Montréal et Saint-Lambert s’entendent sur le bruit au parc Jean-Drapeau

Les résidents de Saint-Lambert se plaignent depuis des années du bruit émanant des événements présentés au parc Jean-Drapeau.
Photo: Annik MH de Carufel Archives Le Devoir Les résidents de Saint-Lambert se plaignent depuis des années du bruit émanant des événements présentés au parc Jean-Drapeau.

Montréal et Saint-Lambert disent travailler « main dans la main » pour régler les problèmes de bruit provenant du parc Jean-Drapeau. Trois sonomètres seront installés cet été autour du site afin de mesurer les décibels en temps réel.

À la lumière des données qui seront recueillies, les deux villes entendent établir un plafond de décibels autorisés pour le printemps 2019.

Un des sonomètres sera installé au parc Jean-Drapeau, sur le site des spectacles. Le second sera placé près d’Habitat 67 et le troisième sera posté à proximité des résidences de Saint-Lambert.

À compter de juillet, les mesures de son seront prises toutes les 15 minutes et seront disponibles en temps réel sur un site Internet.

Les sonomètres seront en place jusqu’en septembre. À l’issue du projet, des recommandations seront faites pour mieux gérer les problèmes de bruit et faciliter la cohabitation entre les résidents et les organisateurs de spectacles.

Une soirée d’information est par ailleurs prévue le 28 juin prochain au centre multifonctionnel de Saint-Lambert en présence de Pierre Brodeur, maire de Saint-Lambert, Jean-François Parenteau, maire de Verdun et responsable des services aux citoyens au comité exécutif de la Ville de Montréal, ainsi que de Ronald Cyr, directeur général de la Société du parc Jean-Drapeau. Une ligne téléphonique (514 872-6120) permettra aussi aux citoyens de formuler des commentaires les soirs de spectacles.

Les relations étaient tendues entre Montréal et Saint-Lambert sous l’administration Coderre en raison du bruit provenant des spectacles au parc Jean-Drapeau. C’est d’ailleurs l’administration de l’ancien maire qui a décidé d’orienter la scène du nouvel amphithéâtre vers Saint-Lambert. Valérie Plante estime toutefois que les travaux de construction sont trop avancés pour modifier l’orientation de la scène.