Valérie Plante prend son premier bain de foule… et rencontre Coiteux

À l’extérieur de la station Square-Victoria-OACI, Valérie Plante a serré les mains des usagers du métro.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir À l’extérieur de la station Square-Victoria-OACI, Valérie Plante a serré les mains des usagers du métro.
Au lendemain de son élection à la mairie de Montréal, Valérie Plante met le cap sur sa priorité : la mobilité. Elle entend d’ailleurs rencontrer ses interlocuteurs à Québec afin de discuter d’enjeux de transport, dont l’achat d’autobus supplémentaires comme elle l’avait promis en campagne électorale.

La nouvelle mairesse, qui se décrit comme une « politicienne non formatée », est allée serrer des mains à la sortie de la station de métro Square-Victoria-OACI dès lundi matin pour ensuite se rendre, à pied, à l’hôtel de ville. Le ministre responsable de la Métropole, Martin Coiteux, dont les bureaux se trouvent à proximité, est venu la saluer. « C’est la journée de la nouvelle mairesse. Je lui laisse sa journée. Nous, on va se rencontrer très bientôt pour discuter des dossiers de Montréal, des dossiers qui nous sont communs », a-t-il dit aux journalistes.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir La nouvelle mairesse de Montréal, Valérie Plante, en compagnie du ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux

En chemin, des citoyens l’ont arrêtée pour la féliciter pour sa victoire de la veille. Des pompiers de la Ville se sont aussi approchés pour lui serrer la main. Devant l’hôtel de ville, un caléchier qui passait lui a lancé : « J’en ai pour combien de temps à travailler ? » Et la mairesse de répondre, prudemment : « On s’en reparlera. »

Valérie Plante entend rapidement se mettre à la tâche pour amorcer le dialogue avec ses partenaires provinciaux et fédéraux. « C’est clair que mon premier geste sera de travailler en collaboration avec les partenaires au niveau provincial parce qu’un des engagements que j’ai beaucoup mis de l’avant, c’est la question de la mobilité, et ça commence dès maintenant avec des autobus », a-t-elle expliqué en rappelant sa promesse de procéder rapidement à l’achat de 300 autobus pour Montréal.

Son projet de ligne rose du métro nécessitera aussi des discussions avec les représentants du gouvernement fédéral. « Je tiens à bouger rapidement. On sait qu’au fédéral, la fenêtre d’opportunité est telle qu’il faut pouvoir proposer des projets maintenant », a-t-elle dit. « Il ne faut pas attendre dans cinq, dans dix ans. L’argent est là pour les dix prochaines années en infrastructures de transport collectif. »
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Mme Plante s’est rendue à pied à l’hôtel de ville de Montréal, entourée de ses candidats et de son équipe.

Elle avait déjà annoncé que Benoit Dorais, réélu à la mairie du Sud-Ouest, présiderait son comité exécutif. Au cours des prochains jours, elle s’affairera donc à choisir les autres membres de ce comité. « Maintenant qu’on sait qui a été élu et qu’on a une majorité, c’est fabuleux pour nous parce que ça nous donne beaucoup plus de possibilités d’aller chercher les meilleurs éléments, non seulement en termes paritaires, mais aussi géographiquement », a indiqué la chef de Projet Montréal.

Devenir mairesse, cela change une vie, mais cela ne change pas tout pour cette mère de deux enfants de 11 et de 14 ans : « Honnêtement, je me suis réveillée et je suis allée faire les toasts des enfants et faire le déjeuner comme d’habitude parce que, pour eux, la vie continue. Je suis une mairesse, mais je suis aussi une mère. »

L’assermentation des nouveaux élus aura lieu le 16 novembre.
Denis Coderre, qui a fait savoir, dès dimanche soir, qu’il quittait la vie politique municipale, compte s’adresser aux médias mercredi.

L’élection de Valérie Plante saluée à Québec et à Ottawa

Tant du côté fédéral que provincial, les dirigeants politiques ont bien reçu l’annonce de l’élection à la mairie de Montréal de Valérie Plante, se disant prêts à discuter avec elle de ses projets de transport en commun.
 

À Montréal, le premier ministre Philippe Couillard a dit retenir de la nouvelle mairesse qu’elle voulait parler de développement durable et de mobilité — et ces sujets lui sourient, a-t-il dit.


