Montréal aura son anneau de glace réfrigéré en 2019

Les patineurs n’auront plus à se rendre à Québec pour s’entraîner.
Photo: Getty Images Les patineurs n’auront plus à se rendre à Québec pour s’entraîner.

Montréal se dotera d’un anneau de glace réfrigéré au parc Angrignon. À compter de novembre 2019, les athlètes montréalais de patinage sur longue piste n’auront donc plus besoin d’aller à Québec pour s’entraîner.

Le projet était en préparation depuis cinq ans à l’initiative d’un groupe de citoyens. L’inauguration du nouvel équipement était initialement prévue pour 2020, mais la Ville a finalement devancé d’un an son ouverture, s’étant au préalable assurée que le site choisi ne serait plus requis pour le chantier de l’échangeur Turcot.

L’anneau réfrigéré sera aménagé sur le stationnement du parc Angrignon, tout près de la station de métro du même nom. Il fera 13 mètres de largeur et 400 mètres de longueur et comportera 3 corridors, dont les courbes respectent les normes recommandées par la Fédération de patinage de vitesse du Québec. L’anneau sera destiné aux athlètes, pour leurs entraînements et les compétitions, mais il pourra aussi accueillir le grand public pour du patinage récréatif.

Contrat de trois ans

Il s’agira du premier anneau réfrigéré de longue piste dans la métropole. « La seule autre installation du genre, c’est à Québec », a souligné le maire de l’arrondissement du Sud-Ouest, Benoit Dorais, lors d’une conférence de presse jeudi.

La Ville a opté pour un équipement temporaire plutôt qu’une installation permanente. Un contrat de trois ans sera octroyé selon le modèle « clé en main ». L’anneau pourra être monté à l’automne, puis démonté à la fin de la saison. « Ça nous permettra de voir évoluer l’achalandage et d’ainsi évaluer la pertinence de doter le site d’une installation permanente », a précisé la conseillère Anne-Marie Sigouin.

Le coût du projet est évalué à 5,2 millions. L’anneau de glace sera aménagé à ciel ouvert, comme ceux d’Halifax et de Calgary (réfrigérés) et celui d’Edmonton (naturel), a précisé l’élue. La Ville étudiera l’idée de construire des infrastructures permanentes, mais elle s’attend à des coûts beaucoup plus élevés si elle emprunte cette voie.

La relève

Présente à la conférence de presse, la patineuse Mathilde Charron, 14 ans, était ravie de l’annonce faite par la Ville. À deux reprises au cours des dernières années, elle s’était rendue à l’hôtel de ville pour interpeller les élus au sujet de l’anneau de glace tant attendu. La première fois, elle avait questionné le maire Denis Coderre. Elle était revenue à la charge en mars dernier pour presser Valérie Plante d’agir dans ce dossier.

« Je suis vraiment contente. On attendait ça depuis longtemps et, enfin, ça se règle », a-t-elle indiqué.

Faute d’infrastructures adéquates à Montréal, Mathilde Charron s’entraînait sur courte piste, mais elle envisage de se tourner vers le patinage sur longue piste. « J’avais essayé le patinage sur longue piste à Québec et c’était vraiment cool. Avoir un anneau à Montréal, c’est extraordinaire. »

De son côté, la Ville de Québec se dotera d’un anneau de glace couvert au coût de 68 millions. La construction doit commencer au mois d’août.