Première rencontre de travail entre Philippe Couillard et Valérie Plante

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, et le premier ministre du Québec, Philippe Couillard
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir La mairesse de Montréal, Valérie Plante, et le premier ministre du Québec, Philippe Couillard

Bien que déçus par la décision d’Amazon de ne pas considérer Montréal pour établir son deuxième siège social, le premier ministre Philippe Couillard et la mairesse Valérie Plante estiment que le dossier de candidature préparé pour attirer la multinationale pourrait être utile à d’autres projets.

Le premier ministre était de passage à l’hôtel de ville jeudi matin pour une première rencontre de travail avec la mairesse élue le 5 novembre dernier.

« Honnêtement, je trouve qu’on avait le meilleur projet. Vous ne serez pas surpris de m’entendre le dire. Pourquoi ? Parce que Montréal est une ville de savoir, de talent, la ville de l’intelligence artificielle et un endroit où la qualité de vie est remarquable, a expliqué M. Couillard. Je ne pense pas qu’ils vont expliquer leurs motifs, mais j’aimerais quand même savoir où étaient les points les moins forts de notre présentation. Le travail qu’on a fait pour présenter ce dossier-là va être utile, parce qu’il y a beaucoup de projets actuellement sur lesquels on peut miser. »

Valérie Plante abondait dans le même sens. « On aurait souhaité se retrouver parmi les finalistes d’Amazon, mais ça ne s’arrête pas là parce qu’effectivement, le travail de Montréal International va pouvoir nous servir à plein d’autres projets. […] Montréal va bien et a toujours un très bon positionnement. »

Les lignes bleue et rose

Lors de cette première rencontre officielle, M. Couillard et Mme Plante ont discuté des priorités de la nouvelle administration montréalaise, soit la mobilité, l’habitation et le développement économique.

Philippe Couillard a affirmé que le prolongement de la ligne bleue du métro était un « engagement indéfectible » de son gouvernement. Quant à la ligne rose, il s’est dit ouvert à considérer le projet : « Je comprends très bien sa logique [de Valérie Plante] : elle veut désengorger la ligne orange qui va recevoir un trafic accru. Mais il existe une structure régionale de transport qui doit être impliquée, l’ARTM [Autorité régionale de transport métropolitain]. Les travaux vont être faits et on va accueillir avec bonheur toute proposition de Montréal, de Québec et des couronnes pour améliorer la qualité de vie des gens à travers les investissements en transport collectif durable. »

L’avenir politique de Denis Coderre

Le premier ministre a par ailleurs indiqué ne pas avoir discuté récemment avec l’ex-maire Denis Coderre en prévision des élections provinciales. « Je lui ai parlé après l’élection municipale pour le remercier de son service public et pour lui souhaiter le mieux pour lui au cours des prochaines années. Mais M. Coderre ne m’a pas parlé récemment. »

Questionné sur la possibilité d’inviter l’ancien maire à se joindre au Parti libéral comme candidat aux prochaines élections, M. Couillard a eu ce commentaire : « Vous me posez une question hypothétique. Je vais attendre qu’il m’en parle et je vous en parlerai à ce moment-là. »

1 commentaire
  • Madeleine LaRoche - Abonnée 19 janvier 2018 13 h 27

    Montréal, ville de l'intelligence artificielle

    Si Montréal est LA ville de l'intelligence artificielle selon monsieur Couillard, souhaitons qu'elle soit aussi une ville développée intelligemment avec bon sens et jugement tant au niveau environnemental, que de l'accès au logement et du transport évidemment. Il serait perninent de s'interroger au sujet du genre d'entreprises et de sièges sociaux de multi-nationales qu'on souhaite attirer dans la métropole. L'installation chez nous de ces géants comporte certes des avantages économiques, mais certains ont des pratiques douteuses voire immorales. La rentabilité ne devrait pas être le seul critère pour courtiser ces «investisseurs».