M. Couillard a aussi retenu sa volonté de travailler en partenariat avec le gouvernement du Québec, puisque ses projets d’achat d’autobus par la Société de transport de Montréal, par exemple, nécessiteront un coup de pouce de Québec.
 

Du côté fédéral, la ministre du Patrimoine, Mélanie Joly, s’est dit «très contente qu’on a enfin une première mairesse à Montréal». Elle s’est montrée prête à «étudier tous les projets» de transport collectif qui seront soumis, incluant celui d’ajouter une «ligne rose» au réseau du métro.
 

Plus tôt dans la journée, lors d’un point de presse sur les marches de l’hôtel de ville, Mme Plante s’était donnée comme priorité l’achat d’autobus par la STM, affirmant qu’il en «manque cruellement» à Montréal.


La Presse canadienne

5 commentaires
  • Solange Bolduc - Inscrite 6 novembre 2017 11 h 59

    Belle et intelligente mairesse1#

    Difficile de ne pas apprécier le naturel ou la spontanéité de Valérie Plante! En ce sens, elle est très québécoise, ne s'enfarge surtout pas dans les fleurs du tapis...
    Il faudrait que l'on cesse de la comparer à Macron, deux mondes complètement différents: un banquier et une femme qui travaillera, je l'espère pour le bien-être des citoyens d'abord, sans oublier nos racines québécoises et francophones!
    Il est intelligente et mise, dit-elle, sur des rapprochements certains avec les citoyens...Elle semble être là pour servir, non pour se servir, ce que font trop de politiciens! J'attends beaucoup de notre mairesse, et j'espère ne pas être déçue!

  • Gilles Théberge - Abonné 6 novembre 2017 14 h 32

    Mélany Joly Ha Ha Ha

    Tous se souviendront de la déclaration de Monsieur... Bergeron, à la fin de la campagne, quand l'équipe Coderre a commencé à paniquer grave.

    Il avait déclaré souvenez vous, que si Montréal avait élu Mélanie Joly lors de la dernière camoagne électorale...

    Imaginez disait-il, Valérie Plante c'est come Mélanir Joly...

    Il reste que c'est vrai. Si c'était Mélanie Joly, ce serait grave...

    Mais Valérie Plante c'est autre chose je pense.

    Je pense aussi que Valérie Plante n'aura pas le plaisir de le congédier!

    • Louise Collette - Abonnée 6 novembre 2017 17 h 00

      Ça je n'en suis pas encore revenue, faire des comparaisons avec Mélanie Joly, il faut être vraiment en mode panique pour en arriver là......

  • Solange Bolduc - Inscrite 6 novembre 2017 17 h 38

    Notre nouvelle Jeanne-Mance ?

    La mairesse durant son discours de victoire a fait référence à Jeanne-Mance, pionnière de la Nouvelle France, il y a 375 ans, cofondatrice de Montréal...de l'Hôtel-Dieu...

    Valérie Plante, notre nouvelle mairesse de Montréal, deviendra-t'elle, l'instigatrice d'un mouvement qui permettra aux moins fortunés d'obtenir une place de choix dans sa vision de Montréal, d'être traités avec plus d'humanité? Si je me fie à son discours, ce serait son intention! Bravo jeanne-Valérie, on vous épaulera !

  • Jean-Paul Carrier - Abonné 6 novembre 2017 22 h 57

    Bravo Madame la Mairesse Plante et bienvenue.

    Oui! Bienvenue dans le changement et pour un Nouveau-Montréal.
    Ne serait-ce que cette beauté naturelle de jovialité, de spontanéité et de force de caractère, le choix des citoyens ne porte aucun doute.
    Beaucoup de travail à faire pour répondre aux exigences toujours croissantes et impatientes des citoyens.
    Nous devons lui souhaiter bonne chance, et surtout travailler de concert avec Madame la Mairesse Plante et son conseil. Changer l'ordre des choses demande du courage et de l'abnégation, car il y aura toujours de la résistance. Cependant, c'est au sein de ces mêmes forces qui entrent en collisions que l'on trouvera toujours la solution de ralliement. Alors, rallions-nous aux côtés de Madame la Mairesse Plante et faisons du Nouveau-Montréal la fierté d'une nation, de ses habitants, un joyau et un havre de paix progressiste.

    Il faudra nommer, la ligne Rose, lorsque terminée, la ligne Valérie Plante en l'honneur de la première mairesse de Montréal en cette année historique du 375e.