Un moratoire décrété sur la démolition des maisons «shoebox» dans Rosemont–La Petite-Patrie

L’arrondissement a déjà fait un inventaire des maisons «shoebox», qui sont au nombre de 572 sur son territoire.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir L’arrondissement a déjà fait un inventaire des maisons «shoebox», qui sont au nombre de 572 sur son territoire.

Craignant la disparition graduelle des maisons de type « shoebox », l’arrondissement de Rosemont–La Petite-Patrie, à Montréal, a décrété un moratoire sur la transformation et la démolition de ces bâtiments ouvriers en attendant l’adoption d’un encadrement réglementaire qui leur serait spécifique.

Au cours des quatre derniers mois, l’arrondissement a reçu sept demandes de démolition pour ces petites maisons datant du début du XXe siècle.

L’arrondissement avait fait savoir en février dernier son intention de se doter d’une réglementation pour encadrer la préservation de ces maisons appartenant au patrimoine modeste. L’opération s’est avérée plus complexe que prévu, admet la conseillère du Vieux-Rosemont Christine Gosselin.

Lors de l’assemblée du conseil d’arrondissement de Rosemont–La Petite-Patrie lundi soir, les élus ont donné leur aval à un moratoire s’appliquant à toute nouvelle demande d’agrandissement, de transformation ou de démolition de maisons de type shoebox, et ce, pour une période indéterminée. « Le moratoire n’affecte pas les demandes qui ont été reçues », a précisé Mme Gosselin. « Le cadre réglementaire que nous préparons nous permettra d’être plus exigeants pour les maisons shoebox en bon état ou celles qui ont une belle façade. »

L’arrondissement a déjà fait un inventaire des maisons shoebox, qui sont au nombre de 572 sur son territoire, mais il lui faut encore préciser les critères qui seront fixés.

Certaines conditions

Lundi soir, les élus ont aussi été appelés à se prononcer sur une demande de démolition de l’un de ces bâtiments en mauvais état. La propriétaire, qui habite cette maison de la rue De Normanville depuis 30 ans, souhaite en faire une unifamiliale de deux étages. « Je suis une citoyenne. Je ne suis pas un promoteur de condos », a-t-elle expliqué lors de son intervention devant les élus.

La démolition avait déjà été autorisée par l’arrondissement il y a quelques mois, mais des citoyens avaient porté le dossier en appel. Lundi, le conseil d’arrondissement a confirmé sa décision initiale, mais a imposé une nouvelle condition, soit que la façade soit reconstruite et que le deuxième étage soit construit en retrait.

Il ne faut pas pénaliser les propriétaires, mais il faut éviter d’enlever tout le cachet de ces maisons-là

« Je pense que c’est un compromis acceptable. Il faut aussi considérer l’aspect humain », indique Christiane Gouin, présidente du conseil d’administration de la Société d’histoire Rosemont–La Petite-Patrie. « Il ne faut pas pénaliser les propriétaires, mais il faut éviter d’enlever tout le cachet de ces maisons-là. »

Selon elle, ce ne sont pas toutes les maisons shoebox qui méritent d’être conservées et elles sont souvent trop petites pour une famille. Mme Gouin salue cependant le moratoire décrété par l’arrondissement. « C’est important de ne pas décider à la pièce du sort de ces maisons », dit-elle.

NDLR: à noter que la maison illustrant cet article se situe dans le quartier Villeray.