L’heure H pour Coderre et Plante

Jour de vote à Montréal pour les élections municipales. 
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Jour de vote à Montréal pour les élections municipales. 

Les dés sont jetés pour les deux principaux candidats à la mairie de Montréal. Denis Coderre et Valérie Plante sont allés voter dimanche matin en souhaitant tous deux que les Montréalais les imitent massivement.

À 12 h, Élection Montréal a indiqué que le taux de participation à Montréal était de 16,73 %. Ce pourcentage inclut le vote par anticipation.
 


M. Coderre a voté dans Montréal-Nord peu après 10 h, et Mme Plante environ une heure plus tard dans Rosemont-La Petite-Patrie. Dans les deux camps, la confiance régnait… Mais aussi une certaine prudence liée aux sondages qui prédisent une lutte serrée.

« Oui, j’ai confiance de l’emporter, a indiqué Mme Plante après avoir déposé ses trois bulletins de vote dans l’urne. Quand on fait ce genre d’exercice très intense, avec son cœur et ses tripes, c’est nécessairement pour l’emporter […] Le dernier sondage montrait que j’avais une légère avance, mais qu’il y avait un taux important d’indécis. Alors tout dépendra [du nombre] de Montréalais qui vont se rendre voter. »

Photo: Pedro Ruiz Le Devoir

Le maire sortant s’est pour sa part dit encouragé par les appuis reçus des derniers jours de diverses personnalités, dont des gens d’affaires. « Il y a eu un beau crescendo dans les dix derniers jours, a-t-il soutenu. On a vu qu’il y a beaucoup de gens qui ont dit que ça va bien du point de vue économique et sur le plan social. C’est sûr qu’il y a encore beaucoup de choses à faire, mais on est sur une lancée », estime le maire sortant.

« C’est ma onzième campagne électorale. Moi, je carbure aux campagnes électorales. Il n’y a rien de plus noble que d’aller chercher la confiance des gens », a commenté M. Coderre quelques minutes avant d’entrer dans l’école Sainte-Gertrude, où le bureau de scrutin avait été installé.

Photo: Jacques Nadeau Le Devoir

« On a cassé beaucoup de sucre sur le dos des politiciens et des politiciennes, mais je pense que la démocratie, c’est très fragile. On veut que les gens aillent voter massivement. C’est important pour la démocratie. »

Valérie Plante espère que « l’intérêt soulevé par la campagne » incitera les Montréalais à aller voter. J’ai le sentiment d’avoir fait la campagne que je voulais faire, avec des idées fortes et une vision pour l’avenir, a-t-elle dit. Le fait d’avoir avancé aussi rapidement dans les sondages montre que les Montréalais s’attendent à ça d’une campagne : des idées pour se projeter dans l’avenir. »

Faire « sortir » le vote

Pour les deux candidats, l’avenir immédiat sera de passer la journée à visiter des bureaux de vote… Et des bureaux où leurs équipes tentent de faire « sortir » ce fameux vote. Mme Plante est allée saluer les bénévoles dans un local de la rue Bélanger aménagé en ruche téléphonique : entre des cubicules délimités par des panneaux d’isolation, des dizaines de personnes passaient des appels pour s’assurer que les sympathisants recensés iraient voter.

« C’est toujours un moment unique, un moment de grande fébrilité, a indiqué Denis Coderre à propos de cette dernière journée de campagne. Les gens sont très fiers de ce qu’on a accompli en quatre ans », a-t-il soutenu.

Entre sa résidence et le bureau de scrutin, Valérie Plante s’est aussi fait féliciter pour sa campagne par plusieurs passants. Une vieille dame à qui Mme Plante demandait si elle avait voté lui a répondu : « Oui, la semaine dernière [par anticipation]. Mais je peux y retourner si vous voulez… »

1 commentaire
  • Solange Bolduc - Inscrite 5 novembre 2017 16 h 32

    je suis allée voter !

    Et j'espère que Valéri Plante va l'emporter: j'aime cette femme vraie ! Coderre ne voit dans sa soupe que des gens d'affaires ou presque : «l'argin Séraphin!»