La ligne rose n’est pas condamnée avec l’élection de la CAQ, assure Valérie Plante

En campagne électorale, le premier ministre désigné François Legault avait ouvert la porte à un métro de surface pour la ligne rose.
Photo: Jacques Nadeau Archives Le Devoir En campagne électorale, le premier ministre désigné François Legault avait ouvert la porte à un métro de surface pour la ligne rose.

L’élection de la Coalition avenir Québec (CAQ) lundi soir ne signe pas la mort du projet de ligne rose du métro, assure Valérie Plante. La mairesse presse toutefois François Legault de réserver une place au transport collectif dans tout projet autoroutier.

Valérie Plante dit voir d’un bon oeil l’accession des caquistes au pouvoir malgré leurs différences de visions en matière de transport notamment.

Selon elle, la ligne rose n’est pas condamnée avec l’élection de M. Legault. Au printemps dernier, le chef de la CAQ n’avait pas caché son opposition au projet de la mairesse. En campagne électorale, il a cependant ouvert la porte à un métro de surface. L’idée pourrait être difficile à réaliser compte tenu de la densité des quartiers que cette ligne devra traverser.

C’est un homme qui vient du milieu des affaires. Il comprend très bien que la grande région de Montréal est la locomotive économique du Québec. [...] Une métropole qui va bien, c’est bon pour les régions et des régions qui vont bien, c’est bon pour Montréal.

 

« Pendant la campagne, M. Legault et moi nous sommes entendus sur le respect des études qui sont en cours et qui vont être menées par l’ARTM [Autorité régionale de transport métropolitain] sur plusieurs dossiers amenés par l’ensemble des villes de la Communauté métropolitaine de Montréal. Je vais de l’avant. On continue de faire les études. On va présenter ce que ça va donner. À partir de là, on va continuer à jaser. »

Cela dit, Mme Plante s’est montrée ouverte à d’autres projets de transport comme celui du tramway jusqu’à Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles avancé par le chef de la CAQ pendant la campagne électorale : « C’est une excellente idée. On ne peut pas s’opposer à ça, au contraire. Mais il n’en demeure pas moins que tout ajout de transport collectif vient mettre de la pression sur le squelette de notre réseau de métro qui est la ligne orange. »

La mairesse espère cependant que le gouvernement saura planifier le transport collectif de façon globale, et non un projet à la fois.

Élargissement d’autoroutes

En campagne électorale, François Legault avait également fait la promotion d’élargissements d’autoroutes, dont celui de la 30. « Je suis très au courant des problèmes en banlieues », a commenté la mairesse. « Il faut trouver des solutions durables. Mais je vais toujours me battre pour une chose : si on pense à agrandir les routes, il faut absolument que ce soit pensé pour favoriser le transport collectif avec des voies réservées. »

Valérie Plante a affirmé ne pas craindre que Montréal soit négligée par le premier ministre désigné au profit des banlieues, et ce, même si la CAQ ne compte que deux élus sur l’île. « C’est un homme qui vient du milieu des affaires. Il comprend très bien que la grande région de Montréal est la locomotive économique du Québec. 55 % du PIB vient de la grande région montréalaise. Une métropole qui va bien, c’est bon pour les régions et des régions qui vont bien, c’est bon pour Montréal. On est vraiment dans un modèle complémentaire », a soutenu la mairesse.

Les élections provinciales forceront la tenue d’élections partielles à Montréal, car la mairesse de Rivières-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles et candidate pour la CAQ, Chantal Rouleau, a été élue lundi soir. Dans Viau, le conseiller municipal Frantz Benjamin portera les couleurs du Parti libéral du Québec.