Denis Coderre ne ferme pas la porte à un retour en politique municipale

Denis Coderre est revenu sur son mandat de maire, sur sa défaite de novembre dernier contre Valérie Plante et sur les épreuves qu’il a traversées, dont les démêlés judiciaires de son fils.
Photo: Jacques Nadeau Archives Le Devoir Denis Coderre est revenu sur son mandat de maire, sur sa défaite de novembre dernier contre Valérie Plante et sur les épreuves qu’il a traversées, dont les démêlés judiciaires de son fils.

Denis Coderre ne sera pas candidat aux élections provinciales à l’automne. Il a aussi fait une croix sur la politique fédérale. Mais il n’écarte pas la possibilité de faire un retour en politique municipale.

L’ex-maire de Montréal s’est confié à l’animateur Paul Arcand dans une entrevue diffusée dimanche soir à l’émission Conversation secrète, sur les ondes de TVA. Il est revenu sur son mandat de maire, sur sa défaite de novembre dernier contre Valérie Plante et sur les épreuves qu’il a traversées, dont les démêlés judiciaires de son fils.

« J’ai manqué de gaz », a admis Denis Coderre au sujet de sa défaite qu’il n’a pas vue venir. « J’ai vécu des événements assez difficiles en 2017. Il y a eu l’affaire de mon fils. Ça m’a complètement jeté à terre. J’avais vraiment l’impression que j’avais frappé un mur. […] Je ne me sentais pas bien en dedans », a-t-il expliqué tout en disant prendre le blâme de cet échec.

« Je ne suis pas amer. J’accepte le verdict et je le comprends. […] Je vois ça comme un incident de parcours. C’est une belle dose d’humilité. C’est une façon de se dire : regarde, tu ne peux pas rien prendre pour acquis. Le pilote automatique, ça ne marche pas. Il y a des choses que tu dois faire autrement. »

L’ex-maire a fait l’éloge de la campagne électorale de Valérie Plante. « Ç’a été brillant. »

Il a décrit son propre mandat à la mairie comme « le plus beau mandat en 20 ans de vie politique active ».

L’ex-maire ne ferme pas la porte à un éventuel retour en politique municipale : « Je ne dis pas non. […] Je ne sais pas. J’ai le sens du devoir. Je pense qu’il est un peu trop tôt parce que ça fait seulement six mois. [L’élection] est dans quatre ans. On ne sait pas ce qui va arriver dans quatre ans. »

Il a indiqué avoir des « défis intéressants » qui, dit-il, vont lui permettre de « remettre Montréal sur la map, autrement ».

Le dossier de son fils

Les événements impliquant son fils ont été l’épreuve la plus difficile de sa vie, a-t-il dit. Rappelons que Denis Coderre avait lui-même appelé le chef de police, Philippe Pichet, car il soupçonnait que sa famille avait été victime d’un vol d’identité. Or, c’était son fils qui avait utilisé la carte de crédit de sa femme et de sa fille sans l’avouer. « Mon fils m’a menti parce qu’il a eu peur de moi. De me mettre dans la peau du gars qui a incriminé son propre enfant, j’ai la boule dans la gorge. Je m’en suis voulu. C’est venu me chercher. C’est sûr qu’il y a quelque chose qui a brisé en moi. »

« Là, je suis content du dénouement, a-t-il poursuivi. Il se prend en main. Il a une magnifique petite amie. Il va s’en sortir. Il veut être reporter sportif. Il va être très bon. »

Formule E

Denis Coderre est revenu sur plusieurs dossiers, dont celui de la Formule électrique qui a plombé sa campagne électorale. S’il reconnaît avoir commis une erreur en tardant à dévoiler le nombre de billets vendus pour l’événement, il soutient qu’à plus long terme, la Formule électrique aurait été bénéfique pour Montréal : « C’est sûr qu’on n’allait pas faire un succès dès la première année. Il y avait une vision qui était rattachée à ça, mais on s’est accroché les pieds sur la question des billets. J’ai bloqué. Je l’ai dit à la dernière semaine, mais il aurait fallu le faire dès le début. »

Au sujet de la crise qui a secoué le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) et le remplacement du directeur général par Martin Prud’homme, il a eu ces réflexions : « Il n’y a personne qui est au-dessus de la loi. S’il y a des choses qui étaient inacceptables en termes d’opérations, il fallait faire la lumière là-dessus et le ministre de la Sécurité publique a posé des gestes de leadership. »

Denis Coderre a aussi commenté la décision de la mairesse Valérie Plante de modifier le règlement sur le contrôle animalier afin de réhabiliter les chiens pitbulls. « Elle vivra avec. Elle prend sa décision. Je suis en désaccord parce que j’ai fait le contraire, mais elle a tout à fait la légitimité de faire ces gestes. Au bout de la ligne, les gens vont comparer. »

Il s’est en outre un peu moqué de la position de Valérie Plante à l’égard d’un éventuel retour du baseball majeur à Montréal : « Je dis toujours un peu à la blague : je suis content pour les vocations tardives. Que Mme Plante dise qu’elle est d’accord maintenant avec ça, tant mieux. On va se rappeler ce qu’elle a dit dans le passé. Mais mieux vaut tard que jamais. »