Fierté retrouvée et embellie économique

Le maire sortant Denis Coderre s’est rendu dans les bureaux du «Devoir» vendredi après-midi pour rencontrer les journalistes en table éditoriale.
Photo: Guillaume Levasseur Le Devoir Le maire sortant Denis Coderre s’est rendu dans les bureaux du «Devoir» vendredi après-midi pour rencontrer les journalistes en table éditoriale.

Alors que la campagne électorale tire à sa fin et qu’il sait que la lutte pourrait être serrée contre Valérie Plante, Denis Coderre compte sur son bilan pour convaincre les Montréalais de le reporter au pouvoir lors du scrutin de dimanche. Mais le maire sortant a dû mener une campagne avec quelques épines au pied, dont la vente de billets pour la Formule E et d’autres dossiers liés à Evenko.

Au fil des dernières semaines, Denis Coderre s’est fait reprocher son ton jugé trop arrogant. « Je suis entier. Ça fait 30 ans que je fais de la politique », a-t-il indiqué lors d’une rencontre éditoriale au Devoir vendredi. « C’est sûr que des fois, on peut en échapper et on peut dire des conneries. Mais quand on regarde l’ensemble, les gens sont contents parce que vous avez un maire à Montréal. »

C’est d’ailleurs sur son bilan qu’il met l’accent. Il cite la fierté retrouvée à Montréal, l’embellie économique et la création du poste d’Inspecteur général : « On riait de l’inspecteur général. Les gens ne comprenaient pas. Aujourd’hui, c’est non seulement incontournable, mais même mon ami Robert Poëti pense en faire un au gouvernement du Québec. »

La saga de la Formule E

Mais sa campagne électorale a été plus difficile que prévu, en raison notamment du dossier de la Formule E et le secret entourant la vente des billets par le promoteur Evenko. « On aurait dû le faire le lendemain du bilan », reconnaît Denis Coderre.

Selon les données dévoilées mercredi par l’organisme Montréal c’est électrique, mandaté pour organiser l’événement, au moins 20 000 billets ont été donnés pour l’événement alors que 25 000 ont été vendus au public ou remis à des commanditaires et partenaires.

Mais Denis Coderre n’est toujours pas en mesure de dire si Montréal c’est électrique a utilisé, en tout ou en partie, la marge de crédit de 10 millions qu’a cautionnée la Ville de Montréal. « Il y a un conseil d’administration. On va lui laisser le soin de faire son travail. En temps et lieu, il va le rendre public », dit-il.

Un autre dossier lié à Evenko, celui de l’amphithéâtre naturel de 65 000 places sur l’île Sainte-Hélène, est aussi venu jeter de l’ombre sur sa campagne. Rappelons que son administration a privilégié ce projet de 70,4 millions au détriment de l’aménagement de la promenade riveraine et de la restauration de la Place des Nations, allant ainsi à l’encontre des plans initiaux.

L’administration s’est fait reprocher d’avoir dépensé des fonds publics pour une infrastructure susceptible de ne servir qu’à un seul promoteur, Evenko.

Denis Coderre rétorque qu’Evenko utilise le site 25 jours par année et qu’il n’en a pas l’exclusivité. À l’avenir, d’autres événements, comme des concerts classiques, pourraient également y être présentés, fait-il valoir.

Le maire sortant croit qu’il n’était pas nécessaire de consulter les Montréalais sur les choix de son administration concernant l’aménagement du parc Jean-Drapeau. L’amphithéâtre naturel est un legs du 375e, dit-il.

« Est-ce qu’il y a eu une consultation sur Expo 67 ? » dit-il. « Pour le 375e, on a pris des décisions. Gouverner, c’est choisir. On avait dit qu’on allait faire des infrastructures dignes de ce nom pour s’assurer que Montréal est une métropole digne de ce nom, tout simplement. »

L’Office de consultation publique de Montréal (OCPM) étudiera le dossier du réaménagement du parc Jean-Drapeau, mais seulement au printemps 2018.

Quant au Centre Bell, propriété du Groupe CH (dont fait partie Evenko), Denis Coderre assure que l’édifice ne bénéficiera pas d’un congé de taxes.

