La ville de Québec a besoin d’immigrants, dit Régis Labeaume

Le maire de Québec, Régis Labeaume
Photo: Francis Vachon Archives Le Devoir Le maire de Québec, Régis Labeaume

De passage à Montréal mercredi pour vanter sa ville auprès des gens d’affaires de la métropole, le maire de Québec, Régis Labeaume, a plaidé en faveur du recrutement d’immigrants pour combler le manque de main-d’oeuvre dans la capitale.

« Ça prend du monde, ça presse. Actuellement, à Québec, j’ai besoin de 17 000 personnes », a expliqué M. Labeaume devant les membres de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain.

Il faut faire quelque chose parce que sinon, on va frapper un mur


«  À Québec, la ville blanche, judéo-chrétienne et parlant français par excellence, on a besoin d’immigrants et il faut se métisser, sinon notre avenir économique est en jeu, a-t-il ajouté. C’est ça, la vérité. »

Entre 2006 et 2016, la proportion de la population immigrante à Québec est passée de 4,5 % à 7,2 %, mais ce n’est pas suffisant, a soutenu le maire.

Au cours des dix prochaines années, 1,3 million de postes seront à pourvoir au Québec et 80 % d’entre eux se trouveront à l’extérieur de l’île de Montréal, mais il est plus difficile pour la ville de Québec et les régions d’attirer les immigrants, a-t-il reconnu.

Régis Labeaume prévoit d’ailleurs d’aller au Salon de l’immigration de Montréal jeudi afin d’attirer des travailleurs à Québec. « Je suis en recrutement », a-t-il précisé. « Nous, à Québec, on a besoin de docteurs en physique, mais ceux qui ne sont pas scolarisés, on les prend. On est tellement mal pris qu’on prend tout le monde : dans l’hôtellerie, la restauration et tout ce que vous voulez. »

Litige maritime

Le maire Labeaume a aussi soulevé l’enjeu délicat de l’agrandissement du port de Québec, qui souhaite se doter d’un terminal de conteneurs, ce qui est source de frictions avec l’administration du port de Montréal, qui a son projet de terminal maritime à Contrecoeur.

Face à la concurrence de la côte américaine, le maire insiste sur l’importance pour Québec et Montréal de travailler ensemble dans ce dossier :

« Ça ne veut pas dire qu’on va amener tous les conteneurs à Québec et qu’il n’en restera plus à Montréal. Il va falloir que les gouvernements forcent les ports à s’asseoir ensemble. […] En attendant, les Américains font ce qu’il faut, et nous, on placote et on se chicane dans une petite province de 8 millions de personnes. Ce n’est pas fort, notre affaire. »