La rénovation de l’hôtel de ville pourrait coûter jusqu’à 140 millions

Construit entre 1872 et 1878, l’hôtel de ville a été ravagé par un incendie en mars 1922.
Photo: Catherine Legault Le Devoir Construit entre 1872 et 1878, l’hôtel de ville a été ravagé par un incendie en mars 1922.

Montréal entreprendra l’an prochain le chantier visant à rénover et à mettre aux normes l’édifice patrimonial de l’hôtel de ville. Mais la facture continue de grimper et les coûts pourraient maintenant atteindre 140 millions de dollars, a annoncé vendredi l’administration Plante.

À l’origine, la Ville avait prévu des coûts de 22,5 millions pour rénover l’hôtel de ville. En septembre dernier, la facture était passée à 87,8 millions. Elle atteint désormais 116,4 millions, un montant qui comprend les travaux de construction (70,5 millions), les frais d’honoraires professionnels, les taxes et les coûts de contingence. Comme certaines analyses restent à faire, le coût global du projet pourrait grimper jusqu’à un maximum de 139,7 millions, a reconnu la Ville.

On ne peut pas brancher deux appareils simples à la même prise, car ça peut sauter

 

Les fenêtres qui ne ferment pas

L’immeuble est vétuste. Les systèmes électriques et mécaniques, ainsi que les équipements de plomberie, devront être remplacés. Les autres travaux comprennent la mise aux normes des gicleurs et des ascenseurs, l’imperméabilisation des fondations et le désamiantage. Quant aux fenêtres, elles ne seront pas remplacées, mais restaurées.

Les occupants constatent régulièrement la désuétude de certains équipements, a relaté le président du comité exécutif, Benoit Dorais. « Les fenêtres ne ferment pas de façon hermétique et l’électricité n’est pas au niveau. On ne peut pas brancher deux appareils simples à la même prise, car ça peut sauter », a expliqué M. Dorais. « Des fenêtres et des portes qui ne sont pas étanches, ça coûte très cher en chauffage. »

À certains endroits, des éléments de pierre extérieurs devront faire l’objet de travaux de restauration, notamment au balcon du général de Gaulle. La Ville souhaite d’ailleurs rendre ce célèbre balcon accessible au public. À l’heure actuelle, seuls les dignitaires peuvent s’y rendre.

Déménagement

L’ampleur des travaux est telle que les 200 occupants, élus et employés, devront s’installer à l’édifice Lucien-Saulnier pendant trois ans.

Photo: Jeanne Corriveau Le Devoir Des éléments de pierre extérieurs devront faire l’objet de travaux de restauration, notamment au balcon du général de Gaulle.

D’importants travaux seront effectués au rez-de-chaussée de l’hôtel de ville, que la Ville veut rendre plus convivial pour les citoyens. Les services d’Accès-Montréal qui s’y trouvent déménageront à la place Dupuis et le bureau du Protecteur du citoyen logera à une autre adresse. Les 1er et 2e étages ainsi que le sous-sol seront également en chantier. Pour leur part, les 3e et 4e étages, qui ne sont pas considérés comme patrimoniaux, avaient déjà fait l’objet de rénovations dans les années 1990. Le hall d’honneur et la salle du conseil municipal seront peu touchés par le chantier.

Gérance de construction

Les travaux commenceront à l’été 2019 et s’échelonneront sur trois ans, période pendant laquelle toutes les activités seront transférées à l’édifice Lucien-Saulnier. Celui-ci fait actuellement l’objet d’une rénovation au coût de 9,5 millions. Une salle du conseil municipal y sera notamment aménagée pour la durée des travaux.

Au cours des prochaines semaines, Montréal lancera un appel d’offres pour le contrat de gérance de construction. « Ce sera une première pour la Ville de Montréal », a indiqué Benoit Dorais. Selon lui, c’était le bon choix à faire compte tenu de l’ampleur et de la nature du projet qui implique un bâtiment patrimonial.

L’administration soutient que cette méthode permettra à la Ville de procéder aux travaux de façon accélérée et lui accordera plus de souplesse, car, a rappelé M. Dorais, la rénovation de bâtiments patrimoniaux cause parfois de mauvaises surprises. Une gérance de construction devrait également assurer le respect du budget projeté, a dit l’élu.

Construit entre 1872 et 1878, l’hôtel de ville de Montréal a été ravagé par un incendie en mars 1922. Il a par la suite été reconstruit et un étage a été ajouté. De 2008 à 2010, les toits et les corniches en cuivre ont été restaurés.

L’hôtel de ville sera de nouveau ouvert à l’été 2022. Avec les travaux, Montréal vise la certification LEED Or.