaient sur huit trajets, a rappelé le promoteur. « En tenant compte des mesures de mitigation, l’effet sur le temps de trajet est nul ou amélioré sur une majorité des trajets étudiés. L’effet moyen n’est donc pas de 20 à 30 minutes, mais de 5 minutes », a-t-il soutenu.

Carbonleo affirme aussi que le projet ajoutera 20 000 véhicules dans la circulation, et non 70 000 comme l’indique la Ville. « Les données publiées ne tiennent pas compte du réaménagement de l’échangeur Turcot et du développement du transport en commun mis en avant par la Ville de Montréal et le REM [Réseau express métropolitain] », ajoute le promoteur.

Le maire de Mont-Royal, Philippe Roy, admet que la circulation est déjà difficile dans le secteur. « Cet immense terrain au coeur de l’île va devoir être développé un jour. On a fait le choix du Royalmount », fait-il remarquer.

Sa municipalité a déjà exigé du promoteur la construction d’une passerelle pour relier le projet à la station de métro, mais d’autres scénarios sont examinés, dont la construction d’une navette électrique au REM, a-t-il dit.

Revenus fonciers

En matière de taxes, le projet rapportera gros. Selon les prévisions, il devrait permettre à la Ville de Mont-Royal de toucher des revenus de taxes foncières de 60 millions de dollars, dont plus de la moitié, soit 30,5 millions, sera versée à l’agglomération. La Ville de Montréal verra donc ses revenus de taxes haussés de 25,8 millions.

Le projet Royalmount affectera plusieurs centres commerciaux, plus particulièrement le Centre Rockland, Place Vertu et le Marché Central. L’impact sera faible pour les artères commerciales, soit une érosion des ventes de moins de 5 %.