Camillien-Houde sera fermée à la circulation de transit pendant cinq mois

Les automobilistes pourront continuer de se rendre sur le mont Royal en voiture, mais il leur sera interdit de traverser la montagne.
Photo: Catherine Legault Le Devoir Les automobilistes pourront continuer de se rendre sur le mont Royal en voiture, mais il leur sera interdit de traverser la montagne.

Le projet-pilote de la voie Camillien-Houde se déroulera du 1er juin au 31 octobre prochain. La circulation de transit sera donc interdite pendant cinq mois sur la montagne, a annoncé mercredi la mairesse Valérie Plante. Quant à la consultation de l’Office de consultation publique de Montréal (OCPM), elle débutera le 1er mai.

« Le projet vise à ouvrir la montagne, à donner de l’oxygène au mont Royal », a indiqué Mme Plante.

La consultation débutera un mois avant l’instauration du projet-pilote et se poursuivra jusqu’à l’automne, mais la mairesse prévient que son administration n’entend pas renoncer à interdire le transit pendant cinq mois, le temps d’évaluer les impacts de ces mesures. Si le projet-pilote devait subir des modifications à la lumière des premières séances de consultation, elles seront mineures, a-t-elle dit.

Les automobilistes pourront continuer de se rendre sur le mont Royal en voiture, mais il leur sera interdit de traverser la montagne. Les détails du projet-pilote seront divulgués dans un mois, a dit la mairesse.

L’annonce en février dernier de la fermeture de la voie Camillien-Houde à la circulation de transit a suscité une vive polémique et plus de 26 000 citoyens ont signé une pétition en ligne pour s’opposer au projet. La Ville estime à 80 % la part de la circulation de transit sur la montagne en semaine.

Une consultation bidon?

Valérie Plante espère que les citoyens seront nombreux à participer à la consultation pour faire entendre leur opinion et formuler des commentaires. Les citoyens qui appuient le projet sont moins « vocaux », a-t-elle fait remarquer.

Le rapport de l’OCPM est attendu dans les 90 jours suivant, soit au début de l’année 2019.

« C’est une consultation bidon », a commenté le chef de l’opposition, Lionel Perez qui estime que l’OCPM n’aura pas la possibilité de faire des recommandations à l’administration pour améliorer le projet-pilote. « L’administration est en train d’instrumentaliser l’OCPM ».

Selon lui, l’administration aurait dû prendre le temps de faire une véritable consultation avant d’aller de l’avant, quitte à retarder le projet.