Montréal élargit son réseau sans fil gratuit

Le déploiement fera bondir le nombre de bornes d’accès Wi-Fi de Montréal à plus de 800 dans la ville.
Photo: Pedro Ruiz Le Devoir Le déploiement fera bondir le nombre de bornes d’accès Wi-Fi de Montréal à plus de 800 dans la ville.

Inauguré dans le Vieux-Montréal et autour du Palais des congrès il y a deux ans, le réseau Internet sans fil MTLWiFi s’étend désormais au centre-ville, au Quartier des spectacles, au Quartier de l’innovation (dans Griffintown) ainsi qu’au parc Jeanne-Mance, a appris Le Devoir.

La Ville de Montréal annoncera lundi cette nouvelle phase d’expansion de ce réseau gratuit, qui augmente considérablement la zone de couverture sans fil offerte par la métropole.

Ce déploiement fait bondir le nombre de bornes d’accès du réseau MTIWiFi à près de 825. La Ville a transféré quelques 600 bornes du réseau gratuit Île sans fil en plus d'en installer environ 200 nouvelles. La puissance et la stabilité des points d’accès existants ont été améliorés pour établir le débit des bandes passantes à 10 gigabits par seconde.

Un soutien technique est offert aux utilisateurs du réseau, qui peuvent y avoir accès en composant le 514 MTL-WIFI. Ce service est assuré par l’organisme ZAP, dont la mission est de fournir un accès Internet sans fil public et gratuit au plus grand nombre.

Inégalités numériques

Le professeur de sciences géomatiques à l’Université Laval, Stéphane Roche, accueille favorablement cette annonce, mais il met en garde la Ville de ne pas accroître la fracture numérique, c’est-à-dire les inégalités d’accès aux technologies informatiques.

Selon lui, il est important d’inclure tous les citoyens dans cette démarche. « C’est bien d’élargir le réseau dans le Quartier des spectacles, dans Griffintown — qui est en pleine gentrification —, et dans les secteurs touristiques, mais ça ne va pas régler le problème de ceux qui sont du mauvais côté de la fracture numérique ; il ne faut pas oublier les zones où la situation socio-économique est plus préoccupante », dit-il.

Des mesures éducatives devraient être mises en place afin de donner les outils à tous de pouvoir utiliser ces services numériques, poursuit M. Roche. « On pourrait couvrir 100 % du territoire de Montréal avec du Wi-Fi haut débit, ça ne réglera pas le problème de fracture. Ça prend des moyens financiers, des capacités », explique-t-il, en mentionnant le taux d’analphabétisme fonctionnel élevé du Québec.

« Il ne faudrait pas accroître les inégalités existantes ou en créer de nouvelles, prévient le professeur. Il faut être vigilant pour qu’une ville intelligente soit une ville juste. »

Ville intelligente

Cette annonce s’inscrit d’ailleurs dans le Plan d’action Montréal, ville intelligente et numérique 2015-2017, qui a été lancé en 2015. Quelque 70 projets devant se déployer durant ces trois années avaient alors été annoncés par l’administration Coderre.

Le Journal de Montréal rapportait en juin dernier que la moitié des projets de la ville intelligente attendus d’ici la fin de l’année sont en retard et que certains risquent d’être carrément abandonnés.

Malgré ce retard, M. Roche estime que « Montréal n’a pas à rougir ». Selon lui, il est tout à fait normal que des projets soient en retard ou ne voient pas le jour. « Ce n’est pas fou après quelques années de se rendre compte, par exemple, que certains projets ne sont plus prioritaires ou trop complexes à mettre en oeuvre. On est dans un domaine qui bouge beaucoup », explique le professeur, rappelant que la Ville s’est classée au sommet du palmarès des villes intelligentes de l’organisme Intelligent Community Forum en 2016.

À voir en vidéo