La parité atteinte au comité exécutif de Montréal

Le comité exécutif de la mairesse Valérie Plante est composé de 13 élus, et sa première réunion est prévue mercredi.
Photo: Jeanne Corriveau Le Devoir Le comité exécutif de la mairesse Valérie Plante est composé de 13 élus, et sa première réunion est prévue mercredi.

Le comité exécutif présenté lundi par Valérie Plante est paritaire et réunit des élus d’expérience et de nouveaux visages. Mais la mairesse, qui plaidait pour des pratiques moins partisanes à l’Hôtel de Ville, n’a réussi à attirer qu’un seul élu de l’opposition, Jean-François Parenteau, maire de Verdun élu sous la bannière de l’Équipe Denis Coderre.

Le comité exécutif de Valérie Plante est composé de 13 élus, soit six femmes et sept hommes. En campagne électorale, Valérie Plante avait déjà annoncé que Benoit Dorais, maire du Sud-Ouest, présiderait ce comité. Les autres élus proviennent tous de sa formation politique à l’exception de Jean-François Parenteau, qui a quitté son parti pour siéger comme indépendant.

Valérie Plante assure qu’elle n’a pas exigé de lui qu’il délaisse son parti, mais lui a plutôt demandé de quitter le caucus, et ce, pour des questions de « confidentialité ».

Mme Plante indique avoir voulu s’entourer d’une combinaison de nouvelles recrues et d’élus d’expérience. Mais elle reconnaît que son comité exécutif n’est pas représentatif de la diversité culturelle de Montréal, faisant remarquer que le conseil municipal ne l’est pas non plus.

Les trios

Les Luc Ferrandez, François Croteau et Magda Popeanu côtoieront donc les nouveaux élus Rosannie Filato, Robert Beaudry et Nathalie Goulet. Le dossier-clé du transport a été confié au conseiller Éric Alan Caldwell alors que la Sécurité publique, tout aussi stratégique, est maintenant entre les mains de Nathalie Goulet.

D’autres élus ont hérité de multiples tâches, comme Sylvain Ouellet qui aura la charge des infrastructures de l’eau et de la voirie.

Benoit Dorais a expliqué qu’un concept de « trios » sera mis en place pour faire en sorte que des membres du comité exécutif se concertent afin de faire avancer les dossiers.

À titre d’exemple, il a cité les responsables des dossiers d’infrastructures, d’habitation et de transport qui travailleront en collégialité. Lui-même, en tant que responsable des finances, formera un trio avec François Croteau (ville intelligente) et Laurence Lavigne Lalonde (démocratie et gouvernance).

« Chaque membre va travailler au sein de trios selon une logique organique des dossiers. L’important, c’est de briser les silos dès le début », a-t-il dit.

Une condition inacceptable ?

Le chef de l’opposition par intérim, Lionel Perez, affirme que six élus de son équipe ont été approchés pour se joindre au comité exécutif, mais que la condition imposée par Valérie Plante, soit de quitter le parti Équipe Denis Coderre, était « inacceptable ».

Le comité exécutif, ce n’est pas un menu à la carte. On n’est pas chez McDo ici. Est-ce qu’ils vont se rencontrer chacun dans leur statutaire ? Si oui, ils vont être en rencontres perpétuelles et ne pourront jamais prendre de décisions.

M. Perez dit respecter la décision de Jean-François Parenteau d’accepter la proposition de Valérie Plante, même s’il exprime plusieurs réserves : « Il va devoir assumer sa décision. […]Je pense que lorsqu’on est élu sous une bannière, à deux semaines du scrutin, on a une obligation envers ses électeurs. »

Jean-François Parenteau soutient que Valérie Plante ne lui a pas demandé de devenir indépendant. « Moralement et pour des raisons éthiques, c’était clair pour moi que je ne pouvais pas siéger entre deux chaises. J’aurais toujours été l’intrus dans la pièce. » Il a dit ne pas envisager de se joindre à Projet Montréal.

Quant au concept de trios, Lionel Perez y voit la démonstration que la nouvelle administration comprend mal le fonctionnement de la Ville : « Le comité exécutif, ce n’est pas un menu à la carte. On n’est pas chez McDo ici. Est-ce qu’ils vont se rencontrer chacun dans leur statutaire ? Si oui, ils vont être en rencontres perpétuelles et ne pourront jamais prendre de décisions. »

« Si, malheureusement, le chef de l’opposition voit de la réunionite, c’est qu’il n’a rien compris », a rétorqué Benoit Dorais.

