Impasse au sommet du mont Royal

À l’entrée du parc du Mont-Royal, un panneau indique désormais que la voie Camillien-Houde est un cul-de-sac.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir À l’entrée du parc du Mont-Royal, un panneau indique désormais que la voie Camillien-Houde est un cul-de-sac.

À compter de samedi matin, et ce, jusqu’au 31 octobre, les automobilistes ne pourront plus traverser la montagne d’est en ouest et vice-versa. Le projet-pilote interdisant la circulation de transit dans l’axe Camillien-Houde/Remembrance démarre malgré la controverse.

À l’entrée du parc du Mont-Royal, un panneau indique désormais que la voie Camillien-Houde est un cul-de-sac. Vendredi, près de la maison Smith, un chapiteau était déjà installé et les ouvriers s’affairaient à monter les structures du « belvédère soleil » qui accueillera les activités d’animation tout au long de l’été. Une employée de la Ville répondait aux questions des automobilistes concernant les nouvelles règles en vigueur.

La semaine dernière, le comité exécutif de la Ville a octroyé un contrat de 280 500 $ à l’organisme sans but lucratif La Pépinière/Espace collectif pour la réalisation d’un aménagement temporaire et d’activités d’animation pour la durée du projet-pilote.

Près du belvédère Camillien-Houde sera inauguré samedi matin le Café suspendu du mont Royal.

Fin du transit

La Ville affirme que le projet-pilote permettra d’améliorer l’accessibilité et la sécurité dans le parc. Des relevés de circulation ont démontré que le transit représente 90 % de la circulation sur le mont Royal.

Ainsi, un segment de route de 550 mètres entre le stationnement du lac aux Castors et celui de la maison Smith sera fermé à la circulation automobile. Seuls les véhicules d’urgence, les autobus de la Société de transport de Montréal (STM), les autobus touristiques et scolaires, les véhicules d’entretien de la Ville et les cortèges funéraires pourront continuer à l’emprunter, tout comme les piétons et les cyclistes.

Les automobilistes venant de l’est devront s’arrêter au stationnement de la maison Smith et ceux provenant de l’ouest ne pourront aller au-delà du pavillon du Lac-aux-Castors.

Consultation

Le projet-pilote a suscité de vives critiques au cours des dernières semaines. Les cimetières de la montagne ont aussi déploré la fermeture partielle de la voie Camillien-Houde, qui compliquera l’accès à leurs sites pour les familles des défunts.

Des opposants se sont aussi fait entendre lors des séances d’information tenues par l’Office de consultation publique de Montréal (OCPM) le mois dernier. L’Office a d’ailleurs invité les citoyens à s’exprimer en remplissant un questionnaire en ligne. Jusqu’à maintenant, 3500 personnes y ont répondu, a indiqué la responsable des communications de l’OCPM, Anik Pouliot.

D’autres activités de consultations sont prévues durant toute la durée du projet-pilote.

« On estime qu’environ 4000 personnes ont participé aux différentes activités jusqu’à maintenant. Ça pourrait être notre consultation record », a souligné Mme Pouliot.

La consultation ayant enregistré le plus grand nombre de participants dans le passé, a-t-elle précisé, a été celle portant sur la réduction de la dépendance aux énergies fossiles, en 2016, avec quelque 5000 participants.