Une trentaine d’expulsions lors du conseil d’arrondissement de Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension

Projet immobiler projeté sur la rue Lajeunesse
Photo: Source 2 Architectures Projet immobiler projeté sur la rue Lajeunesse

Les policiers ont dû intervenir mardi soir pour ramener l’ordre à la séance du conseil d’arrondissement de Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension au cours de laquelle les élus ont approuvé deux projets immobiliers. Résultat : une trentaine de personnes ont été expulsées et deux ont été arrêtées.

Lorsque les élus ont annoncé qu’ils autorisaient, à l’unanimité, la démolition d’un bâtiment du 7294, rue Lajeunesse pour permettre la construction de 24 condominiums, des membres de l’assistance se sont mis à chahuter. « Pourris, câlisse ! » a crié l’un d’eux. « Pas de bourgeois dans mon quartier ! Pas de quartier pour les bourgeois ! » se sont mis à scander des citoyens, avant que la mairesse Giuliana Fumagalli décide de suspendre la séance. C’est à ce moment que les policiers sont intervenus.

Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a confirmé avoir procédé à l’expulsion d’une trentaine de personnes et arrêté deux citoyens pour entrave. On ignore pour l’instant si des accusations seront portées contre ces derniers.

Déception

Résidant de la rue Berri, Guénaël Charrier était présent dans la salle avec quelques voisins opposés au projet immobilier. Mais il soutient que ce sont des militants anti-gentrification venus dénoncer un autre projet immobilier, celui de la Plaza Hutchison, qui ont causé le tumulte. Le projet de la Plaza Hutchison a reçu l’aval des élus un peu plus tard dans la soirée, après l’intervention policière.

Il reste que M. Charrier est très déçu de la décision rendue par les élus. Le promoteur aura désormais le champ libre pour démolir le bâtiment appartenant autrefois à Taxi Diamond pour construire un immeuble de quatre étages comportant 24 condos. Les voisins dénoncent la hauteur autorisée, soit quatre étages, alors que les immeubles voisins n’en comportent que deux. « Ça détériore notre vie, notre intimité et nos propriétés », déplore Guénaël Charrier.

Les citoyens s’inquiètent aussi de l’accroissement de la circulation automobile dans la ruelle, puisque les propriétaires des condos accéderont aux 12 espaces de stationnement souterrains par la ruelle.

En août dernier, la Ville avait rejeté la demande de démolition soumise par le promoteur. Des modifications ont par la suite été apportées au projet et, en janvier, le comité de démolition a finalement donné le feu vert au promoteur, une décision que les citoyens ont portée en appel. Mardi, les élus ont toutefois rejeté la requête citoyenne.

Les citoyens fondaient beaucoup d’espoir dans l’administration de Projet Montréal. « Vu que le maire du Plateau, Luc Ferrandez, veut moins de circulation dans les ruelles de son arrondissement, on se disait que ça allait dans le sens de nos demandes », a expliqué M. Charrier.

Quant à l’autre projet litigieux, la Plaza Hutchison, il s’agit de la conversion en condos d’un bâtiment situé au 7290, rue Hutchison qui abrite des commerces et des organismes communautaires.

Selon la mairesse Valérie Plante, les deux projets étaient déjà très avancés lorsque son équipe a été portée au pouvoir : « Les projets sont attachés bien en amont. Ce n’est pas en trois mois qu’on peut tout changer », a-t-elle dit tout en affirmant que son administration comptait faire des gestes afin de protéger la mixité dans les quartiers montréalais.