Stade de baseball

Mordu de baseball, le maire sortant continue de manoeuvrer pour le retour du baseball majeur à Montréal. Et il ne le cache pas, des fonds publics seront investis dans un stade de baseball advenant la venue à Montréal d’une équipe professionnelle. Il évoque l’idée d’avoir recours à des immigrants investisseurs, mais demeure vague sur le reste : « Il est prématuré de parler de montants et d’échéancier. Il n’y aura pas de chèque en blanc. Ce n’est pas juste une question de passion de baseball. »

Il réitère aussi que la construction préalable d’un stade n’est pas conditionnelle à la venue d’une équipe. « La différence [avec le hockey], c’est qu’on ne le bâtit pas avant. Et si on a une équipe, pendant qu’on le bâtit, elle peut jouer au Stade olympique. »

Il promet de consulter les Montréalais à ce sujet, mais contrairement à Valérie Plante, il n’envisage pas de tenir un référendum. « Il va y avoir un débat en bonne et due forme », dit-il, suggérant que l’OCPM obtienne un mandat à cet effet.

La campagne électorale prendra fin dimanche. Le score final pourrait être serré. Le premier geste que Denis Coderre fera lundi matin s’il est réélu ? « Je vais être au bureau à 6 h 30. On va continuer le travail. »

Notre table éditoriale avec Denis Coderre 


 

Qui est Denis Coderre ?

Âgé de 54 ans

Père de deux enfants

Diplômé en science politique de l’Université de Montréal, il détient une maîtrise en administration pour cadres de l’Université d’Ottawa

Député libéral de Bourassa de 1997 à 2013, il fut notamment ministre de la Citoyenneté et de l’Immigration

Élu maire de Montréal le 3 novembre 2013

Des questions sur un contrat à Evenko

L’organisme sans but lucratif Montréal c’est électrique a octroyé le contrat de l’organisation de la course de Formule électrique tenue à Montréal en juillet dernier au promoteur Evenko. Or, selon ce que rapportait Le Journal de Montréal vendredi, le président du conseil d’administration de l’OBNL, Sylvain Vincent, est également membre de la fondation Evenko. Questionné sur ce dossier vendredi matin sur les ondes de Radio-Canada, Denis Coderre a rejeté les critiques et soutenu qu’il ne fallait pas faire d’« amalgames ». Il a affirmé que « tout a été fait dans les règles de l’art », affirmant qu’Evenko était « probablement la seule organisation qui était capable de gérer et de faire ce programme de formule électrique ».

Principaux engagements des candidats

Les promesses de Denis Coderre
Alignement des hausses de taxes sur l’inflation

Compensation financière pour les commerçants affectés par les chantiers

Bonification du programme d’accès à la propriété

Tarification sociale dans les transports en commun et accès gratuit au métro pendant quatre fins de semaine lors de grands événements

Aménagement de 50 kilomètres de voies cyclables par année

Modulation des heures de livraison des camions au centre-ville

Création d’un bureau du transport actif

Parité au comité exécutif

Adoption d’une politique de la diversité sexuelle

Construction de 5000 logements sociaux et abordables

Création d’un organisme municipal de gestion du stationnement

Étude d’une redevance sur la vente de boissons sucrées


Les promesses de Valérie Plante
Alignement des hausses de taxes sur l’inflation

Compensation financière pour les commerçants affectés par les chantiers

Abolition de la taxe de bienvenue pour les ménages avec enfants jusqu’à concurrence de 5000 $

Construction de la ligne rose du métro

Ajout de 300 autobus

Aménagement d’un réseau express de vélo

Tarification sociale dans les transports en commun et gratuité pour les aînés et les enfants

Création d’une brigade des chantiers

Parité et inclusion de membres de l’opposition au comité exécutif

Construction de 12 000 logements sociaux et abordables

Exigence de 40 % de logements sociaux et abordables dans les projets immobiliers

Révision de la taxation pour les OBNL et certains usages culturels, comme les ateliers d’artistes
7 commentaires
  • Donald Bordeleau - Abonné 4 novembre 2017 01 h 49

    tout a été fait dans les règles de l’art » foi de Claude Bouley.

