Serge Lamontagne nommé directeur général de la Ville de Montréal

La mairesse de Montréal, Valérie Plante
Photo: Jacques Nadeau Archives Le Devoir La mairesse de Montréal, Valérie Plante

Serge Lamontagne effectue un retour à Montréal et occupera les fonctions de directeur général de la Ville afin de prendre le relais d’Alain Marcoux.

M. Lamontagne se retrouve en terrain connu puisqu’il était directeur général par intérim de la Ville de Montréal en novembre 2013, lorsqu’il a accepté le poste de directeur général de la Ville de Laval.

La mairesse Valérie Plante a souligné la longue expérience de M. Lamontagne dans l’administration municipale québécoise (30 ans) et dans la fonction publique montréalaise (12 ans). Ayant notamment travaillé dans l’arrondissement de Saint-Laurent et dans une ville liée, soit Pointe-Claire, en plus d’être directeur général par intérim, la nouvelle recrue connaît bien les enjeux de la métropole, a insisté Mme Plante, qui a dit avoir eu un « coup de coeur professionnel » pour M. Lamontagne, l’un des cinq candidats retenus par les chasseurs de têtes.

« C’est particulier de revenir à Montréal », a commenté le nouveau directeur général. C’est une belle vision. » M. Lamontagne estime qu’il y a un « alignement de planètes » dans les dossiers de mobilité durable et de logement et que son rôle sera de concrétiser la vision de l’administration Plante.

M. Lamontagne entend rencontrer les fonctionnaires et employés des 19 arrondissements ainsi que les chefs syndicaux. Il devra aussi s’atteler à la tâche pour préparer le budget 2019 de la Ville. « L’avantage que j’ai, c’est que j’ai été directeur général par intérim. J’ai été 12 ans dans cette ville, alors je connais tous les recoins et tous les enjeux. Il me reste à les actualiser », a-t-il expliqué.

Le mandat de M. Lamontagne sera d’une durée indéterminée et les parties ont convenu de ne pas prévoir d’indemnité de départ en cas de fin de contrat. Il entrera en fonction le 23 juillet prochain et touchera un salaire annuel de 315 000 $.

Le nouveau directeur général soutient que la crise politique à Laval n’affecte pas la fonction publique lavalloise. « Il y a des ajustements à faire, mais il y a une bonne fonction publique. Elle est très forte maintenant. »

En mars dernier, la mairesse Plante avait annoncé son intention de mettre un terme au contrat d’Alain Marcoux, disant vouloir apporter du renouveau à ce poste-clé en fonction des priorités de son administration. Elle avait alors assuré qu’il ne s’agissait pas d’un désaveu à l’égard du haut fonctionnaire.

Serge Lamontagne a tenu à rendre hommage à Alain Marcoux. « Dans le milieu municipal, la qualité professionnelle de M. Marcoux dépasse les frontières de la CMM [Communauté métropolitaine de Montréal]. Il faut reconnaître dans cet homme des qualités extraordinaires », a-t-il dit.

La nomination de M. Lamontagne devra être entérinée par le conseil municipal lundi.