Les cinq défis de Valérie Plante

Valérie Plante a prêté serment en compagnie des autres élus montréalais, jeudi après-midi, lors d’une cérémonie au marché Bonsecours.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Valérie Plante a prêté serment en compagnie des autres élus montréalais, jeudi après-midi, lors d’une cérémonie au marché Bonsecours.

Valérie Plante est officiellement devenue la mairesse de Montréal jeudi alors qu’elle prêtait serment en compagnie des autres élus montréalais. Elle compte mettre rapidement le cap sur ses priorités, dont la mobilité.

« Nous avons une obligation de résultat », a déclaré d’emblée la mairesse lors d’une cérémonie au marché Bonsecours.

Ainsi, 102 élus ont été déclarés officiellement élus. La 103e, Lisa Christensen, de Projet Montréal, n’a pu être assermentée en raison d’un dépouillement judiciaire en cours dans le district de Pointe-aux-Prairies.

Dans son allocution, la nouvelle mairesse a énuméré les cinq défis auxquels son administration s’attaquera, soit l’amélioration de la mobilité, une sécurité accrue pour les cyclistes et les piétons, la construction de projets d’habitation pour les familles, la prestation de services publics plus efficaces et un développement économique « inclusif ».

La réalisation de certaines des ambitions de la nouvelle mairesse nécessitera un coup de pouce de Québec et d’Ottawa. « Nos partenaires doivent prendre acte du message qui a été envoyé le 5 novembre et être à l’écoute des besoins des Montréalais », a souligné Valérie Plante.

Si vous aimez cette ville autant que je l’aime, je vous demande de vous impliquer

 

La mairesse avait également un message pour les Montréalais : « Si vous aimez cette ville autant que je l’aime, je vous demande de vous impliquer », a-t-elle dit.

Des promesses à tenir

Valérie Plante aura fort à faire pour respecter toutes les promesses qu’elle a faites en campagne.

Elle a notamment promis de limiter les hausses de taxes à l’inflation, d’ajouter 300 autobus à la flotte de la Société de transport de Montréal (STM), de lancer le projet de ligne rose du métro, d’instaurer la gratuité pour les jeunes et les aînés dans les transports en commun.

Elle s’est également engagée à construire 12 000 logements sociaux et à abolir la taxe de Bienvenue pour les familles.

À l’issue de la cérémonie, elle a rappelé qu’elle s’attaquerait en priorité à l’enjeu de la mobilité. « Déjà, on a commencé à travailler avec mes interlocuteurs au niveau provincial et fédéral, mais j’espère pouvoir rapidement dire comment ça va se matérialiser. »

Les Montréalais commenceront à voir les résultats dans les prochains mois. D’ici là, certaines mesures touchant la transparence, comme le retour du registre des visiteurs de la mairesse, pourront être mises en place promptement.

Valérie Plante dévoilera la composition de son comité exécutif de « façon imminente ». « On y est presque », a-t-elle dit.

Quant au budget, la nouvelle administration y travaille déjà et s’affaire à réduire le manque à gagner de 358 millions constaté la semaine dernière. « On va livrer ce qu’on a dit : un budget équilibré avec des taxes foncières limitées à l’inflation et qui vont intégrer les priorités des Montréalais », a indiqué le président du comité exécutif, Benoit Dorais.

Le budget sera déposé au retour des Fêtes et sera adopté avant la fin janvier, a précisé M. Dorais.

Le chef de l’opposition par intérim, Lionel Perez, estime que la nouvelle administration devra faire ses preuves : « Gouverner, c’est assumer, et on va voir avec la présentation du budget s’ils ont fait les bons choix. »

La mairesse de LaSalle, Manon Barbe, a salué l’arrivée au pouvoir de Valérie Plante. « Je trouve ça très rafraîchissant, a-t-elle expliqué. On partage les mêmes valeurs et la même vision sur les services donnés à la population qui ne passent pas par la centralisation, mais par la décentralisation. »

Projet Montréal a fait élire 51 personnes, dont 34 siégeront au conseil municipal. De son côté, Équipe Denis Coderre formera l’opposition officielle avec 39 élus, dont 25 au conseil municipal. Coalition Montréal n’aura qu’un seul élu, Marvin Rotrand, doyen au conseil municipal. Quant aux partis locaux, à Anjou et à LaSalle, ils comptent 12 élus.

4 commentaires
  • Christian Montmarquette - Abonné 16 novembre 2017 20 h 11

    Bravo, à tous les progressistes!


    - Bravo, à tous les progressistes, qui, pour une fois, ont gagné leurs élections à Montréal.

    - Espérons que cette tendance au renouveau politique se maintiendra pour les prochaines élections provinciales.

    Christian Montmarquette

  • Marie Nobert - Abonnée 17 novembre 2017 03 h 28

    Qui la «Dame en bleu» assise à «gauche» de Benoit Dorais? (!)

    Sans commentaire.

    JHS Baril

  • Marguerite Paradis - Abonnée 17 novembre 2017 04 h 19

    INFORMEZ-NOUS DES OBSTACLES ET DEMANDEZ NOTRE SOUTIEN

    Si on vous met des bâtons dans les roues pour la réalisation de votre programme, informez-nous-en.
    Arrêtez de tout « subir » et « décider » dans la grande noirceur, généralement au détriment de la majorité des citoyenNEs et des idéaux mis de l’avant pour être éluE.
    M.P.

  • Nadia Alexan - Abonnée 17 novembre 2017 10 h 59

    En fin un équipe qui travail pour l'intérêt public.

    Félicitations à la nouvelle mairesse avec tous mes voeux pour un succès phénoménal. Finalement, les montréalais pourraient réjouir d'un conseil progressiste centré sur les besoins des citadins au lieu de ceux des promoteurs. Bonne chance à votre équipe, madame la mairesse. En fin un équipe qui travail pour l'intérêt public.