    Coderre qui a été un acteur des Commandites avec Dauphin de Option Canada font une belle paire avec les démissionnaires de Union Montréal.

    Donc une infection qui continuera à infecter les 20 arrondissements de la ville de Montréal s'il est élu.

    http://www.lapresse.ca/actualites/politique/politi

    http://affaires.lapresse.ca/economie/quebec/201710


    Le leg de Coderre est la formule E à la ville de Montréal ?

    Les habitants de la plus grande ville du Québec sont-ils masochistes à ce point?

    http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/159400/plaines

    • Solange Bolduc - Inscrite 4 novembre 2017 10 h 22

      Il faut être aveugle, ou aveuglé par quoi (de la part du directeur du Devoir) pour appuyer, même avec bémol!, le fat Coderre et ses tromperies nauséabondes.
      Il vaut mieux risquer une politicienne sans expérience, mais intelligente, et qui travaillera pour les citoyens,citoyrennes, avant les gens d'affaires qui cumulent les gros contrats avec Coderre! La preuve avec la Formule E, et c'est pour cela qu'il s'est fait si discret (discret?) ou trompeur sur le dévoilement des dépenses...pour s'excuser ensuite ! Quel manipulateur ce Coderre, il a tellement peur de ne pas être réélu, le pauvre ! Et, qu'attend Le Devoir de Coderre?

    • Christian Montmarquette - Abonné 4 novembre 2017 17 h 53

      À Solange Bolduc,

      Il faut être aveugle (...) pour appuyer, même avec bémol!, le fat Coderre et ses tromperies nauséabondes. - Solange Bolduc

      C'est donc dire que vous considérez aussi votre Gilles Duceppe comme un aveugle appuyant "le fat Coderre et ses tromperies nauséabondes"?


      Christian Montmarquette

      Référence :


      "Gilles Duceppe appuie Denis Coderre" - La Presse, 03 novembre 2017.

    • Solange Bolduc - Inscrite 4 novembre 2017 21 h 27

      M. Monmarquette, je ne suis pas obligée d'être d'accord avec tous les indépendantistes (en l'occurence, M. Duceppe), alors que vous sentez ans l'obligation d'être en accord avec toutes les stupidités de QS (c que je crois être des stupidités!): Ben c'est votre problème, pas le mien!
      Imaginez-vous que je ne suis pas toujours d'accord avec le PQ, et Lisée, et je m'en porte que très bien!

      Je n'aurais jamais pu devenir une politicienne, car ma liberté de penser (dire ce que je pense ou ressens) est essentielle. Le dogmatisme religieux ou politique, non merci !
      Portez-vous-en bien, M.Monmarquette!

  • Marcel (Fafouin) Blais - Abonné 4 novembre 2017 08 h 30

    ... le GOUVERNER ?

    « La campagne électorale prendra fin dimanche. Le score final pourrait être serré. Le premier geste que Denis Coderre fera lundi matin s’il est réélu ? « Je vais être au bureau à 6 h 30. On va continuer le travail. » » (Jeanne Corriveau, Le Devoir)

    Bien que la réélection du maire sortant soit possible, et ce, avec quelques bémols, l’arrivée, soudaine ?, de la conseillère et cheffe de Projet Montréal pourrait comme étonner !

    De ce qui précède, ce « hic » :

    Nonobstant la personne élue à la mairie de cette Ville dite de « transport intelligent », ou « d’intelligence artificielle » ?!?, ce questionnement :

    « Si gouverner, c'est choisir » (A), que choisira tout Montréal pour se ou ...

    ... le GOUVERNER ? - 4 nov 2017 –

    A : http://www.ledevoir.com/politique/montreal/512065/ .

  • Serge Bouchard - Abonné 4 novembre 2017 12 h 04

    Baseball

    M'semble que seulement le projet de mettre des fonds publics dans le baseball devrait suffir à renvoyer M.Coderre.

  • Sylvio Le Blanc - Abonné 4 novembre 2017 16 h 23

    La journaliste écrit :

    «La campagne électorale prendra fin dimanche.»

    Ne se termine-t-elle pas plutôt samedi soir, dimanche étant le jour de l'élection?