Circulation sur le mont Royal: il n’y aura pas de consultation en amont

Plus de 25 000 citoyens ont signé une pétition en ligne demandant à la Ville de maintenir la circulation automobile d’est en ouest de la montagne.
Photo: Catherine Legault Le Devoir Plus de 25 000 citoyens ont signé une pétition en ligne demandant à la Ville de maintenir la circulation automobile d’est en ouest de la montagne.

L’administration Plante persiste et signe : les consultations publiques concernant la circulation automobile sur le mont Royal auront lieu en parallèle du projet-pilote qui mettra fin à la circulation de transit sur la montagne, et non en amont, comme le réclame l’opposition.

Pressé par Ensemble Montréal (anciennement nommé Équipe Denis Coderre) ainsi que par de nombreux citoyens favorables au maintien de la circulation de transit sur la montagne, Projet Montréal a réitéré mardi qu’il y aura bel et bien des consultations publiques, mais que celles-ci se tiendront en marge du projet-pilote qui doit débuter ce printemps.

Ces consultations publiques vont accompagner l’ensemble du projet-pilote

Elle n'a toutefois pas détaillé quelle forme prendront ces consultations.
 

Une annonce aura lieu à cet effet d’ici le prochain conseil municipal, qui se tiendra le 26 mars, indique la Ville.

L’opposition officielle a annoncé mardi qu’elle déposera une motion à cette réunion des élus dans le but de mandater l’Office de consultation publique de Montréal (OCPM), « un organisme neutre et crédible », dit-elle, pour qu’il se penche sur l’épineuse question de la circulation de transit sur le mont Royal.

Elle a également déposé des résolutions auprès de 10 arrondissements à cet égard.

Acceptabilité sociale

« Le refus de l’administration Plante de procéder à une consultation publique en amont du projet-pilote va à l’encontre de toutes les bonnes pratiques en matière de participation publique et d’acceptabilité sociale », a déclaré le chef d’Ensemble Montréal, Lionel Perez. L’opposition accuse notamment la Ville de gérer ce dossier « dans la précipitation ».

Ensemble Montréal demande également à la Ville de mener des études d’impacts « sur le transfert véhiculaire dans les quartiers avoisinants », ce à quoi Projet Montréal répond que de telles études sont déjà en cours et que celles-ci se poursuivront « avant, pendant et après le projet-pilote ».

La fin de la circulation de transit sur le mont Royal suscite une vive controverse depuis son annonce le mois dernier. Plus de 25 000 citoyens ont signé une pétition en ligne demandant à la Ville de maintenir la circulation automobile d’est en ouest de la montagne.

Ces opposants estiment que d’autres mesures devraient être mises en avant afin de rendre le mont Royal plus sécuritaire, par exemple réduire la vitesse maximale des automobilistes et des cyclistes sur ce chemin souvent qualifié d’« autoroute sur la montagne » par le responsable des parcs au comité exécutif, Luc Ferrandez.

Dans le cadre de ce projet-pilote, la Ville prévoit que les automobilistes qui arrivent sur le mont Royal par le chemin Camillien-Houde se stationneront près de la maison Smith, alors que ceux en provenance de l’ouest de la ville se gareront à proximité du lac aux Castors. Cette mesure ne s’appliquera pas aux véhicules d’urgence ni aux autobus.

Cette décision a été annoncée dans la foulée du débat sur la circulation automobile sur le mont Royal relancé après le décès de Clément Ouimet en octobre dernier.