Coderre et Plante à TLMEP: billets de Formule E et ligne rose à 10 milliards

Denis Coderre et Valérie Plante sur le plateau de «Tout le monde en parle»
Photo: Karine Dufour Denis Coderre et Valérie Plante sur le plateau de «Tout le monde en parle»

Dan Bigras a eu beau insister, Denis Coderre n’a pas été en mesure de dire combien de billets avaient été vendus lors de la course de Formule électrique qui s’est tenue à Montréal cet été. « Il y a des stratégies de marketing qui vont démontrer le succès de la chose », a dit le maire sortant qui affrontait la chef de Projet Montréal, Valérie Plante, sur le plateau de Tout le monde en parle dimanche soir.

 

Invité lui aussi à l’émission dominicale, le chanteur Dan Bigras n’a pu s’empêcher d’intervenir quand l’animateur Guy A. Lepage a questionné Denis Coderre sur la course de voitures électriques. « C’est impossible qu’on ne soit pas capable de compter le nombre de billets », a lancé M. Bigras. « Je ne parle pas des retombées économiques, je parle strictement des billets et combien ç’a rapporté. Qu’on ne soit pas capable de le dire avant les élections, je ne comprends pas ça, Denis. »

 

Le maire sortant s’en est tenu à sa position : l’événement, qu’il a décrit comme un « laboratoire d’innovation », a été un « succès », a-t-il dit. « Le promoteur a répondu aux questions. Il y avait 45 000 personnes. C’est sûr que quand on fait une première année, ça peut être plus difficile que d’autres, mais il y a des stratégies marketing avec ça. On ne peut pas le dire. »

 

La ligne rose à 10 milliards ?

 

Valérie Plante a défendu le projet de ligne rose proposé par son parti. Mais selon Denis Coderre, la construction de cette ligne de métro comportant 29 stations coûterait 10 milliards $ et non 6 milliards $ comme l’affirme son adversaire. « On est tous [pour] plus de métro, la preuve, c’est qu’on veut faire la ligne bleue. Et la ligne bleue, ç’a pris des décennies avant de se faire », a dit le maire sortant en soutenant que chaque station coûtait 300 millions $. « Quand on fait le calcul, ce n’est pas 6 milliards, c’est 10 milliards. Il faut être réaliste », a-t-il indiqué.

 

Valérie Plante a rétorqué que la technologie utilisée, le creusage en tunnelier, était moins onéreuse que la construction en tranchées, et que Barcelone avait eu recours à cette technique. Quant au financement, il n’est pas farfelu de croire que les autres ordres de gouvernement y participeront, a-t-elle avancé. « En ce moment, on a une fenêtre d’opportunité, au fédéral, au provincial. Il y a de l’argent qui est dédié aux infrastructures », a-t-elle fait valoir. « Moi, je refuse qu’on s’arrête à des questions simplement pécuniaires. […] Je ne veux plus que le monde, l’hiver, soit pogné à des arrêts d’autobus parce qu’ils n’ont pas de transport collectif. »

 

« Plateauiser » Montréal

 

Guy A. Lepage a également demandé à Valérie Plante si, advenant son élection à la mairie, Montréal deviendrait un « gros Plateau-Mont-Royal avec des rues qui changent de sens, des commerces qui ferment et du déneigement à chaque année bissextile ».

 

« La réponse : non », a rétorqué la chef de Projet Montréal. « L’idée, ce n’est pas de "plateauiser" l’île de Montréal. Chaque arrondissement a ses particularités, ses réalités […] On peut démoniser le Plateau-Mont-Royal, mais il n’en demeure pas moins que c’est la troisième destination la plus visitée à Montréal après le Vieux-Port et l’Oratoire », a-t-elle souligné en précisant que des initiatives mises en place sur le Plateau, comme les saillies de trottoirs et les mesures d’apaisement de la circulation, étaient appliquées dans d’autres arrondissements.

 

« C’est moi la chef de Projet Montréal, c’est moi la future mairesse, ce n’est pas Luc Ferrandez », a-t-elle dit.

 

La diffusion de la confrontation entre Denis Coderre et Valérie Plante sur le plateau de Tout le monde en parle a donné lieu, pendant toute la soirée, à des échanges vigoureux sur le fil Twitter de la part des partisans des deux camps.

 

Les deux candidats à la mairie de Montréal se retrouveront le 19 octobre prochain pour un débat organisé par la Chambre de commerce du Montréal métropolitain.

 

À voir en vidéo