La Ville de Montréal achète le site de Fort-Lorette

Les détails concernant l’agrandissement du parc de l’Anse-à-l’Orme ont été dévoilés jeudi. 
Photo: Jean Gagnon CC Les détails concernant l’agrandissement du parc de l’Anse-à-l’Orme ont été dévoilés jeudi. 

Montréal a fait l’acquisition du site patrimonial de Fort-Lorette, dans Ahuntsic-Cartierville, ce qui en assurera la préservation. Elle a cependant dû verser 5 millions pour ce terrain qu’un promoteur avait acheté des Soeurs de Miséricorde il y a un an pour 2 millions.

En juin 2017, l’ex-maire Denis Coderre avait promis que la Ville achèterait ce terrain qui était passé aux mains d’un promoteur immobilier trois mois auparavant. Le site de 6000 mètres carrés, qui est situé dans les limites de l’ancien village de Sault-au-Récollet, est jugé à haute valeur patrimoniale. Des fouilles archéologiques ont d’ailleurs permis la découverte de plusieurs artéfacts.

Lorsque les religieuses avaient mis en vente leur propriété, la Ville n’en avait pas été avisée et le terrain avait été cédé à des intérêts privés. Pour racheter le site, Montréal a donc dû négocier avec le promoteur Antonio Rizzo et paiera 5 millions.

La mairesse d’Ahuntsic-Cartierville, Émilie Thuillier, a fait valoir qu’à l’origine, les religieuses souhaitaient obtenir 4,75 millions, mais que l’impossibilité d’y construire des immeubles en copropriété avait fait baisser le prix à 2 millions.

Pour éviter qu’un tel scénario se reproduise, la Ville compte engager des discussions avec l’ensemble des congrégations religieuses montréalaises pour connaître leurs intentions quant à leurs propriétés.

Le parc de l’Anse-à-l’Orme

Plus tôt dans la journée jeudi, la mairesse Valérie Plante a annoncé l’achat par la Ville d’un terrain de Sainte-Anne-de-Bellevue qui sera annexé au parc-nature de l’Anse-à-l’Orme, dans l’ouest de l’île. Montréal paiera 11 millions pour ce terrain de 14 hectares, propriété de la société Développement immobilier Sainte-Anne-de-Bellevue (DISAB), qui comptait y construire 140 habitations unifamiliales.

Accompagnée de la mairesse de Sainte-Anne-de-Bellevue, Paola Hawa, Valérie Plante a réitéré l’intention de son administration de créer un parc national urbain dans l’ouest de l’île. « C’est un premier pas, mais on voit encore plus grand. »

Elle n’a toutefois pas pris d’engagement clair concernant Pierrefonds-Ouest, où un projet immobilier de 5500 habitations est prévu. En campagne électorale, Projet Montréal avait promis de faire de ce secteur un parc national urbain.