Le radical du verdissement

Nommé au développement durable et aux grands parcs, Luc Ferrandez affirme qu’il ne changera pas son style. « J’espère rester radical pour la gestion des grands parcs parce qu’il faut être radical pour ramener la nature en ville. Il faut être obsédé et déterminé pour défendre chaque pied carré possible de verdissement », a-t-il dit. « Les grands parcs ont besoin d’amour. Il faut les voir comme un atout, un capital énorme pour développer le style de ville que l’on veut, mais aussi le style de tourisme que l’on veut. »

Le maire du Plateau-Mont-Royal assure que l’administration Plante-Dorais vise toujours à créer un parc national urbain à Pierrefonds-Ouest, là où l’administration précédente projetait la construction de 5500 logements.

« On n’est pas obligés, demain matin, d’acheter les terrains », a expliqué M. Ferrandez. « La première chose qu’on va faire, c’est rien. On va attendre. On va laisser les terres en friche. On va regarder ce qui serait nécessaire pour la construction d’un parc. »

Le nouveau comité exécutif tiendra sa première réunion dès mercredi matin.

Les membres du comité exécutif

  • Benoit Dorais: président du comité exécutif, responsable des finances, du capital humain, des communications corporatives, des affaires juridiques et de l’évaluation foncière. 
  • Magda Popeanu: vice-présidente du comité exécutif, responsable de l’habitation, de la gestion et planification immobilière et de la diversité montréalaise. 
  • Sylvain Ouellet: vice-président du comité exécutif, responsable de l’eau et des infrastructures de l'eau, des infrastructures et de la Commission des services électriques.         
  • Éric Alan Caldwell: responsable de l’urbanisme, du transport et de l’Office de consultation publique de Montréal. 
  • Christine Gosselin: responsable de la culture, du patrimoine et du design. 
  • Luc Ferrandez: responsable des grands parcs, du développement durable, des espaces verts et des grands projets.         
  • Nathalie Goulet: responsable de la sécurité publique. 
  • Robert Beaudry: responsable du développement économique et commercial, ainsi que des relations gouvernementales.         
  • Rosannie Filato: responsable du développement social et communautaire, de l’itinérance, de la jeunesse, des sports et loisirs.         
  • François William Croteau: responsable de la ville intelligente, des technologies de l'information et de l’innovation. 
  • Laurence Lavigne Lalonde: responsable de la transparence, de la démocratie, de la  gouvernance, de la vie citoyenne et d’Espace pour la vie. 
  • Jean-François Parenteau: responsable des services aux citoyens, de l’approvisionnement et de l’environnement. 

Les membres associés au comité exécutif:
  • Sophie Mauzerolle: conseillère associée à la mairesse. 
  • Alex Norris: conseiller associé à la sécurité publique.         
  • Marianne Giguère: conseillère associée au développement durable et aux transports actifs. 
  • Craig Sauvé: conseiller associé aux services aux citoyens et à la mobilité. 
  • Suzie Miron: conseillère associée aux infrastructures.
4 commentaires
  • Sylvio Le Blanc - Abonné 20 novembre 2017 13 h 54

    Juste pour les deux derniers paragraphes,

    Projet Montréal méritait d’être élu.

  • Marguerite Paradis - Abonnée 20 novembre 2017 16 h 17

    LE SILENCE, UNE VERTU MONSIEUR PEREZ

    S.V.P. monsieur Perez, avez vous des suggestions pour contribuer au Bien commun?
    Sinon, vous savez que le silence est toujours une belle vertu.
    C'est justement ce que beaucoup de montréalaisEs ne veulent plus; des éluEs qui ne contibuent pas à l'amélioration du vivre-ensemble sur le bras des citoyenNEs payeurs de taxes et d'impôts.
    Merci.
    M.P.

  • Jean-Pierre Marcoux - Inscrit 21 novembre 2017 07 h 40

    Luc Ferrandez

    Un bravo enthousiaste!!!

    Très heureux pour Montréal que Luc Ferrandez soit responsable des grands parcs, des espaces verts, des grands projets et du développement durable.

    Ça va bouger, ça va oser et ça va innover.

    OUAIS!!!

    • David Huggins Daines - Abonné 21 novembre 2017 10 h 49

      C'est une très bonne nouvelle - si on compare l'état un peu tristounet du parc La Fontaine, qui fait partie des grands parcs, par rapport à ses parcs voisins Baldwin et Laurier qui sont gérés par l'arrondissement, il est évident que les grands parcs vont grandement bénéficier du traitement Ferrandez.