Parc Jean-Drapeau: pas encore de solution pour limiter les décibels

Les résidents de Saint-Lambert se plaignent depuis des années du bruit émanant des spectacles présentés au parc Jean-Drapeau.
Photo: Annik MH de Carufel Le Devoir Les résidents de Saint-Lambert se plaignent depuis des années du bruit émanant des spectacles présentés au parc Jean-Drapeau.

Montréal n’a pas fixé de limite de décibels pour les spectacles qui seront présentés cet été au parc Jean-Drapeau, mais la mairesse Valérie Plante promet de trouver une solution pour les années subséquentes.

L’arrondissement de Ville-Marie a approuvé, mardi soir, une ordonnance pour permettre la tenue d’événements générant du bruit au parc Jean-Drapeau entre 7 h et 23 h.

Cette mesure vise les spectacles présentés au parc ainsi que la tenue du Grand Prix du Canada et des Feux Loto-Québec. L’ordonnance ne fixe cependant pas de limite quant aux décibels autorisés.

Dialogue

Les résidents de Saint-Lambert se plaignent depuis des années du bruit émanant des spectacles présentés au parc Jean-Drapeau. L’administration de l’ex-maire Alain Dépatie avait même déposé une poursuite contre la Ville de Montréal afin de la forcer à limiter le nombre de décibels.

Arrivée au pouvoir en novembre dernier, tout comme son homologue de Saint-Lambert, Pierre Brodeur, la mairesse de Montréal, Valérie Plante, soutient que le dialogue est rétabli entre les deux villes. Mais, dit-elle, il est trop tard pour revoir la programmation d’Evenko cette année.

« Le maire de Saint-Lambert et moi nous sommes bien rendus compte que la programmation était déjà attachée pour cette année et qu’on pouvait difficilement revenir en arrière. Parce qu’on a une compréhension commune, on a décidé que, cette année, on allait faire comme l’an dernier », a expliqué la mairesse Plante.

Certaines mesures seront tout de même mises en place dès cette année pour tenter de réduire les impacts sonores des événements et un suivi serré de la situation sera fait au cours de l’été.

« Le maire Brodeur sait que je souhaite à long terme trouver des solutions. Je veux être une bonne voisine. »

En revanche, des modifications quant à l’orientation de la scène du futur amphithéâtre naturel en construction ne sont pas envisageables, avance la mairesse : « Le béton est coulé depuis longtemps. Mais je trouve ça absolument aberrant que lors de la planification de la construction, on n’ait pas eu de considération pour cette question. »

Rencontres mensuelles

De son côté, le maire Brodeur n’a pas voulu commenter le dossier avant d’avoir pris connaissance des ordonnances rendues par l’arrondissement de Ville-Marie. « Il est toutefois très optimiste face à la situation, puisque le dialogue est ouvert avec la mairesse Plante et que les comités de travail sur cet enjeu ont commencé leurs activités », a indiqué son cabinet.

Des rencontres ont lieu une fois par mois entre les représentants des deux villes. La prochaine réunion a lieu le 15 mai.

Quant aux spectacles, ils commenceront le 20 mai avec l’événement Piknic Électronik.

Rappelons qu’en 2014, sous d’administration Coderre, l’arrondissement de Ville-Marie avait retiré la limite de décibels plutôt que de restreindre davantage les niveaux sonores permis. La Ville disait ne pas vouloir nuire à la venue d’artistes majeurs. Saint-Lambert s’était alors adressée à la Cour supérieure pour tenter de régler son litige avec Montréal.