Projet Montréal promet des baisses de taxes pour les familles

Valérie Plante a notamment critiqué la gestion de l’actuel maire dans les célébrations entourant le 375e anniversaire de la ville, lundi soir, au Lion d’Or.
Photo: Guillaume Levasseur Le Devoir Valérie Plante a notamment critiqué la gestion de l’actuel maire dans les célébrations entourant le 375e anniversaire de la ville, lundi soir, au Lion d’Or.

Si son parti est porté au pouvoir le 5 novembre prochain, la chef de Projet Montréal, Valérie Plante, promet d’offrir une réduction de taxes aux familles ainsi que la gratuité des transports en commun pour les jeunes de 12 ans et moins et les aînés.

Les Montréalais ne jugent pas nécessaire de mettre Montréal « sur la map » avec des projets comme la course de Formule E. Ils veulent surtout des logements plus abordables, une meilleure planification des travaux et des transports en commun plus efficaces, a soutenu Valérie Plante lors de son discours prononcé devant les candidats et militants réunis au Lion d'Or, lundi soir, à l’occasion du lancement de la campagne de Projet Montréal.

Le parti entend donc miser sur ces thèmes d’ici le scrutin de novembre. Les familles montréalaises pourraient notamment bénéficier d’une baisse de leurs taxes foncières si Projet Montréal est porté au pouvoir. « On sait que, quand on a des enfants, on n’arrive plus à se loger à Montréal. C’est difficile au niveau du prix et de la dimension des appartements et des maisons. On veut s’assurer que les familles de Montréal ne quittent pas de l’autre côté du pont », a expliqué Mme Plante. Elle n’a cependant pas voulu donner plus de détails sur l’application de cette mesure car ceux-ci seront dévoilés plus tard dans la campagne électorale.

Transports, logement et création

Valérie Plante a réitéré l’intention de son parti de construire une nouvelle ligne de métro, la « ligne rose », qui relierait le centre-ville à Montréal-Nord, en passant par l’avenue du Mont-Royal et le boulevard Pie-IX. Son parti compte aussi offrir la gratuité des transports en commun pour les jeunes de 12 ans et moins et les aînés. Pour l’instant toutefois, Mme Plante n’a pas pu préciser les coûts d’une telle mesure.

Rappelons que lors d’un congrès tenu en mai dernier, les membres de Projet Montréal avaient rejeté la proposition qui accordait la gratuité au 17 ans et moins.

Parmi ses autres engagements, Projet Montréal promet d’exiger que 20 % des nouveaux projets d’habitation construits à Montréal comportent trois chambres à coucher et plus. Il propose aussi de favoriser l’aménagement d’espaces de création abordables pour les artistes.

Appui d’Anne-France Goldwater

En matinée, l’avocate Anne-France Goldwater a accordé son appui à Valérie Plante en prévision des élections du 5 novembre.

Me Goldwater, qui a renoncé à briguer la mairie de Montréal, a promis son aide à Projet Montréal dans des dossiers comme le règlement sur le contrôle des chiens dangereux ou les legs du 375e anniversaire de Montréal.

« Je n’en reviens pas du milliard de dollars des contribuables gaspillé pour le 375e anniversaire de Montréal. La Formule E, les bancs de granit, la soi-disant promenade Fleuve-Montagne, qu’est-ce que c’est ça ? » a-t-elle lancé. « Si vous votez pour cet homme [Denis Coderre] et que vous recevez votre compte de taxes, ne pleurez pas, ne revendiquez pas vos droits. Il sera trop tard. »

À l’instar du maire du Plateau-Mont-Royal, Luc Ferrandez, vendredi, la volubile avocate a comparé l’administration de Denis Coderre au régime nord-coréen. « C’est une question d’obéissance totale, on n’a pas de voix et on n’est pas intéressés à sonder l’argent public avant de jeter l’argent à la poubelle », a-t-elle expliqué.

Valérie Plante est-elle d’accord avec cette analogie entre Montréal et la Corée du Nord ? « Je pense que ce qu’il faut surtout retenir, c’est qu’il y a un manque de transparence qui nous fait penser à d’autres pays », a répondu la candidate à la mairie.

Denis Coderre a qualifié les propos de Mme Goldwater de « délire » : « Je ne suis pas là pour répondre à ces inepties, je suis là pour les Montréalais, pas pour attaquer. S’ils sont désespérés à ce point-là de sortir ces propos-là, grand bien leur fasse. »

À voir en vidéo