Montréal aurait enfoui des déchets d’autres villes, selon l’inspecteur général

Photo: Paul Sancya Associated Press

La Ville de Montréal promet de corriger la situation révélée par une enquête administrative qui a conclu qu’un fournisseur de services a fait enfouir dans les arrondissements de Verdun et du Sud-Ouest des matières résiduelles provenant d’autres municipalités.

Jean-François Parenteau, maire de l’arrondissement de Verdun, écrit dans un communiqué publié lundi que les faits rapportés par le Bureau de l’inspecteur général de la Ville de Montréal (BIG) sont inacceptables. Il assure que dès que l’arrondissement en a pris connaissance, il a entamé des vérifications.

L’autre arrondissement où des matières résiduelles de l’extérieur auraient été transportées est celui du Sud-Ouest, dont le maire est Benoît Dorais, président du comité exécutif de la Ville de Montréal.

Les deux contrats avec le fournisseur soupçonné d’avoir effectué la collecte et le transport des matières résiduelles à Montréal ont été résiliés. M. Parenteau assure que la Ville s’est assurée que les résidents des arrondissements de Verdun et du Sud-Ouest ne fassent pas les frais des comportements inacceptables de l’entreprise fautive.

Selon le Journal de Montréal, la valeur des deux contrats s’élève à 35 millions de dollars. Le journal ajoute que le Bureau de l’inspecteur général songe à alerter l’Autorité des marchés financiers (AMF) et l’Unité permanente anticorruption (UPAC).

M. Parenteau, qui est aussi responsable au comité exécutif des services aux citoyens, du développement durable, de l’approvisionnement et de l’environnement, affirme que la Ville étudie présentement des options technologiques qui permettraient de mieux surveiller et encadrer la collecte, le transport et l’élimination des matières résiduelles.

Il ajoute que les deux arrondissements concernés ont déjà revu leurs façons de faire pour éviter qu’une telle situation ne se reproduise.