Le Plateau retire son règlement controversé sur le stationnement pour sept zones

Des citoyens s'étaient rendus, fin avril, au bureau de l'arrondissement du Plateau-Mont-Royal afin de demander l'ouverture de registres, première étape vers la tenue de référendums.
Photo: Jacques Nadeau Archives Le Devoir Des citoyens s'étaient rendus, fin avril, au bureau de l'arrondissement du Plateau-Mont-Royal afin de demander l'ouverture de registres, première étape vers la tenue de référendums.

Le règlement interdisant les nouveaux stationnements dans les cours arrière du Plateau Mont-Royal ne s’appliquera pas dans sept zones de l’arrondissement. Compte tenu de la forte mobilisation citoyenne dans ces secteurs, l’administration Ferrandez a préféré renoncer à la tenue de référendums.

L’arrondissement avait ouvert des registres dans 36 zones mercredi afin de permettre aux citoyens d’exprimer leur opposition au règlement et de demander la tenue d’un référendum. Les résultats ont été dévoilés jeudi après-midi. Dans sept zones — dont plusieurs dans le secteur du Petit Laurier — un nombre suffisant de signatures a été recueilli, forçant ainsi la tenue de référendums. L’arrondissement a plutôt choisi de retirer le règlement pour ces zones.

Ainsi, les résidents des sept zones en question pourront aménager de nouvelles places de stationnement dans leur cour s’ils le souhaitent — pour autant qu’ils respectent la réglementation municipale —, mais il sera interdit de le faire dans les 498 autres zones du territoire.

« La discussion publique qui s’est tenue sur ce nouveau règlement est saine. Nous sommes satisfaits qu’elle ait eu lieu et nous tenons parole aujourd’hui en reconnaissant la voix d’un certain nombre de personnes qui s’y sont opposées », a indiqué par voie de communiqué le maire du Plateau, Luc Ferrandez. « Néanmoins, nous avons la confirmation aujourd’hui, une fois de plus, que nous bénéficions de l’appui d’une vaste majorité des citoyens. »

Rappelons que, lors des élections de novembre dernier, Luc Ferrandez avait été réélu pour un troisième mandat avec 65,7 % des voix.

Le règlement, qui vise à limiter le nombre de voitures dans les ruelles et à favoriser le verdissement, alimente la controverse depuis des semaines sur le Plateau Mont-Royal. Certains citoyens craignaient de perdre leur place de stationnement. D’autres estimaient que le règlement brimait leur droit de propriété et les empêchait de pouvoir garer une voiture électrique dans leur cour.

L’arrondissement du Plateau assure toutefois que les citoyens qui ont déjà un stationnement bénéficient de droits acquis. Il sera par ailleurs possible pour les citoyens de demander un permis dérogatoire s’ils souhaitent aménager un espace de stationnement dans leur cour.