La Ville de Montréal ignorait le projet du SPVM d’acheter davantage de pistolets électriques

Plusieurs citoyens et représentants d’organisations présents à l’hôtel de ville mardi ont fait valoir que les armes intermédiaires pouvaient être dangereuses et qu’il fallait songer à les bannir.
Photo: Pedro Ruiz Le Devoir Plusieurs citoyens et représentants d’organisations présents à l’hôtel de ville mardi ont fait valoir que les armes intermédiaires pouvaient être dangereuses et qu’il fallait songer à les bannir.

L’administration Plante ignorait que le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) comptait acheter davantage de pistolets à impulsion électrique (Taser) pour ses patrouilleurs, a admis mardi la responsable de la sécurité publique au comité exécutif, Nathalie Goulet.

« Nous n’étions pas au courant de cette décision-là. Nous allons en discuter et, ultimement, ces contrats seront votés au comité exécutif et au conseil d’agglomération », a indiqué Mme Goulet lors d’une séance de la Commission de la sécurité publique qui se penchait, mardi, sur l’utilisation des armes intermédiaires par les policiers montréalais.

Lundi, le directeur par intérim du SPVM, Martin Prud’homme, avait annoncé à ses employés que le service de police entendait doter toutes les équipes de patrouille de pistolets électriques d’ici 2020. À l’heure actuelle, le SPVM dispose de 64 pistolets de ce type. Leur nombre passerait à terme à 179.

Mais pour l’opposition à l’hôtel de ville, cette décision prise par le SPVM à l’insu de l’administration soulève des questions. « Ça démontre qu’on ne sait pas qui mène. Est-ce que c’est le SPVM qui prend des décisions unilatérales ? Quelle est la pertinence de Mme Goulet sur ces enjeux-là ? » a demandé le chef de l’opposition, Lionel Perez.

Le conseiller de Snowdon, Marvin Rotrand, estime que le pistolet électrique entraîne une « banalisation de la violence ». « Ça conduit à une escalade rapide de la violence dans une intervention policière et [ça] peut être utilisé de façon inappropriée contre des personnes qui pourraient être maîtrisées par d’autres moyens ».

Il a cité une enquête de Reuters qui, l’an dernier, révélait qu’en 15 ans, plus d’un millier de personnes étaient mortes aux États-Unis après que des policiers eurent utilisé des pistolets Taser contre eux. En 2007 à Montréal, Quilem Registre était décédé après avoir reçu six décharges de pistolet à impulsion électrique.

Grenades assourdissantes

Devant la Commission de la sécurité publique, mardi, les représentants du SPVM et de l’École nationale de police du Québec ont décrit les circonstances dans lesquelles les armes intermédiaires telles que le poivre de cayenne, les irritants chimiques, les pistolets électriques, les bâtons télescopiques et les armes d’impact à projectiles (AIIP) devaient être utilisées.

Le directeur adjoint au SPVM, Dominic Harvey, a annoncé que le SPVM n’aurait plus recours aux grenades assourdissantes de type « Rubber Ball Blast Grenade » (RBBG). C’est une de ces grenades qui avait blessé grièvement Francis Grenier en 2012. En novembre dernier, un jugement a d’ailleurs condamné le SPVM à verser 175 000 $ à l’homme qui a perdu l’usage d’un oeil.

« Dans les deux dernières années, on n’a pas utilisé de RBBG lors de manifestations », a expliqué Dominic Harvey. « La décision a été prise de retirer cette pièce d’équipement de façon définitive au SPVM. »

Armes dangereuses ?

Mais plusieurs citoyens et représentants d’organisations présents à l’hôtel de ville mardi ont fait valoir que les autres armes intermédiaires pouvaient aussi être dangereuses et qu’il fallait songer à les bannir.

Francis Grenier a souligné que certaines armes d’impact à projectiles de plastique ou de caoutchouc étaient susceptibles de blesser des personnes et même de causer leur mort. « Est-ce que les mêmes événements vont se reproduire ? » s’est-il demandé.

« Je pense qu’il est nécessaire de réévaluer l’utilisation de ces armes-là, non pas à partir de considérations théoriques, mais à partir de la réalité de leur utilisation », a indiqué Dominique Peschard, de la Ligue des droits et libertés. « Va-t-il falloir d’autres jugements de cour avec d’autres blessés et d’autres morts pour que les policiers cessent d’utiliser d’autres armes intermédiaires dangereuses ? »

Dominic Harvey soutient que, dans de nombreuses situations, les armes intermédiaires ont permis de minimiser la force utilisée.